La Promesse de l’aube : Charlotte Gainsbourg n’a pas eu besoin d’être "jolie" 21 décembre 2017

Pour sa participation au nouveau film d’Éric Barbier, "La Promesse de l’aube", l’actrice a pris quelques années de plus.

C’est une [LINK url="https://cineday.orange.fr/actu-cine/dossier-cine/charlotte-gainsbourg-talentueuse-brise-frontieres-en-10-roles-CNT0000008WL3N/photos/"]Charlotte Gainsbourg métamorphosée que l’on retrouve dans "La Promesse de l’aube". Adapté du célèbre roman de Romain Gary, le film d’Éric Barbier narre la relation entre une mère et son fils, en mission pendant le second conflit mondial. Et pour se glisser dans son personnage de maman poule, [LINK url="https://cineday.orange.fr/actu-cine/charlotte-gainsbourg-et-yvan-attal-retrouvailles-en-inde-CNT0000004qGDd.html"]la compagne d’Yvan Attal a troqué sa jolie chevelure brune contre une grisâtre. Les traits de son visage ont également été accentués, pour une apparence plus mûre.

"J’ai adoré ça"

Une transformation physique plutôt bien vécue par la comédienne, qui s’est confiée au Madame Figaro le 20 décembre 2017 : "J’ai adoré ça ! En fait, on me demande souvent d’être moi-même au cinéma, surtout en France. Ici (dans le film, ndlr), entre la transformation physique et le polonais, une langue que j’ai prise à bras-le-corps, j’avais une carapace dans laquelle je n’avais plus qu’à entrer."

[EMBED url="http://cineday.orange.fr/bandes-annonces/la-promesse-de-l-aube-teaser-2017-CNT000000NVQoj.html"]

Mais ce qui a surtout convaincu Charlotte Gainsbourg, c’est l’authenticité du rôle : "Ne pas avoir à se soucier d’être jolie ou pas, pour moi, c’était une forme de libération. Même si je n’ai jamais eu à défendre une beauté au cinéma, j’ai toujours eu conscience physiquement de ce dont j’avais l’air (...). Là, je suis vieille et moche mais très bien filmée." Dans "La Promesse de l’aube", en salle depuis ce mercredi 20 décembre, l’actrice donne la réplique à un Pierre Niney impérial. En route pour les César ?

autres actualités