sports par Clairefontaine-en-Yvelines (France) (AFP) , dimanche 30 mai 2021 à 17:38

Bleus : "J’aime bien rigoler, mais sur le terrain ça change !", dit Hernandez à l’AFP

image description
image description

"J’aime bien rigoler" mais "sur le terrain ça change" : Lucas Hernandez dresse son auto-portrait dans un entretien à l’AFP où le défenseur français évoque sa passion pour les tacles, sa relation avec Didier Deschamps et ses retrouvailles à l’Euro avec ses coéquipiers allemands du Bayern.

Q: Les Bleus vont débuter l'Euro le 15 juin à Munich. Ce sera presque un match à domicile pour vous ?

R: "C'est un stade que je connais bien, un très beau stade, dommage qu'il ne soit pas rempli à 100 % à cause du Covid. Mais c'est sûr que ce sera un gros match. Il y aura beaucoup d'émotions vu que ça fait déjà deux ans que j'y joue. En face, il y a pas mal de joueurs du Bayern. Ca sera un match spécial, différent, mais que personnellement je veux gagner."

Q: Avec les Français du Bayern, c'est une famille dans la famille?

R: "On est pas mal de Français en ce moment et, en plus, l'année prochaine Dayot Upamecano nous rejoint. On est très proches là-bas, que ce soit dans le vestiaire ou sur le terrain. Mais on est aussi proches des autres joueurs. Notre force au Bayern, c'est le groupe. De temps en temps je fais des barbecues à la maison avec cette colonie de Français. On passe des bons moments, ça fait plaisir d'arriver dans un club et que les gens t'accueillent aussi bien."

Q: Vous allez faire face à Thomas Müller, tout juste rappelé en sélection...

R: "Il est revenu à son meilleur niveau et il mérite de retrouver la sélection. On sait que c'est un bon joueur, très, très intelligent, ce sera à nous de le bloquer un peu et de faire le taf pour qu'il n'apparaisse pas trop dans le match."

Q: Vous n'avez jamais marqué avec les Bleus. Pourquoi pas ouvrir votre compteur face à Manuel Neuer?

R: "C'est vrai que je ne suis pas un grand buteur (rires), ce n'est pas ma force. Après si j'ai l'opportunité de pouvoir marquer, ça serait beau. Je travaille surtout pour que l'équipe gagne mais si j'ai la chance de marquer un but, je serais heureux."

Q: Vous êtes plutôt un spécialiste des tacles...

R: "Oui, je suis quelqu'un qui aime bien défendre, qui est assez agressif. C'est vrai que je vais toujours au duel parce que j'aime bien, que ce soit les duels de la tête ou les tacles. C'est quelque chose que je maîtrise bien."

Q: On se souvient notamment du sauvetage en pleine surface devant Cristiano Ronaldo en octobre. Quel sentiment vous habite à ce moment-là?

R: "C'est comme quand les attaquants marquent un but! Nous les défenseurs, quand on fait un grand geste défensif, ça nous met un coup d'adrénaline, ça nous motive encore plus. Les tacles qui sauvent ou empêchent l'adversaire de marquer, c'est satisfaisant. A chaque fois que je fais un tacle décisif je suis fier, ça me motive encore plus à continuer."

Q: Face à des stars comme Ronaldo, que vous affronterez le 23 juin à l'Euro, votre motivation est-elle décuplée ?

R: "C'est sûr que quand tu as des Ronaldo ou des Messi, tu es encore un peu plus motivé. Mais moi, je prends chaque match comme si c'était une finale. En poule, ce sera trois matches très compliqués, avec des très grands joueurs, que ce soit en Allemagne, en Hongrie ou contre le Portugal. Maintenant, ce sera à moi et à nous d'être là pour bien défendre et bien attaquer tous les adversaires."

Q: Votre êtes toujours souriant, mais sur le terrain vous devenez en guerrier. Il y a deux Lucas Hernandez ?

R: "C'est vrai que le Lucas en dehors du terrain n'a rien à voir avec le Lucas sur le terrain. En dehors je suis quelqu'un de tranquille. Dans le vestiaire, je suis très proche de tous les joueurs, j'aime bien rigoler, je ne suis jamais énervé. Sur le terrain ça change: concentré à 100% sur le match, tout donner! Mais c'est vrai que dans le vestiaire, chez moi, partout, je suis quelqu'un avec beaucoup de joie, j'aime bien vivre et je suis quelqu'un de très souriant."

Q: On ne sait pas si vous êtes chambreur, mais Didier Deschamps l'est assurément. Qui est le plus gros chambreur entre vous deux?

R: "C'est le coach (rires), mais ne sortez pas ça ! Il aime bien chambrer les joueurs, à l'entraînement, dans le Château ou sur le terrain. Il nous connaît tous très bien, il sait très bien gérer le vestiaire. (...) Je suis très content que ce soit mon coach en sélection. Il m'a toujours donné confiance depuis la première fois qu'il m'a appelé."

Propos recueillis par Jérémy TALBOT, Antoine MAIGNAN et Laurent DI NARDO DI MAIO.

mots clés de l'article : foot , EURO , 2020 , FRA , 2021

Publicité
Publicité
Publicité

Ces articles pourraient aussi vous intéresser

Publicité

Liens commerciaux

Pourquoi acheter en ligne
image description Promos exclusives
image description Paiement 100% sécurisé
image description Livraison gratuite sous 72h
image description À vos cotés 24h/24
image description 14 jours pour changer d’avis