La discipline manque de moyens

La natation, un sport d’excellence qui commence à s’effriter

photo RB imaz press reunion

La Réunion abrite de nombreux excellents sportifs, notamment dans le domaine de la natation. Il n’y a qu’à voir le nombre de médailles récoltées aux Jeux des îles 2019, avec pas moins de 51 victoires, or, argent et bronze confondus. Mais si la sélection péi possède de grands talents, l’excellence de la natation réunionnaise commence peu à peu à s’effriter. (Photo d’illustration rb/www.ipreunion.com)

Manque de moyen, d'infrastructure, de temps… Les obstacles sont nombreux pour les sportifs réunionnais. Et pourtant, la natation tire régulièrement son épingle du jeu. Le secret ? Il n'y en a pas vraiment, à part l'entraînement et l'engagement des différents entraîneurs des clubs de l'île. "Aujourd'hui, la priorité est de donner de bonnes bases aux nageurs et de les garder à La Réunion jusqu'au bac afin qu'ils puissent se préparer, s'ils le veulent, à continuer leur évolution en métropole" explique Franck Schott, directeur technique de la ligue réunionnaise de natation. Mais si La Réunion est douée pour créer des talents, elle l'est moins pour les garder. "Si un nageur souhaite évoluer à un niveau professionnel, il faudra obligatoirement qu'il se rende en métropole, où les structures sont adaptées à la pratique de haut-niveau" précise-t-il. Mais depuis peu, la politique fédérale tente tout de même de faire des efforts pour au moins former les nageurs – et les athlètes de manière générale – jusqu'à la fin des études secondaires. En attendant l'étape fatidique du baccalauréat et des étapes supérieures, les différents entraîneurs font en tout cas leur possible pour entretenir le talent des athlètes. Au club de La Jeanne, il n'y a plus de piscine depuis plus de deux ans. Les familles s'organisent donc pour faire l'aller-retour entre Le Port et Saint-Denis tous les soirs de la semaine afin de s'entraîner. "C'est sûr que la région ne nous aide pas à garder le niveau, mais les collectivités essaient, elles, de nous aider comme elles peuvent" raconte Fredo Delmotte, entraineur du club portois. Car avec des subventions en baisse, des problèmes de bassins et des créneaux horaires restreints, il devient compliqué de valoriser les athlètes. "On encourage les meilleurs à aller se former en métropole s'ils souhaitent vraiment atteindre leur potentiel maximum, car ici, ce n'est pas possible" se désole-t-il. Car en ne pouvant pas concourir en dehors des cercles régionaux, le manque de compétition, d'adversité et de possibilité d'évolution se fait sentir. D'ailleurs, les rangs commencent légèrement à se vider, avec certaines stars des bassins qui décideraient actuellement de ne plus continuer à nager. Fredo Delmotte note aussi un manque de motivation chez les nouvelles recrues. "Ils ont peut-être un peu moins envie de se faire violence pour s'améliorer, ils préfèrent rester dans leur confort…Et puis, le métier de nageur ne paie pas, alors ils préfèrent se concentrer sur les études, ce qui est compréhensible" développe l'entraîneur.

mots clés de l'article : natation , nage , Sports , actualité de la réunion , Actus Reunion , Clubs sportifs

météo

MAR 17 SEPT

saint Lubin

18° 26°

saint-denis

les prévisions de la semaine

Résultats foot fournis par www.FootenDirect.com

Résultats en direct fournis par FootenDirect.com