Le téléfilm sur l’attentat du 13 novembre 2015 fait l’objet d’une pétition 29 décembre 2017

En novembre dernier, soit deux ans après les attaques terroristes qui ont fait 130 morts et 413 blessés, France 2 annonçait préparer un téléfilm qui relaterait, au moins en toile de fond, ce tragique événement.

"Ce soir-là" serait "une grande histoire d’amour impossible mais aussi celle d’une renaissance", précisait la chaîne. Une romance, donc, entre Irène, une voisine du Bataclan [LINK url="https://cineday.orange.fr/actu-cine/sandrine-bonnaire-quot-j-aurais-pu-tomber-dans-daech-quot-CNT000000uKKBf.html"]interprétée par Sandrine Bonnaire, et Karan, un simple passant incarné par Simon Abkarian, qui se seraient rencontrés en portant secours aux [LINK url="https://cineday.orange.fr/actu-cine/attentats-de-paris-quel-impact-sur-l-agenda-des-sorties-cinema-CNT000000fBkwf.html"]rescapés de l’attentat. Ainsi, pour les besoins du tournage qui devait s’achever en cette fin décembre, les rues de la capitale ont-elles vu réapparaître temporairement des affiches du groupe Eagles of Death Metal mais aussi des bougies et autres petits mots déposés en hommage aux victimes.

Un "projet trop douloureux"

L’annonce d’un tel projet télévisé n’a toutefois pas manqué de créer un tollé. Alors que c’est l’indignation sur les réseaux sociaux - "C’était pas assez terrible en vrai, faut rajouter des comédiens qui jouent mieux que les vraies victimes pour qu’on soit plus ému ?", se scandalise le journaliste Olivier Bénis sur Twitter -, la veuve d’une victime du Bataclan a lancé une pétition sur le site Change.org pour que France 2 "renonce à ce projet trop douloureux".

[EMBED url="http://video-streaming.orange.fr/actu-politique/attentat-au-bataclan-le-quartier-en-etat-de-choc-VID0000001Zca6.html"]

"Ce projet nous blesse, nous heurte, nous choque", déclare Claire Peltier, qui a perdu le père de ses deux enfants, dans le descriptif de sa requête qui a déjà recueilli plus de 35 000 signatures. Et d’expliquer : "Pour vivre notre deuil, nous avons besoin de silence, de pudeur, de dignité, de respect... et non d’une fiction romanesque destinée à réveiller l’audimat de votre chaîne de télévision." Ce jeudi 28 décembre 2017, France 2 a tenu à réagir via un communiqué, précisant avoir "pris la décision d’ajourner ce projet tant que la production du téléfilm n’aura pas consulté largement l’ensemble des associations des victimes".

autres actualités