sports par Albi (AFP) , samedi 12 septembre 2020 à 10:35

Athlétisme : les Championnats de France malgré tout

image description
image description

Délocalisés à Albi et décalés à mi-septembre en raison de la crise sanitaire, les Championnats de France d’athlétisme prévus samedi et dimanche ne sont pas épargnés par les absences de poids, symboles d’une saison totalement chamboulée par le coronavirus.

Ce rendez-vous annuel devait initialement se tenir du 19 au 21 juin à Angers mais la pandémie a bouleversé les plans de la Fédération française d'athlétisme (FFA) qui s'est rabattue sur Albi, déjà théâtre de cette compétition il y a deux ans. En optant pour la cité du Tarn et une organisation tardive, la FFA a réussi à sauver l'essentiel mais elle a peut-être découragé une partie de ses stars, déjà échaudées par le report des Jeux Olympiques de Tokyo à 2021 et l'annulation de l'Euro à Paris.

Avec un exercice estival raccourci à deux petits mois et sans grands évènements pour se motiver, nombre d'entre eux ont déjà mis le cap sur l'année prochaine (Pierre-Ambroise Bosse, Mahiedine Mekhissi, Jimmy Vicaut, Rénelle Lamote, Morhad Amdouni) alors que d'autres ont préféré prendre le temps de soigner leurs blessures (les adducteurs pour Christophe Lemaitre, les ischio-jambiers pour Pascal Martinot-Lagarde).

Le plateau proposé en souffre forcément mais le stadium municipal d'Albi, dont la capacité a été réduite de moitié, Covid-19 oblige (4.000 spectateurs au lieu de 8.000 avec port du masque obligatoire), verra tout de même à l'oeuvre quelques valeurs sûres des Bleus.

Deux glorieux anciens tenteront de gonfler encore plus leurs statistiques impressionnantes sur le plan national. Mélina Robert-Michon visera ainsi un treizième titre de championne de France au disque et Renaud Lavillenie voudra atteindre la barre des dix en plein air à la perche, même s'il est largement dépassé en ce moment sur la scène internationale par le duo Duplantis-Kendricks.

- Un nouveau record pour Tavernier ? -

Au rayon record, la quête des 75 m au marteau pourrait passer par Albi pour Alexandra Tavernier. La médaillée d'argent européenne a porté en juillet la meilleure marque française de tous les temps à 74,94 m et n'est plus très loin du but.

Après une année 2019 frustrante et une blessure contractée juste avant les Mondiaux (élimination en demi-finales), Wilhem Belocian est lui revenu fort en 2020 sur 110 m haies avec un record personnel (13 sec 18) et partira largement favori en l'absence de Martinot-Lagarde.

"Ma saison c'est une bonne surprise, sans grande échéance cette année le but c'est de kiffer, a expliqué l'ex-champion du monde juniors (25 ans). J'espère passer le cap, atteindre mon objectif, passer sous la barre des 13 secondes un jour."

Kevin Mayer fera une apparition à Albi et se testera au poids mais aussi sur les haies où il faudra avoir à l'oeil la jeune et prometteuse Cyréna Samba-Mayela. La protégée de Teddy Tamgho vient tout juste de descendre sous les 13 secondes (12 sec 87), le 25 août à Chorzow (Pologne), et incarne l'avenir de l'athlétisme français à seulement 19 ans.

"Je vais continuer de prendre du plaisir, a-t-elle déclaré. Parce que courir avec les grandes c'est un univers que je découvre, ça peut être stressant, avec la pression de bien faire les choses."

La fédération profite également de ces Championnats de France pour fêter son centenaire en invitant notamment quelques vieilles gloires de l'athlétisme tricolore: Marie-José Pérec, Jean Galfione, Bruno Marie-Rose, Muriel Hurtis, Guy Drut, Stéphane Diagana et Christine Arron notamment.

mots clés de l'article : épidémie , athlétisme , virus , FRA

Publicité
Publicité
Publicité

Ces articles pourraient aussi vous intéresser

Publicité
Pourquoi acheter en ligne
image description Promos exclusives
image description Paiement 100% sécurisé
image description Livraison gratuite sous 72h
image description À vos cotés 24h/24
image description 14 jours pour changer d’avis