sports par Bordeaux (AFP) , samedi 8 janvier 2022 à 02:14

Ligue 1 : Service minimum pour Marseille qui n’est plus maudit à Bordeaux

image description
image description

Après 44 ans d’attente et 36 tentatives infructueuses, Marseille a mis fin à la période d’invincibilité la plus médiatique de L1 en s’imposant à Bordeaux (1-0) vendredi soir au terme d’un classique tronqué par le Covid-19 et disputé à huis clos.

Toutes les séries ont une fin, il faut juste trouver le scénario. Un cluster, de la positivité à géométrie variable, des polémiques, des pressions, une menace de report, quelques actions de supporters mécontents à l'extérieur du stade et puis cette mauvaise relance de Benoît Costil en fin de première période parfaitement exploitée par Cegiz Ünder pour le seul but du match (37e).

Les mauvaises langues, surtout bordelaises, diront qu'il aura fallu qu'un virus s'invite dans le vestiaire aquitain pour que la malédiction soit brisée. Mais les Phocéens, aux trois cas positifs recensés, n'en auront cure, tout heureux de conforter leur place sur le podium de la L1, de nouveau dauphins du Paris SG, et de confirmer leur bonne passe actuelle.

La domination des hommes de Jorge Sampaoli a été sans partage le plus clair du temps face à des Bordelais accusant physiquement le coup pour certains. Sauf que les tentatives visiteuses étaient trop lointaines ou pas cadrées pour inquiéter Costil, sauvé par son poteau sur une reprise de Duje Caletar-Car suite à un corner de Dimitri Payet dévié de la tête par Boubacar Kamara (11).

Puis il y a ce renvoi aux six mètres mal assuré par le portier bordelais directement sur l'excentré gaucher turc, véloce et au dessus du lot, qui a grillé en vitesse toute l'arrière garde locale et marquer son 7e but de la saison, le 5e en L1, le second face aux Girondins.

- Dérogations de la LFP -

Ce sera la seule erreur du gardien international qui aura ensuite été vigilant à la reprise sur une tête de Caleta-Car (52), un rush rageur et une frappe sèche de Matteo Guendouzi (55) et enfin qui sera vainqueur de son face-à-face avec Ünder (62), puis plus tard devant Dimitri Payet ou Guendouzi.

Dans le camp d'en face, on se souviendra longtemps de cette semaine noire. Déjà en conflit avec la Fédération à leur retour des fêtes de Noël qui l'a obligé à disputer son 16e de finale de Coupe de France à Brest (0-3) malgré 23 absents dans ses rangs (dont 21 testés positifs au Covid-19), le club au scapulaire a fait connaissance avec l'intransigeance de la Ligue de football professionnel, qui a refusé mercredi leur demande de report de match par manque de cas positifs.

Un peu plus conciliante ces dernières heures, l'instance a finalement accordé plusieurs dérogations, ce qui a permis à Costil de débuter, Fransérgio et Yacine Adli de rentrer en cours de match.

Mais cela n'a pas suffi pour relancer une machine fébrile et poreuse lors de la phase aller. En manque de rythme avec six ex-covidés alignés d'entrée, les hommes de Vladimir Petkovic ont beaucoup couru, beaucoup subi, ne s'approchant véritablement qu'une seule fois de la cage de Pau Lopez avant la pause, mais Hwang Ui-jo, idéalement lancé par Tom Lacoux, a vu sa frappe du gauche s'envoler.

Dans le sillage d'un Issouf Sissokho plus qu'à la hauteur dans l'intensité, il y a eu du mieux dans leur production après la pause. Mexer sur corner (47), Hwang pas assez clinique à cinq mètres (69) auront eu deux situations pour égaliser et préserver cette invincibilité qui devrait longtemps faire causer, autant sur les bords de la Garonne que sur la Canebière.

mots clés de l'article : foot , L1 , FRA

Publicité
Publicité
Publicité

Ces articles pourraient aussi vous intéresser

Publicité

Liens commerciaux

Pourquoi acheter en ligne
image description Promos exclusives
image description Paiement 100% sécurisé
image description Livraison gratuite sous 72h
image description À vos cotés 24h/24
image description 14 jours pour changer d’avis