sports par Monaco (AFP) , dimanche 25 avril 2021 à 14:03

Basket : Zvezdan Mitrovic, "Coach Z", l’alchimiste au caractère bien trempé à Monaco

image description
image description

"Je ne vais pas faire le faux modeste. Ce qui se passe est bon pour moi et le club" : limogé sèchement par l’Asvel en mai dernier, Zvezdan Mitrovic, entraîneur monténégrin de Monaco, savoure la finale d’Eurocoupe à venir contre Kazan.

En mars 2020, Mitrovic coachait l'Asvel en Euroligue. Avant d'être renvoyé pour "faute grave" par le club de Tony Parker, lequel a fustigé son management. L'affaire se jugera devant les tribunaux.

"Ce sont les aléas du métier. Pour moi, c'est terminé. Les avocats gèrent", lance Mitrovic. "Mais sur le plan sportif et professionnel, l'actualité est très intéressante. Il y a un an, je quittais l'Euroligue. Aujourd'hui, j'y retourne!", grâce à la qualification en finale d'Eurocoupe, dont le premier match a lieu mardi à Monaco.

Le volcanique "Coach Z", son surnom en Principauté, a rebondi avec brio. "On a fait du bon boulot. Ici, la qualité de travail est bonne, le président, fou de basket et toujours positif. Mais de là à penser qu'on se qualifierait pour l'Euroligue! C'est incroyable!"

D'autant que l'exploit d'atteindre la finale d'Eurocoupe, la deuxième compétition européenne, a été réalisé avec un effectif réduit, limité en taille et dans un contexte compliqué. "En début de saison, avec le Covid, un budget réduit, un groupe amputé de très bons joueurs, on s'est dit que ce serait compliqué", se souvient-il.

- "Caractère très fort" -

D'ailleurs, il l'avoue, "rien n'a été simple". Une victoire en Andorre (82-76) à la fin du mois de septembre avait pourtant posé les bases. Mais après l'élimination en Coupe de France contre Orléans en janvier, il a fallu une mobilisation générale pour rebondir.

"Les joueurs ont gagné en confiance et gardé une excellente mentalité, analyse Mitrovic. Ils aiment le combat. Malgré peu de rotations, ils répondent présent. Notre basket n'est pas flamboyant, avec des systèmes complexes. Mais ça marche. En terme d'état d'esprit, on est très fort."

Cette "Roca Team", opiniâtre, lui ressemble. Le buteur de l'équipe de football de l'AS Monaco Stevan Jovetic, son ami et compatriote, explique: "Zvezdan a un caractère très fort. C'est positif. Il tire le meilleur de ses joueurs."

"Le plus important est de choisir des hommes qui pensent collectif au-delà de leur égo", précise l'entraîneur qui attend un engagement total des siens. "Au début, c'est difficile à comprendre puis ça vient, poursuit-il. Changer le cours d'un match est plus important qu'être dans le cinq de départ."

"Sa façon d'agir peut surprendre mais on reste concentré, reconnaît le pivot Mathias Lessort. C'est un très bon coach. Il protège ses joueurs et veut le meilleur pour eux."

- "Old school, pas dictateur" -

"Sur le terrain, je suis à 100% et j'aime que mes joueurs le soient, admet Mitrovic. Mais je ne suis pas dictateur. J'ai une bonne relation avec eux."

A 51 ans, dont 29 passés à entraîner, il se considère "old school" (littéralement vieille école). "On a un peu fêté la qualification contre Gran Canaria, se remémore-t-il. Mais je ne sors jamais boire un verre avec les joueurs. Je garde mes distances. C'est ma façon d'être. Je suis ouvert aux discussions avant et après l'entraînement. Mais hors terrain, j'échange peu."

Toujours dans "l'adaptation de l'environnement", sa "principale qualité", Mitrovic estime ne plus "du tout travailler de la même façon qu'il y a cinq ans à peine". "La mentalité, les attentes des joueurs ont évolué, les cadences de matches ont augmenté."

Lui, dont la fierté sportive est d'avoir qualifié le Monténégro, où il est une star, au Mondial-2019 en Chine, a déjà réussi sa saison. En fin de contrat en juin, il vise la conquête d'un trophée (Eurocoupe ou Championnat de France) avant d'évoquer son avenir, notamment avec Monaco, sa "première option".

"Je pense faire partie des entraîneurs qui peuvent prétendre diriger une équipe d'Eurocoupe ou d'Euroligue", conclut-il avant d'éclater de rire: "Mais je suis très loin des gros salaires, comme Zeljko (Obradovic) ou (Ettore) Messina."

mots clés de l'article : basket , FRA , C2 , MNE

Publicité
Publicité
Publicité

Ces articles pourraient aussi vous intéresser

Publicité

Liens commerciaux

Pourquoi acheter en ligne
image description Promos exclusives
image description Paiement 100% sécurisé
image description Livraison gratuite sous 72h
image description À vos cotés 24h/24
image description 14 jours pour changer d’avis