magazine
0

Mathématiques non euclidiennes

Nous l’attendions, le voilà qui arrive, tout chaud tout beau, qui sent bon les épices. « Safran », ou la rencontre entre le Maloya et le Flamenco. Improbable ? Pas tant que ça. Dans certains espaces, les parallèles se croisent.

Deux musiques aussi métissées que les peuples qui les incarnent ont éclos de chaque côté du globe, portant en elles un peu d’Afrique, un peu d’Inde. Deux arts imprégnés d’un passé d’esclavage et d’oppression, qui ont traversé l’histoire par-delà la censure. Pour communiquer malgré l’interdit, ils en appellent au langage du corps, du rythme et de la voix.

C’est donc finalement en toute logique, en cette année européenne du Patrimoine, que ces deux trésors culturels immatériels de l’Humanité reconnus par l’Unesco voient enfin leurs richesses s’entrelacer. De leur union naît « Safran », baptisé comme la racine, la fleur, l’épice, comme un symbole aux couleurs chaudes du lien et des voyages à travers le monde.

A la croisée des mondes…

Ce projet est une affaire de rencontres. D’abord, en 2011, Jean Pierre LIGNON, musicien, rencontre le Flamenco, avec Flamenco974, qu’il accompagne encore aujourd’hui. Cette association, en organisant la venue et l’échange avec des artistes extérieurs, provoque ensuite une rencontre déterminante, avec la compagnie « Flamenco Vivo ». De là, une idée de fusion entre les deux arts commence à germer. Flamenco 974 se fait alors creuset de la création « Safran » et porteuse du projet.

Ce dernier va fédérer les inspirations de huit artistes créateurs de musique, de danse et d’images. Coté musique, les Réunionnais Stéphane GUEZILLE (compositeur, guitare, contrebasse), Gerard CLARA (compositeur, multi-instrumentiste, chant), J. Pierre LIGNON (auteur, percussions, chant) tissent le son avec les Espagnols Luis DE LA CARRASCA (auteur, compositeur et interprète) et Jose Luis DOMINGUEZ (compositeur, guitariste flamenco). Deux danseurs apportent leur technique et leur poésie : Kuky SANTIAGO (danse, percussions) et Ana PEREZ (danse, chant), avec la contribution de jeunes danseurs locaux. Enfin, le visuel du spectacle sera animé en live par les dessins d’Hippolyte, auteur local de bd, illustrateur et photographe.

… Et des âges

« Safran » comporte également une dimension de sensibilisation et de transmission tournée vers la jeunesse. Ainsi, il intègre la collaboration de jeunes moringueurs et danseuses que l’on découvrira sur scène. De plus, l’accent est mis sur le public scolaire, avec plusieurs représentations ciblées et à la suite de plusieurs mois de sensibilisation à l’école. Stéphanie León Giménez, présidente de l’association et professeure d’espagnol, en explique la visée pédagogique. Il s’agit «  d’aller vers l’autre pour se connaître soi, prendre conscience de ses propres richesses culturelles ». L’échange autorise un va-et-vient entre les deux cultures, qui permet tantôt de s’ouvrir à celle que l’on ne connaît pas, tantôt de révéler à soi celle dans laquelle on baigne.

Vers d’autres latitudes

Le voyage est le maître mot de cette création. Son but premier. A travers le son, l’image et les mots, le spectateur est invité à découvrir l’ailleurs. « Quand on sera dans nos sièges, on va aller loin », promet Stéphanie L. Gimenez.

Le spectacle lui-même est voué à voyager et pourquoi pas, à s’enrichir d’autres couleurs Safran sous de nouvelles latitudes (l’Inde par exemple). L’aventure ne fait donc que commencer. Paré pas paré ?

Lalou


  • Spectacle | Safran
  • Vendredi 2 mars 20h | Le Tampon | Théâtre Luc Donat | 15€ à 20 €
  • Samedi 3 mars 20h | St Leu | Stella Matutina | 15 à 20 €
  • Dimanche 4 mars 16h | St Denis | Cité des Arts | Tarif : 10€ à 18€