sports par Tiraspol (Moldavie) (AFP) , mercredi 15 septembre 2021 à 09:56

Sheriff, un Petit Poucet singulier et nébuleux en Ligue des champions

image description
image description

Les stars du Real Madrid et de l’Inter Milan vont découvrir une équipe pas comme les autres : le Sheriff Tiraspol, petit nouveau en Ligue des champions et représentant d’un territoire séparatiste nébuleux, la Transdniestrie.

Ce club fera ses débuts dans le groupe D mercredi face aux Ukrainiens du Shakhtar Donetsk à domicile, puis affrontera chez lui à l'automne les géants espagnol (13 C1) et italien (3 titres).

Le Sheriff représente la capitale d'un Etat séparatiste pro-russe de quelque 470.000 habitants ayant fait sécession, dans la foulée de la chute de l'URSS en 1991, du reste de la Moldavie, l'un des pays d'Europe les plus méconnus.

Depuis, la Transdniestrie, protégée par des soldats russes, est de facto indépendante, même si aucun pays au monde ne l'a reconnue.

Mais en terme de foot, et afin d'être dans le système UEFA, Tiraspol, ville de 100.000 résidents, joue bien dans le championnat moldave. Compétition dont le Sheriff a remporté 19 des 21 dernières éditions.

- Sport et politique -

L'animosité entre Transdniestrie et Moldavie n'en est pas moindre.

"Les gens disent que le sport, ce n'est pas de la politique", relève Yuriy Vernydub, l'entraîneur ukrainien du Sheriff. Mais en réalité, "le sport, c'est de la politique".

Les supporters de Tiraspol se réjouissent que leur micro-Etat de 4.100 km2, soit la moitié de la surface de la Corse, se retrouve sur la plus grande des tribunes du foot européen à la rencontre des Karim Benzema et autres Lautaro Martinez.

"Toujours plus de personnes vont découvrir que ce pays non reconnu existe!", s'exclame Igor Trochtchinski, 61 ans et supporter du Sheriff depuis sa fondation en 1997.

De l'autre côté du Dniestr, le fleuve séparant le territoire du reste de la Moldavie, l'enthousiasme est moindre.

"Je ne vois pas de raison de se réjouir", assène le journaliste sportif Cristian Jardan.

"Cette équipe représente une enclave séparatiste qui se finance par la corruption, les trafics et l'économie grise, causant directement des dommages au budget, aux intérêts de la république de Moldavie", poursuit-il.

L'équipe appartient au conglomérat Sheriff, dont l'empire inclut des supermarchés, des stations-service, un réseau mobile, un élevage d'esturgeons et la distillerie de cognac local.

Fondée par deux vétérans des forces de l'ordre, dont l'actuel président du club Victor Gushan, la maison-mère du Sheriff Tiraspol contrôle une large part de l'économie de Transdniestrie et y est le faiseur de roi sur le plan politique.

Le groupe a bâti pour le club un complexe sportif d'une valeur de 200 millions de dollars, avec deux stades, respectivement de 13.000 et 9.000 places, un palais des sports et 16 terrains d'entraînement.

Le Sheriff Tiraspol, qui avait déjà connu la Ligue Europa, reste un nain sportif, avec un effectif estimé à 11,8 millions d'euros, selon le site spécialisé Transfermarkt, des kopecks comparés aux 783,5 millions du Real ou même aux 183,8 millions du Shakhtar.

Son onze de départ lors d'un match de championnat dimanche comptait des Brésiliens, des Grecs, des Colombiens et même un Luxembourgeois. Mais pas un seul Moldave.

- Un rêve -

Quoi qu'il en soit, pour l'entraîneur, l'aventure en Ligue des champions relève d'un "conte de fées", qui conduira le Petit Poucet dans les antres de mastodontes: San Siro à Milan et le Santiago-Bernabéu madrilène.

"Je ne m'y attendais pas, je le dis honnêtement", admet M. Vernydub. "Mais j'en rêvais".

Pour le supporter Igor Trochtchinski, le résultat des matches importe peu, l'important, c'est d'y être. "On y travaillait depuis 20 ans. Dans dix ans, peut-être, on arrivera à s'extraire de la phase de groupes."

Sur le plan politique, le coach ukrainien, dont le pays d'origine est également déchiré par un conflit avec des séparatistes pro-russes, ose espérer que l'aventure du Sheriff puisse nourrir une certaine fraternité entre ennemis moldaves.

"Ça va probablement unifier la Moldavie et la Transdniestrie", veut-il croire.

La Fédération moldave de foot a en tout cas laissé éclater sa joie après la qualification de Tiraspol pour la phase de groupes: "Sheriff est EUROFANTASTIC!"

mots clés de l'article : politique , foot , ita , ESP , C1 , EUR , UKR , MDA , Moldavie , Transdniestrie

Publicité
Publicité
Publicité

Ces articles pourraient aussi vous intéresser

Publicité

Liens commerciaux

Pourquoi acheter en ligne
image description Promos exclusives
image description Paiement 100% sécurisé
image description Livraison gratuite sous 72h
image description À vos cotés 24h/24
image description 14 jours pour changer d’avis