sports par Cortina d’Ampezzo (Italie) (AFP) , mercredi 17 février 2021 à 00:25

Mondiaux de ski alpin : "Service man", le super-héros dans l’ombre des skieurs

image description
image description

Subtil mélange entre le mécanicien de sport auto et le caddie de golf, au moins un technicien ou "service man" se cache derrière chaque skieur, pour un rôle essentiel qui ne se limite pas à l’optimisation du matériel.

"Notre mission principale c'est de préparer le matériel des coureurs sur le circuit, de prendre en charge tout son équipement, d'être là en permanence sur les skis, été, automne, hiver, et sur les courses", détaille Philippe Petitjean, dit "Yul", technicien du Norvégien Henrik Kristoffersen depuis ses débuts sur le circuit en 2012.

Comme dans la célèbre "Batcave", où le justicier de Gotham City tient son armurerie, on trouve souvent les techniciens dans d'étouffantes constructions modulaires ou des sous-sols d'hôtels où ils travaillent jusque tard le soir sur les skis de leurs champions.

Ils doivent trouver le compromis parfait entre le modèle de ski, la "plaque" et les fixations (l'ensemble formant le "set-up"), avant de passer à l'affûtage et au fartage.

- "C'est physique" -

Pour satisfaire les meilleurs skieurs du monde, les techniciens ne chôment pas. En phase de tests la semaine dernière avant de débarquer aux Mondiaux pour le géant et le slalom, Henrik Kristoffersen était suivi par deux camions remplis d'environ 70 paires de ski (une quarantaine en temps normal), soit une heure pour charger et autant pour décharger pour "Yul" et le 2e technicien du Norvégien, un privilège réservé aux meilleurs.

"On travaille tôt le matin sur la piste, et parfois jusqu'à tard le soir sur les skis. C'est beaucoup de sacrifices, c'est physique", assure M. Petitjean.

"Je travaille aussi avec le bureau d'études pour tester le matériel. Je me tiens informé en permanence de ce qu'il se passe à l'usine", ajoute le réputé technicien français, 35 ans d'expérience.

L'expertise de ces hommes de l'ombre est essentielle. Testé positif au Covid-19 avant les Mondiaux, l'Autrichien Guntram Mathis, dit "Tchunti", le service man d'Alexis Pinturault, a dû rester chez lui à l'isolement.

Pour le début de la compétition phare à Cortina d'Ampezzo, c'est quand même lui qui, depuis l'Autriche, préparait les skis du Français, acheminés la nuit par voiture jusqu'en Italie.

- "Les derniers encouragements" -

"C'est la relation la plus proche et la plus fusionnelle de notre sport, c'est la personne avec laquelle on passe le plus de temps, je fais tous mes voyages avec lui dans le camion avec le matériel", explique Victor Muffat-Jeandet, à propos de Valentin Bon Betend, qui le suit depuis deux ans et à qui il a rendu un hommage appuyé sur les réseaux sociaux dimanche pour sa fête.

"Pas assez de mots pour le remercier de tout le travail sur les skis et en dehors", écrit le médaillé de bronze olympique du combiné.

Cette proximité donne à ces hommes de l'ombre -aucune femme n'occupe ce rôle actuellement en Coupe du monde- une autre tâche, plus psychologique.

"Avec Tessa (Worley) on a une relation spécifique. On se connaît depuis qu’on a 12/13 ans, on faisait de la compétition ensemble", raconte à l'AFP le service man de la Française Dylan Stary.

"Je suis la dernière personne qu'elle écoute au départ. Je dois l'encourager, lui dire des paroles qui la rassurent, mais aussi savoir rester le plus neutre possible notamment dans les moments difficiles, détaille-t-il. Elle a énormément confiance en moi, peut-être trop, car je suis arrivé pour la saison 2016/2017 où elle avait été exceptionnelle (globe de géant et titre de championne du monde)."

"Il a une grande connaissance de moi, de mes préférences, de ma manière de fonctionner et d'être performante, complète la double championne du monde de géant. Parfois j'aime qu'il me rappelle l'état d'esprit à avoir au départ des courses. Il me donne les derniers encouragements, qui sont primordiaux".

Les observateurs peuvent apercevoir les techniciens sur les photos d'équipe en cas de podium de leur protégé. Avant de retourner choyer des skis pour le lendemain, le sentiment du devoir accompli.

mots clés de l'article : ski , WC , ita , 2021 , alpin

Publicité
Publicité
Publicité

Ces articles pourraient aussi vous intéresser

Publicité

Liens commerciaux

Pourquoi acheter en ligne
image description Promos exclusives
image description Paiement 100% sécurisé
image description Livraison gratuite sous 72h
image description À vos cotés 24h/24
image description 14 jours pour changer d’avis