magazine
0

Sing with that swing

Débarquée sur l’île il y a deux ans, elle vit à la Réunion une nouvelle étape dans son parcours peu banal. L’heure est venue. Sylvia Pellegrini, pétillante chanteuse aux multiples facettes et talents, offre en spectacle ses propres compositions. « Ça va jazzer » : oui, ça, c’est fort possible.

Son parcours de vie comme son parcours musical se jouent des carcans. Sylvia Pellegrini a promené son sac et sa voix sur tous les continents et dans tous les styles.

A peine majeure, elle part sur les routes avec un grand orchestre de bal, enchaînant les tournées à travers la France. Solide formation de la vie d’artiste. Au bout de plusieurs années, elle cherche à s’affranchir de ce cadre. «  La variété, c’était une sorte de formatage. J’avais besoin de m’écarter de ça  », dit-elle. Elle goûte donc à la soul puis à la salsa et même au rock. Mais en touche-à-tout en quête d’échange et de liberté, c’est bien le jazz qui va finir par la cueillir.

Son coup d’amour, elle l’attrape en écoutant Ella Fitzgerald. Sylvia a 25 ans et se met à fréquenter les clubs de jazz. La musique en live confirme ce qu’elle avait pressenti : « il se passe des choses entre les musiciens. Il n’y a pas d’automatismes… C’est ça, le jazz ».

Pour faire court, depuis, Sylvia Pellegrini n’a jamais cessé de voyager, de rencontrer, de construire des projets un peu fous, de les mener à bien et puis de recommencer, ailleurs. Son moteur : la curiosité, la soif de vivre et de créer. « Si tu ne sors pas un peu de ta zone de confort, tu ne sais pas qui tu peux être… J’ai besoin de ça ».

« Alors, parler de quoi ? »

« Si ça vous va, d’un peu de jazz juste entre vous et moi. Et s’il vous prend l’envie d’être heureux ce sera déjà bien, même pour une minute ou deux ». La première piste, qui donne son nom à l’album, en donne également le ton : léger.

Sylvia Pellegrini pose et propose le regard amusé mais tendre de qui a vécu dix vies en une. Il y a de la densité dans ce bout de femme, et cela se sent à travers ses chansons. Les morceaux suivants font la preuve que l’on peut parler, l’air de rien, de sujets qui chatouillent les zones sensibles, sans forcément verser dans le mélo ou le chant partisan : les départs, l’amour, le voyage, la mort… Avec un sourire au coin des lèvres. L’émotion s’invite, sans fard ni faux semblant et cependant non dénuée de raffinement.

De la petite valse à la samba en passant par des airs de swing / jazz, se marient tour à tour l’accordéon, la clarinette, la flûte, les guitares, portés par contrebasse et percussions. Là-dessus se pose la voix, chaude, précise aussi. Des choix plutôt judicieux et un équilibre harmonieux.

L’album « Ca va jazzer » est réalisé fin 2016 suite à un long voyage. Sa création maintenant en poche, Sylvia veut la faire vivre un peu différemment. « Je veux mettre en scène cet album : un concert-spectacle, un voyage dans une histoire, avec une belle musique ». Chiche. Pour ça, elle s’entoure une fois de plus de musiciens de talent, tous multi instrumentistes, histoire de multiplier les possibilités. Ça se passe ce vendredi, avec Youric de la Cuvellerie (contrebasse / guitare), Manoel Nicolas (guitare), Serge Ferrero (contrebasse / accordéon), Luc Joly (flûte / saxophone), Sylvia aux percussions / batterie et chant, bien entendu. Il faut s’attendre à des surprises.

Lalou


  • Musique | Sylvia Pellegrini
  • Vendredi 2 mars 20h | St Leu | Yourtes en scène | 10 €
  • Samedi 3 mars 19h | La Saline | Dina Morgabine | Entrée libre
  • Mercredi 7 mars 20h | Saint Pierre | Downtown | Entrée libre
  • Vendredi 23 mars 20h| Saint Denis | KTDral | Entrée libre
  • Samedi 31 mars 19h |Boucan Canot | Hôtel Boucan Canot | Entrée libre
  • Samedi 14 avril 20h | Saint Gilles | Métis Café | Entrée libre
  • Vendredi 20 Avril 20h | Saint Denis | KTDral | Entrée libre