Agnès Jaoui et Jean-Pierre Bacri voulaient adapter Astérix au cinéma 14 novembre 2018

Interviewés par Première au mois d’avril 2018, Agnès Jaoui et Jean-Pierre Bacri ont révélé avoir commencé à adapter les aventures du célèbre Gaulois moustachu, avant de finalement abandonner le projet.

Agnès Jaoui et Jean-Pierre Bacri ont beau être séparés depuis 2012, [LINK url="https://cineday.orange.fr/actu-cine/agnes-jaoui-et-jean-pierre-bacri-en-tournage-quot-parfois-ca-chauffe-quot-CNT0000011nhcc.html"]ils continuent de collaborer à l’écran. Et il y a quelques années, ils ont bien failli se tourner vers un projet bien loin de leur registre habituel : Astérix, comme ils l’ont confié dans les pages du magazine Première.

"On a eu ce projet avec Jamel, qu’il nous avait apporté. Il devait le réaliser, je crois", commence Agnès Jaoui, avant que Jean-Pierre Bacri ne s’interroge : "Astérix ? (...) Jamel devait le mettre en scène, tu es sûre ? Je croyais que c’était Chabat. Maintenant que tu le dis... On a relu tous les albums, commencé à en sélectionner deux ou trois." Malheureusement, le projet ne se concrétisera jamais, pour des questions de "production" et "de droits", comme l’a indiqué Agnès Jaoui au micro de France Inter le 12 novembre 2018, révélant au passage que leur version d’Astérix aurait été "féministe".

Des blagues pour "Mission Cléopâtre"

Difficile d’imaginer ce qu’un Astérix signé par ce duo aurait pu donner, Jean-Pierre Bacri avouant lui-même qu’[LINK url="https://cineday.orange.fr/actu-cine/jean-pierre-bacri-quot-je-suis-incapable-de-faire-autre-chose-que-du-bacri-quot-CNT000000PuzeI.html"]il ne sait faire "que du Bacri". Pourtant, celui-ci a bien participé à l’adaptation du petit Gaulois. Mais à la version d’Alain Chabat, "Mission Cléopâtre".

[EMBED url="http://cineday.orange.fr/bandes-annonces/asterix-et-obelix-mission-cleopatre-bande-annonce-2-2002-CNT000000NWhnJ.html"]

C’est d’ailleurs le réalisateur qui l’avait confié à Première, en 2002 : "J’ai montré un premier montage du film à Jean-Pierre, et il m’a rajouté deux, trois, petites blagues gratos. Il me disait très sérieusement : ’Peut-être que là, ce serait marrant qu’ils disent ça.’ Et moi, je tombais en arrière sur ma chaise, convulsant de rire, et je lui disais : ’Ouais, t’as raison alors, je vais le faire si ça te dérange pas.’ Et lui : ’Vas-y, ça me fait plaisir...’"

autres actualités