46% de la production française vient de La Réunion

Une pétition contre les pesticides dans les ananas

photo imaz press reunion

Dans son rapport de 2019, l’association de défense de l’environnement Générations Futures s’est penchée sur les résidus de pesticides relevés sur les fruits et légumes consommés en métropole. D’après les chiffres d’une étude réalisée sur six années, plus de 65% des ananas présentent des résidus de pesticides. Des conclusions alarmantes qui inquiètent les consommateurs réunionnais car 46% des ananas qui se retrouvent sur les étals métropolitains proviennent de La Réunion, le plus gros exportateur. Dans notre département, le fruit est l’un des produits phares des marchés forains. Cetanou, plateforme péi en faveur de l’environnement, invite les consommateurs à signer "Stop Pesticides", une pétition pour alarmer sur les dangers des produits chimiques.

Avec près de 30000 tonnes chaque année, la France est le premier producteur européen d'ananas. Le victoria représente à lui seul près de la moitié de cette production. Cependant un problème se pose sur ses fruits, le taux anormalement élevé de glyphosate. Une étude menée par Générations Futures révèle que 65% des ananas présentent des résidus de pesticides.

L'ananas caracole en tête du classement des fruits les plus infestés de pesticides. La plateforme Cetanou qui regroupe divers acteurs engagés en faveur de l'environnement invite sur son site web à signer une pétition. Baptisé Stop Pesticides Réunion, elle vise à alarmer la population à la fois sur le taux élevé de pesticides dans nos fruits mais aussi à réclamer plus de transparence au niveau des produits destinés à la consommation.

Une absence d'informations

Les chiffres alarmants du rapport de Génération Futures soulèvent des interrogations de la part du collectif. Cetanou pointe du doigt une absence d'informations sur les ananas présentés sur les étals de nos marchés. D'après eux il serait impossible de savoir si les fruits ont été en contact avec du glyphosate, des pesticides ou tout autre engrais chimique.

La Réunion représentant à elle seule près de la moitié de la production d'ananas, la part présentant des résidus de produits chimiques serait importante. Des statistiques d'autant plus inquiétantes que notre département est le second au niveau national à utiliser le plus de glyphosate.

Pour signer la pétition rendez-vous ici.

bh / www.ipreunion.com / redac@ipreunion.com

mots clés de l'article : Actus Reunion

suivez-nous