Luca Marinelli, représentant d’une nouvelle génération d’acteurs italiens

© afp.com - Alberto PIZZOLI

Luca Marinelli, 34 ans, vainqueur du prix d’interprétation masculine à la Mostra de Venise, est le représentant d’une nouvelle génération d’acteurs italiens, qui a impressionné dans "Martin Eden", où il incarne un homme plein de contradictions.

"C'est une émotion gigantesque", a-t-il déclaré en recevant son prix.

"J'ai ce prix entre les mains grâce à Jack London qui a créé ce merveilleux marin à la recherche de la vérité. Pour cette raison je veux le dédier à toutes les personnes magnifiques en mer qui sauvent les gens fuyant des situations inimaginables", a-t-il ajouté.

Dans "Martin Eden" de Pietro Marcello, tiré du roman éponyme de Jack London, il incarne le héros, un marin napolitain d'origine modeste, qui aide un jeune bourgeois lors d'une agression, puis rencontre sa soeur dont il tombe amoureux.

Voulant gravir l'échelle sociale pour se sentir digne de la jeune femme qu'il aime, décidé à devenir écrivain et à étudier, il va peu à peu s'ouvrir à la culture, tiraillé entre ses aspirations et ses origines.

Luca Marinelli est convaincant dans son interprétation de ce personnage complexe, aux multiples facettes, à la fois instinctif, charmeur, ambitieux et maladroit, libertaire et réactionnaire à la fois.

"Tourner ce film a été une grande émotion pour moi. Je connaissais le réalisateur mais pas le roman, ou plutôt je savais de Jack London ce que tout le monde sait", a reconnu le jeune acteur lors de la conférence de presse du film à Venise.

"J'avais besoin de Luca, un acteur capable de faire ce film avec moi, pour raconter l'histoire de ce garçon qui s'émancipe à travers la culture", a expliqué de son côté Pietro Marcello.

Né à Rome le 22 octobre 1984, Luca Marinelli entre en 2006 à l'Académie nationale des arts dramatiques où il obtient son diplôme en 2009.

- De Sorrentino aux frères Taviani -

Ce bel acteur aux yeux clairs joue son premier grand rôle en 2010 dans "La Solitude des nombres premiers" de Saverio Costanzo, tiré du roman du même nom de Paolo Giordano, qui avait connu un grand succès en Italie. Ce film avait été aussi présenté en compétition à la Mostra de Venise en 2010.

En 2011, il est à nouveau en compétition à la Mostra avec "L'Ultimo terrestre" de Gianni Pacinotti (connu sous le nom de Gipi), dans lequel il incarne un transsexuel.

Il travaille ensuite avec le réalisateur Paolo Virzi dans "Chaque jour que Dieu fait" (2012), qui lui vaut une première nomination au David di Donatello, plus haute récompense du cinéma italien.

Vient ensuite "La Grande Bellezza" de Paolo Sorrentino, Oscar du meilleur film étranger en 2014, dans lequel il joue un rôle secondaire.

Nommé une seconde fois au David di Donatello pour "Mauvaise Graine" de Claudio Caligari, il joue ensuite dans le film de super-héros "On l'appelle Jeeg Robot" du réalisateur débutant Gabriele Mainetti, grâce auquel il remporte le David di Donatello du meilleur acteur dans un second rôle.

Cet acteur montant, qui a aussi travaillé pour le théâtre et la télévision, joue encore en 2017 dans "Une affaire personnelle" ("Una questione privata") des frères Paolo et Vittorio Taviani.

Il tourne actuellement le film d'action américain "The Old Guard" de Gina Prince-Bythewood, aux côtés de Charlize Theron et Matthias Schoenaerts.

mots clés de l'article : culture , Italie , cinéma , festival

astro

lire l'horoscope complet