Petit budget pour Convoi Exceptionnel : Christian Clavier n’a pas été payé 13 mars 2019

Nouveau film de Bertrand Blier, "Convoi exceptionnel" réunit deux grandes stars de l’Hexagone : Christian Clavier et Gérard Depardieu. Un casting haut de gamme qui n’a néanmoins pas rimé avec gros budget.

Lors d’un entretien accordé au Figaro, Christian Clavier a, en effet, révélé que le film avait été "très" difficile à monter. "Il s’est fait avec très peu de moyens, c’est un budget à trois millions d’euros", a ainsi indiqué l’acteur avant de confier : "On n’est pas payé et on a mis de l’argent dedans." C’est vers la Belgique que Bertrand Blier a dû se tourner pour trouver des financements, comme l’a aussi précisé l’ancien membre du Splendid : "Heureusement, on a eu le tax shelter belge. Sinon, on a eu très peu de soutien, on n’a aucune chaîne hertzienne avec nous."

Un film pas ennuyeux

C’est peut-être l’étrange intrigue de "Convoi exceptionnel" qui a rendu les chaînes françaises frileuses puisqu’il se centre sur deux personnages étant en possession du scénario de leur vie et de leur mort. Mais c’est justement ce qui a plu à [LINK url="https://cineday.orange.fr/actu-cine/quiz-christian-clavier-a-qui-donne-t-il-la-replique-dans-ce-film-CNT000001dEOdx.html"]Christian Clavier dans le projet. "(Les films de Bertrand Blier) sont étranges mais jamais chiants, donc très consommables", a-t-il déclaré, [LINK url="https://cineday.orange.fr/actu-cine/selon-christian-clavier-l-epoque-quot-est-extremement-compliquee-pour-la-comedie-quot-CNT000001crpqN.html"]avant de faire le point sur la production actuelle : "Aujourd’hui, on est pris entre des comédies très clonées, plus ou moins bonnes, et un cinéma d’auteur très didactique, qui accorde plus d’importance au fond qu’à la forme. Cela donne des films ennuyeux."

[EMBED url="http://cineday.orange.fr/bandes-annonces/convoi-exceptionnel-bande-annonce-1-vf-2018-CNT000001cp5I5.html"]

Malgré tout, Christian Clavier reconnaît que "le cinéma français est vivant, (qu’)il se renouvelle" et que "les réalisateurs sont moins frileux qu’avant". Il aime d’ailleurs travailler avec ces cinéastes trentenaires. "J’ai eu la chance de tourner avec Noiret, Rochefort, Poiret, Serrault, Ventura et j’aime bien l’idée de transmettre à mon tour à ceux qui arrivent après", a-t-il admis.

autres actualités