sports par Budapest (AFP) , lundi 7 juin 2021 à 18:52

Mondiaux de judo : Le Blouch sans médaille mais avec du positif avant Tokyo

image description
image description

Pas de médaille, mais des enseignements précieux avant les Jeux Olympiques : Kilian Le Blouch, qui représentera la France en -66 kg à Tokyo, ne repart pas tout à fait les mains vides des championnats du monde de Budapest, où il a échoué lundi en repêchage.

Impressionnant de persévérance et de force physique, Le Blouch a construit son tournoi comme un marathonien du judo avec trois victoires aux pénalités dans le "golden-score" pour se hisser jusqu'en quarts de finale.

Logiquement battu par l'Azerbaïdjanais Orkhan Safarov, champion d'Europe en 2020, il a ensuite livré en repêchage un nouveau combat acharné face au Mongol Baskhuu Yondonperenlei, finalement vainqueur sur waza-ari après presque trois minutes dans le temps supplémentaire.

"Là, je suis surtout fatigué", a-t-il souri quand on lui a demandé de faire un bilan de sa journée hongroise, marquée par plus de 30 minutes passées sur le tapis en cinq combats.

"Mais je vais essayer d'être positif, de regarder devant moi. C'est une saison particulière, j'ai fait 3e aux championnats d'Europe, là je vais pour la première fois de ma vie dans le carré final d'un championnat du monde. Je sens que c'est accessible", a expliqué le Francilien de 31 ans.

"Une breloque mondiale dans le parcours d'un judoka, c'est exceptionnel. Donc c'est dommage. Mais je sais aussi que j'ai un objectif encore plus grand dans six ou sept semaines avec les JO. Je vais repartir avec la même envie, avec des choses un peu plus peaufinées et ça va le faire", a-t-il aussi assuré.

- Affaires de familles -

En attendant, il surveillera tout de même mercredi la parcours de sa compagne Sarah Harachi, qui combat désormais pour le Maroc et qui tentera d'obtenir sa qualification olympique chez les -63 kg, la catégorie de la quadruple championne du monde française Clarisse Agbegnenou.

"Elle a une sacrée mission puisqu'elle doit faire vice-championne du monde si elle veut faire les Jeux. Elle est plus sur un objectif 2024 mais l'histoire serait belle. Je ne lui mets pas la pression (rires). J'espère qu'elle va prendre du plaisir et qu'elle va revenir en un morceau", a expliqué Le Blouch.

En attendant Agbegnenou mercredi, l'équipe de France n'a toujours pas remporté de médaille à Budapest, car chez les -52 kg, Astride Gneto est restée loin de son objectif avec une défaite dès son deuxième combat face à la Belge Amber Ryheul, victorieuse par ippon dans le "golden-score".

"A chaud, ce que je peux dire, c'est que je ne me sentais pas au top. Je n'ai pas réussi à poser mes mains comme il fallait. Elle a été plus maligne. Forcément, je suis très déçue. C'était ma dernière compétition de la saison et c'est rageant de finir comme ça", a-t-elle confié après son élimination.

Contrairement à Le Blouch, Gneto ne sera en effet pas à Tokyo puisque c'est la N.1 mondiale Amandine Buchard qui représentera l'équipe de France dans la catégorie. Mais elle espérait peut-être décrocher à Budapest la médaille mondiale qui a toujours échappé à sa grande sœur Priscilla, médaillée de bronze olympique (en 2012 à Londres) et montée deux fois sur un podium européen.

Mardi, il n'y aura pas de Français engagés à Budapest après le forfait de Guillaume Chaine (-73 kg), annoncé samedi par la fédération.

mots clés de l'article : judo , FRA , MOND , 2021 , Oly

Publicité
Publicité
Publicité

Ces articles pourraient aussi vous intéresser

Publicité

Liens commerciaux

Pourquoi acheter en ligne
image description Promos exclusives
image description Paiement 100% sécurisé
image description Livraison gratuite sous 72h
image description À vos cotés 24h/24
image description 14 jours pour changer d’avis