sports par Bagdad (AFP) , samedi 17 juillet 2021 à 17:12

JO-2020 : pour l’Irak, participer c’est déjà gagner

image description
image description

La seule fois que l’Irak a remporté une médaille olympique, c’était aux Jeux de Rome en 1960. L’espoir d’une deuxième est aujourd’hui encore un rêve lointain pour la délégation présente à Tokyo et réduite à s’entraîner... par téléphone !

Pour décrocher leur billet pour le voyage au Japon, le rameur Mohammed Ryadh, retenu pour la deuxième fois consécutive en aviron, et la coureuse Dana Hussein, spécialiste du 200 m, ont dû faire avec les moyens du bord en temps de pandémie.

"J'ai un entraîneur français et à cause du Covid-19, il n'a pas pu venir en Irak, donc il m'envoyait ses instructions par messages et je devais les mettre en oeuvre seul", explique à l'AFP cet Irakien de 27 ans.

"Donc l'objectif, c'était d'abord et uniquement de participer aux JO parce qu'on sait que la médaille, ce n'est même pas la peine d'y penser", poursuit-il en recevant l'AFP dans son modeste camp d'entraînement sur les bords du Tigre à Bagdad.

- Entraînements aux frais de l'athlète -

Vincent Tassery, son entraîneur depuis 2012, l'avait déjà emmené à Rio en 2016. Cette année-là, 22 athlètes irakiens s'envolaient pour les JO, dans des disciplines aussi variées que le football, le judo, la boxe, l'aviron ou l'athlétisme.

Cinq ans plus tard, outre Mohammed Ryadh et Dana Hussein, deux autres sportifs ont bénéficié d'un coup de pouce: le coureur de 400 m Taha Hussein et la spécialiste du pistolet à air comprimé sur 10 m Fatima Abbas ont obtenu des dérogations de leur Fédération internationale respective.

Avec seulement quatre sportifs à Tokyo, l'Irak, ses 40 millions d'habitants et son Comité olympique un temps gelé pour des différends légaux et politiques enregistre la plus faible participation de son histoire.

Dana Hussein, 35 ans, elle, s'est qualifiée à la dernière minute pour les JO en décrochant mi-juin la médaille d'or au 200 m lors des championnats panarabes d'athlétisme en Tunisie.

"Ce qui est triste, disait-elle à l'AFP tout juste de retour en Irak après sa victoire, c'est qu'on va à de tels événements et que nos autorités s'en soucient bien peu".

"Cela fait un an et demi que je me démène pour aller à Tokyo, j'ai même dû prendre en charge de nombreux frais pour m'entraîner à l'étranger car la Fédération d'athlétisme n'a que des moyens très limités", poursuit-elle.

- Turbulences au comité olympique -

Outre l'absence d'équipements dans un pays ravagé depuis 1980 par une succession de guerres, d'embargos et d'attentats, l'Irak vient tout juste de régler le sort de son comité olympique.

Avant la chute de Saddam Hussein en 2003, c'était le fils du dictateur, Oudaï, qui était à sa tête. En mesure de rétorsion, après l'invasion emmenée par les Américains, cette institution a été dissoute, au même titre que toutes celles liées au régime déchu.

Le comité olympique -reconnu par les instances internationales depuis 1948- n'a jamais cessé de chapeauter les activités de l'Irak aux JO mais son cadre légal n'avait toujours pas été redéfini.

Le Parlement irakien a finalement voté en 2020 une loi régularisant ses statuts, redonnant par exemple au Comité olympique la main sur les millions de dollars de budget.

Et en mars, il s'est enfin doté d'un président: l'ancien footballeur Raad Hammoudi, mettant fin à une vacance qui avait mis en péril la participation du pays aux JO de Tokyo.

Maintenant, "il faut une feuille de route à long terme, de l'argent, des équipements, des infrastructures sportives modernes", énumère Dana Hussein.

Mais tout ça, les présents au Japon y penseront plus tard. Pour le moment, l'objectif reste Tokyo et des JO bien particuliers.

mots clés de l'article : politique , Irak , 2020 , 2021 , Oly , IRQ

Publicité
Publicité
Publicité

Ces articles pourraient aussi vous intéresser

Publicité

Liens commerciaux

Pourquoi acheter en ligne
image description Promos exclusives
image description Paiement 100% sécurisé
image description Livraison gratuite sous 72h
image description À vos cotés 24h/24
image description 14 jours pour changer d’avis