sports par Los Angeles (AFP) , jeudi 10 septembre 2020 à 09:10

NFL : le football américain tente de relever à son tour le défi du Covid

image description
image description

Après le basket (NBA), le hockey sur glace (NHL) et le baseball (MLB), le football américain (NFL), sport le plus populaire aux Etats-Unis, s’apprête à renouer avec la compétition, en espérant relever les défis posés par le coronavirus.

Patrick Mahomes peut-il conduire Kansas City au doublé, Tom Brady continuer à écrire sa légende à Tampa Bay et Cam Newton ramener New England au sommet? Les questions d'intérêt sportif ne manquent pas alors que la saison s'ouvre jeudi avec l'affiche entre les Chiefs, champions en titre, et les Houston Texans.

Mais l'excitation se pare d'incertitude voire d'inquiétude, dans ce contexte inédit qui a poussé la ligue professionnelle à mettre en place tout un éventail de protocoles sanitaires pour tenter d'atténuer la menace de la pandémie.

L'exercice 2020 doit s'étaler sur cinq mois jusqu'au Super Bowl prévu en février à Tampa, en Floride, l'un des États les plus touchés par le Covid-19.

Et contrairement à la NBA et à la NHL qui ont repris le jeu en isolant les équipes dans des bulles, les matches se dérouleront dans les stades des 32 franchises. Si 26 d'entre elles recevront à huis clos, 6 autres, dont les Chiefs, prévoient d'autoriser la présence d'un nombre limité de supporters.

- "Les protocoles fonctionnent" -

La préparation de la saison a été rythmée par la pandémie: aucun match amical préparatoire ne s'est tenu et les joueurs ont été testés quotidiennement durant leurs stages d'entraînement, où les installations ont été aménagées pour optimiser la distanciation.

Pour l'heure, les différentes mesures donnent des résultats encourageants. Selon le dernier bilan de la NFL, 44.510 tests ont été effectués sur 8.349 joueurs et membres du personnel du 30 août au 5 septembre, et seuls huit sont revenus positifs.

"Les protocoles fonctionnent. Le nombre de cas positifs est faible. Mais il ne faut pas se relâcher, nous sommes confrontés à beaucoup d'incertitudes", a commenté le patron de la NFL Roger Goodell.

Nouvelle difficulté dès ce week-end: les déplacements des équipes qui jouent à l'extérieur.

Zach Binney, épidémiologiste de l'Université Emory à Atlanta, est convaincu que les protocoles seront aussi efficaces sur la route que pendant les stages d'entraînement.

"Sur la route, vous êtes dans une minibulle - à l'hôtel, au stade, puis vous revenez", a-t-il argué à l'AFP. "Le vrai test est de savoir si ça tiendra sur la durée. Avec le temps, il est plus difficile de rester vigilant. Sans une vigilance constante, ça peut échouer à tout moment."

A cela s'ajoute la nature même du football américain, sport de contact par excellence.

- Genoux à terre ? -

Plusieurs joueurs ont renoncé à jouer, comme Laurent Duvernay-Tardif (Chiefs) qui est diplômé de médecine et s'est porté volontaire pour apporter son aide dans des centres hospitaliers. "Je ne peux pas me permettre de transmettre potentiellement le virus simplement pour pratiquer le sport que j'aime. Si je dois prendre des risques, je le ferai en soignant les patients", a-t-il justifié.

A la crise sanitaire, s'ajoute enfin un contexte social brûlant avec la lutte contre l'injustice raciale qui mobilise les joueurs, depuis la mort de George Floyd fin mai.

Il y a quatre ans, l'ancien quarterback des 49ers Colin Kaepernick avait été le premier à protester en posant un genou à terre pendant l'hymne américain.

Ce geste, qui lui a coûté la suite de sa carrière, est devenu cet été un des symboles de cette lutte au-delà du sport et pourrait se multiplier sur les terrains. Roger Goodell, qui a admis que la NFL avait mal géré le dossier Kaepernick, a promis de soutenir les joueurs désireux de protester et avec eux le mouvement Black Lives Matter.

Les mots "End Racism" ("Il faut en finir avec le racisme") et "It Takes All of Us" ("C'est à nous tous de jouer") s'écriront ainsi dans les zones d'en-but, les joueurs seront autorisés à afficher les noms des victimes du racisme sur leurs casques. La chanson "Lift Every Voice and Sing" - considérée comme l'hymne national noir - sera jouée avant chaque match ce week-end.

mots clés de l'article : football , santé , racisme , minorités , Pandémie , USA , NFL , américain

Publicité
Publicité
Publicité

Ces articles pourraient aussi vous intéresser

Publicité
Pourquoi acheter en ligne
image description Promos exclusives
image description Paiement 100% sécurisé
image description Livraison gratuite sous 72h
image description À vos cotés 24h/24
image description 14 jours pour changer d’avis