Gilles Lellouche : ses "douches froides" sur le tournage du Grand Bain 29 octobre 2018

Samedi 27 octobre 2018, Gilles Lellouche était l’invité de l’émission Il n’y a pas qu’une vie dans la vie, animée par Isabelle Morizet sur Europe 1. Durant cet entretien, l’acteur a livré quelques anecdotes amusantes sur son premier film réalisé en solo.

Sorti en salle le 24 octobre dernier, "Le Grand Bain", premier [LINK url="https://cineday.orange.fr/actu-cine/gilles-lellouche-n-a-pas-voulu-diriger-le-grand-bain-quot-en-slip-quot-CNT0000012UQuT.html"]film réalisé seul par Gilles Lellouche, rencontre un franc succès auprès du public. Rien de surprenant puisque ce long-métrage met à l’affiche une pléiade de stars comme Guillaume Canet, Benoît Poelvoorde ou encore Mathieu Amalric. Lors d’un entretien accordé à Europe 1, le meilleur ami de Jean Dujardin s’est confié sur cette expérience unique.

Pour rappel, cette comédie dramatique raconte l’histoire de huit hommes qui, en partant de rien, décident de se lancer le défi de leur vie : participer au championnat du monde de natation synchronisée. Et c’est au moment de préparer le film que Gilles Lellouche a eu droit à quelques frayeurs, qu’il a qualifiées de "douches froides".

Une préparation intense

La première quand Julie Fabre, entraîneuse de l’équipe de France de natation synchronisée, s’est mise à douter de la réussite du film, au vu du faible niveau des [LINK url="https://cineday.orange.fr/actu-cine/le-grand-bain-les-acteurs-ont-fait-pipi-dans-la-piscine-CNT0000017K3tI.html"]acteurs dans le bassin. "Elle s’est retournée vers moi et m’a dit ’On ne va pas y arriver. On part de trop loin, on n’arrivera jamais à faire ce que tu veux", confie le réalisateur, avant d’ajouter : "Cet obstacle a été levé au rythme de deux entraînements par semaine sur sept mois."

[EMBED url="http://cineday.orange.fr/bandes-annonces/les-petits-mouchoirs-bande-annonce-2010-CNT000000NWwxE.html"]

En raison de ce rythme intensif, Gilles Lellouche a ensuite rencontré un second obstacle : le renoncement possible de Benoît Poelvoorde, vivant à Namur et donc à 300 km des entraînements. Coup de chance, la soeur de Julie Fabre, elle aussi coach, habitait juste à côté de chez lui. "Il y avait une chance sur un milliard que cette femme vive à 10 km de ce gros Belge feignant !", s’amuse-t-il avant de déclarer toute son admiration pour l’acteur : "Benoît Poelvoorde est le garçon le plus génial que j’aie rencontré de ma vie. C’est un homme qui vous électrise tellement il a du talent."

autres actualités