sports par Rennes (AFP) , samedi 20 février 2021 à 14:23

L1 : Pélissier invite Lorient à jouer "droit dans les yeux" des plus gros

image description
image description

Lanterne rouge terrassée par le Covid-19 en janvier, Lorient enchaîne désormais les performances et recevra Lille "droit dans les yeux" dimanche, bien conscient cependant de n’avoir "aucune marge", explique l’entraîneur Christophe Pélissier dans un entretien à l’AFP.

Q: La réussite est enfin de retour, comment va l'ambiance dans le vestiaire ?

R: "Un vestiaire vit mieux quand il y a des résultats. Mais peut-être que la force de ce groupe, c'est que malgré une première partie de saison très difficile, il a toujours été dans le positif, dans l'envie d'avancer, dans l'envie de travailler. Même si c'est dur de revenir tous les lundis ou mardis avec beaucoup de défaites, on a senti que le groupe ne lâchait pas".

Q: Mais la route est encore longue...

R: "Quand il y a beaucoup de défaites, il faut garder le cap, mais quand il y a aussi une période un peu meilleure, il faut aussi garder le cap. Rien n'est acquis, loin de là. On ne peut pas se permettre d'en faire un peu moins, d'être un peu moins concentrés ou moins rigoureux, parce qu'on n'a aucune marge".

Q: Tout est reparti d'une victoire arrachée à la 96e contre Dijon fin janvier. A quoi cela s'est-il joué ?

R: "J'avais eu 13 joueurs touchés par le Covid, certains récupérés 48 heures ou 24 heures avant le match. Je savais que techniquement et tactiquement on ne serait pas trop au point mais j'étais sûr qu'on allait l'être mentalement. Oui, il y a l'intervention de la VAR (qui annule un carton rouge) et la faute du gardien (qui laisse entrer la balle) à la 96e, mais on était menés 2-1 à la mi-temps, on avait pratiquement un pied en Ligue 2 et les joueurs ont su prendre leurs responsabilités".

Q: Après Dijon, Lorient a enchaîné: 3-2 contre le PSG, 1-1 à Rennes, 2-2 à Monaco. Quelle est la recette pour bousculer ainsi les gros ?

R: "Qui qu'on ait en face, il faut jouer le match droit dans les yeux. On prépare tous nos matches pour mettre l'adversaire en difficulté et faire entrer dans la tête de ses joueurs que ça va être dur (...). Il s'agit de préparer le match pour en être acteur et non spectateur".

Q: Vous avez aussi une nouvelle arme avec Terem Moffi qui vient d'inscrire 8 buts en 9 matches. Vous l'attendiez à ce niveau ?

R: "Quand on recrute un nouveau joueur, on a toujours l'espoir qu'il va crever l'écran. Nous l'avions bien observé, on connaissait sa puissance et ses qualités de finition (...). Terem a eu quatre, cinq mois pour s'acclimater, il est en train de prendre la dimension de la Ligue 1 et de comprendre comment joue l'équipe.

Q: Lorient va perdre 25 millions d'euros cette saison, soit près de 60% de son budget. Les salaires vont-ils baisser ?

R: "Le président (Loïc Féry) nous a réunis la semaine dernière de manière collective pour nous expliquer la situation financière du club. Chaque membre du staff et joueur a aussi été reçu par la direction. Les négociations sont en cours".

Q: La Ligue 1 peine à se vendre désormais. Comment réintroduire plus de spectacle ?

R: "Il faudrait déjà qu'il y ait du public dans les stades (...). Faire les matches à huis clos, ça supprime le côté passionnel qui fait la beauté de ce sport. Il faut avoir été joueur ou entraîneur pour se rendre compte de la passion que le public et l'ambiance insufflent dans l'intensité des matches".

Propos recueillis par Fanny CARRIER

mots clés de l'article : foot , L1 , FRA

Publicité
Publicité
Publicité

Ces articles pourraient aussi vous intéresser

Publicité

Liens commerciaux

Pourquoi acheter en ligne
image description Promos exclusives
image description Paiement 100% sécurisé
image description Livraison gratuite sous 72h
image description À vos cotés 24h/24
image description 14 jours pour changer d’avis