sports par Paris (AFP) , jeudi 18 novembre 2021 à 20:01

Dopage : l’escrimeur Daniel Jérent refuse la proposition d’accord de l’AFLD

image description
image description

L’épéiste Daniel Jérent, privé des Jeux olympiques de Tokyo en raison d’une procédure antidopage, envisage de refuser la proposition d’accord de l’Agence française de lutte contre le dopage (AFLD), d’abandonner les poursuites sans sanction à son encontre, a-t-il expliqué jeudi à l’AFP.

"On n'a strictement rien à me reprocher. Mais la vérité, c'est juste que j'ai reçu une proposition d'accord pour régler tout ça, entre guillemets à l'amiable", a déclaré Daniel Jérent, champion olympique par équipes à Rio en 2016.

"Il y a des discussions avec mon avocat. Bien évidemment, on ne va pas accepter cet accord, parce que je n'ai strictement rien à me reprocher", a-t-il expliqué. "Le plus important pour moi, c'est d'être blanchi, d'être innocenté et pas de me satisfaire d'un accord. Non", a-t-il ajouté.

Contrôlé positif en novembre 2020 au dorzolamide, un produit à effet diurétique que l'on trouve habituellement sous forme de collyre, Daniel Jérent avait appris le 18 juin, soit moins d'une semaine avant les annonces officielles de sélectionnés pour les Jeux olympiques de Tokyo, être renvoyé devant la commission des sanctions de l'AFLD, sans date pour son audition.

La Fédération avait alors décidé de retirer Daniel Jérent de la liste des pré-sélectionnés pour Tokyo.

Aux JO, son absence avait permis à Romain Cannone de prendre part à l'épreuve de l'épée et de remporter l'or olympique à la surprise générale.

L'AFLD a proposé un accord pour mettre un terme aux poursuites, sans passage devant la commission des sanctions de l'AFLD, car "des éléments apportés à l'automne" par le sportif permettent d'expliquer la présence du produit interdit.

Victime d'une double fracture du fémur lors d'un accident de la circulation fin avril 2020, l'épéiste avait été hospitalisé et transfusé à plusieurs reprises. Il a pu apporter la preuve que les traces de dorzolamide retrouvées dans son contrôle antidopage émanent de ces transfusions sanguines, a-t-il expliqué à l'AFP.

S'il refuse la proposition d'accord, Daniel Jérent passera devant la commission des sanctions de l'AFLD.

mots clés de l'article : escrime , dopage , 2020 , 2021 , Oly , 2024

Publicité
Publicité
Publicité

Ces articles pourraient aussi vous intéresser

Publicité

Liens commerciaux

Pourquoi acheter en ligne
image description Promos exclusives
image description Paiement 100% sécurisé
image description Livraison gratuite sous 72h
image description À vos cotés 24h/24
image description 14 jours pour changer d’avis