Jacqueline Enté

Jacqueline Enté

Pas vraiment passionnée par les études, elle passe à seulement quatorze ans le concours d’entrée du conservatoire de Lille, ignorant que celui-ci s’adresse aux chanteurs classiques. Mais cette erreur lui permet de rencontrer le directeur de la radio régionale. À la recherche de chanteuses populaires, il l’engage aussitôt au sein de Radio-Lille. Au lendemain de la guerre, la jeune fille décide de concrétiser son rêve etrejoint Paris pour tenter de percer dans le music-hall. Elle décroche rapidement un contrat aux Folies-Belleville et fait la rencontre de son idole, le compositeur Loulou Gasquet, de 20 ans son aîné, qui va lui permettre de faire décoller sa carrière. Il la fait changer de look et la persuade de prendre le pseudonyme de Line Renaud. En 1950, elle se marie avec lui, et il restera son compagnon jusqu’à sa mort en 1995. Avec Loulou, elle rencontre son premier succès dès 1947 avec la chanson Ma cabane au Canada. Suivront d’autres tubes comme Étoile des Neiges et Mademoiselle from Armentières. En 1954, elle chante au Moulin Rouge et part ensuite se produire aux États-Unis, à New York et Los Angeles, où elle fait la rencontre de plusieurs grandes stars de l’époque dont Frank Sinatra ou encore Elizabeth Taylor et Dean Martin, avec qui elle enregistre le chanson Relaxez-vous. En 1959, Line est engagée en tant que meneuse de revue au Casino de Paris, puis c’est Las Vegas qui la réclame, où elle signe un contrat de deux ans au casino Dunes. Elle multiplie alors les allers-retours entre les deux continents. Après sa période américaine, elle commence une nouvelle carrière de comédienne, au théâtre, au cinéma et surtout à la télévision, où elle multiplie les rôles. Dans les années 80, la plus populaire des chanteuse française de music-hall s’engage et devient l’une des icône de la lutte contre le sida. En 1985 elle devient cofondatrice et vice-présidente du Sidaction. 30 ans après avoir quitté la scène, elle sort en 2010 l’album Rue Washington, un beau succès, qui lui permet de faire son premier Olympia. Discographie : Line Renaud a interpreté des centaines de chansons dont ses plus grands succès sont : Ma cabane au Canada (1947), Copacabana (At the Copa), Danse ballerine danse, Il n’était pas sentimental, Je ne sais pas, Je veux, Le bal aux Baléares, Le complet gris, Le jupon de Lison, Mademoiselle from Armentières (1952), Les enchaînés (1956), Le soir, Le soleil sur l’horizon, Ma petite folie, Mon bonheur, Nous deux, Où vas-tu Basile ?, Pam pou dé, Pour la bonne raison, Printemps d’Alsace, Son coeur est amoureux, Tes yeux bleus, Ton mariage, Une poussière dans le coeur (Can’t take my eyes off you ) 2010 : Rue Washington Filmographie : 1946 : La Foire aux chimères de Pierre Chenal 1948 : Une belle garce de Jacques Daroy 1951 : Au fil des ondes de Pierre Gautherin 1952 : Ils sont dans les vignes de Robert Vernay 1952 : Paris chante toujours de Pierre Montazel 1953 : La Route du bonheur de Maurice Labro et Giorgio Simonelli 1953 : Quitte ou double de Robert Vernay 1955 : La Madelon de Jean Boyer 1957 : Mademoiselle et son gang deJean Boyer 1959 : Patricia de Harald Philipp 1959 : L’Increvable de Jean Boyer 1988 : La Folle journée ou le mariage de Figaro de Roger Coggio 1990 : Ripoux contre ripoux de Claude Zidi 1994 : J’ai pas sommeil de Claire Denis 1995 : Ma femme me quitte de Didier Kaminka 1999 : Belle Maman de Gabriel Aghion 1999 : Doggy bag de Frédéric Comtet 2001 : Chaos de Coline Serreau 2003 : 18 ans après de Coline Serreau 2005 : Le Courage d’aimer de Claude Lelouch 2006 : La Maison du bonheur de Dany Boon 2008 : Bienvenue chez les Ch’tis de Dany Boon 2011 :La Croisière de Pascale Pouzadoux Récompenses : 1949 et 1950 : Grand Prix du Disque de l’Académie Charles-Cros pour la chanson Ma cabane au Canada 1952 : Citoyenne d’Honneur des Îles Baléares 1955 : Prix Prestige de la France pour le film La Madelon 1957 : Grand Prix International Stan Kenton pour la chanson du film Le Feu aux poudres 2004 : Prix d’interprétation féminine du festival de Luchon pour Suzie Berton 2008 : Grand officier dans l’Ordre national du Mérite 2013 : Grand officier dans l’Ordre national de la Légion d’honneur (commandeur, 2002, officier, 1994)