sports par Paris (AFP) , samedi 11 septembre 2021 à 02:15

Boxe : Tony Yoka dur au mal

image description
image description

Grandissime favori du combat, le Français Tony Yoka a souffert mais a fini par trouver l’ouverture pour terrasser le Croate Petar Milas, arrêté à la 7e reprise, et conserver vendredi son titre de champion de l’Union européenne des poids lourds, fêtant dignement le grand retour de la boxe à Roland-Garros.

Cette 11e victoire en autant de combats face à un adversaire inactif depuis deux ans n'ajoutera pas grand chose à la gloire du médaillé d'or olympique de Rio-2016. Mais Yoka était dans l'obligation d'y mettre la manière pour ne pas s'attirer les foudres des 8.500 spectateurs massés sur le court Philippe-Chatrier, couvert pour l'occasion, et ne pas gâcher les retrouvailles avec ce haut lieu du noble art, qui a vu passer des combattants prestigieux de la trempe de Marcel Cerdan, Carlos Monzon ou Jean-Claude Bouttier entre les années 1930 et 1970.

Yoka n'avait donc pas grand chose à craindre, si ce n'est sa réputation, lui qui ambitionne de conquérir un jour une ceinture mondiale depuis son passage chez les professionnels en 2017. Si ce succès est loin de lever tous les obstacles sur la route de son objectif suprême, il lui permet au moins de poursuivre son parcours sans trop d'embûches, en attendant de pouvoir se frotter rapidement à un combattant du Top 10. D'ici là, il pourrait tenter de s'offrir la ceinture de champion d'Europe.

Yoka, qui défendait pour la première fois une ceinture obtenue en mars contre le Belge Joël Tambwe Djeko, a pourtant connu de sérieuses difficultés au début des hostilités. Très mobile et plus actif, Milas lui donné du fil à retordre et le Parisien a eu bien du mal à le cadrer.

- Patience -

Sous les yeux du président de la République, Emmanuel Macron, le Français a donc dû prendre son mal en patience avant de parvenir à accélérer au 7e round pour finir le boulot sur un terrible enchaînement gauche-droite. Milas est parvenu à se relever avant de retomber au tapis sur une avalanche de coups, obligeant l'arbitre à abréger les débats.

"C'était un boxeur avec d'énormes qualités et comme je l'avais annoncé, il fallait attendre, a réagi Tony Yoka. Il fallait que je joue sur mes qualités. Je savais qu'il allait démarrer fort, qu'il était rapide, qu'il allait bouger. J'ai travaillé et ça a fini par payer. J'ai construit ma victoire et ça s'est terminé par un beau KO."

"Cela faisait un an que je n'avais pas boxé avec du public, il y avait de la pression, il y avait le président, c'est pour toutes ces raisons que je ne devais pas me louper, a-t-il ajouté. L'ambiance était au-delà de mes espérances. Quand je suis entré sur le ring et que j'ai senti le public m'applaudir, ça m'a fait chaud au coeur, ça donne envie de revenir".

Cette soirée a été d'autant plus réussie que les deux autres membres de la "Team solide" au programme se sont imposés. Mathieu Bauderlique, 3e des JO de Rio, a été sacré champion d'Europe des mi-lourds face au Russe Igor Mikhalkin (abandon à l'appel de la 8e reprise), alors que l'ex-capitaine de l'équipe de France Souleymane Cissokho, de retour en France après deux ans à boxer aux Etats-Unis, a conservé sa ceinture intercontinentale WBA des super-welters contre le Russe Ismail Iliev (abandon à l'appel du 5e round).

mots clés de l'article : boxe

Publicité
Publicité
Publicité

Ces articles pourraient aussi vous intéresser

Publicité

Liens commerciaux

Pourquoi acheter en ligne
image description Promos exclusives
image description Paiement 100% sécurisé
image description Livraison gratuite sous 72h
image description À vos cotés 24h/24
image description 14 jours pour changer d’avis