Réunion par Imaz Press, mercredi 3 juin 2020 à 02:59
Du médical à La Réunion à la politique en Métropole il n’y a qu’un pas

Un Réunionnais devient maire d’une commune de l’Ariège

image description
image description

A l’heure où de nombreux élus expriment leur ras-le-bol, leur découragement, parfois leur colère face aux défis posée à leurs collectivité, Imaz Press a rencontré un maire heureux, Michel Pichan, médecin à la retraite, né à Saint-Benoit de La Réunion et élu maire le 15 mars 2020 de Saint-Lizier, une petite commune de l’Ariège.

Michel Pichan est un homme timide. Il le précise dès le début de l’entretien. On se rend rapidement compte que cette réserve à guidé sa vie. Issu d’une famille nombreuse, il a grandi dans la commune de Saint-Benoit, où il y a effectué ses études primaires et secondaires. Après son bac, il quitte La Réunion, durant 10 ans, pour s’installer à Toulouse. "Je suis parti en métropole pour continuer mes études dans la filière de la médecine e" indique Michel Pichan.

Le docteur a débuté comme anesthésiste réanimateur au centre hospitalier de Bellepierre à Saint-Denis, avant d'être nommé chef du service de réanimation au Chac (centre médico-psychologique enfants et adolescents) à Saint-Girons, près de Toulouse. Il y restera 40 ans. "J’ai commencé ma carrière à La Réunion, cela a duré 6 mois, j’ai été contraint de retourner en métropole pour des motifs personnels. J’ai donc décider de continuer ma vie là-bas " explique-t-il.

- Quatre décennies de diagnostic médical -

Arrivé en 1980, l'interne, en poste au Chac, tombe "amoureux" de Saint-Girons. L'amateur de nature pose ses valises dans la cité médiévale, située à une centaine de kilomètre de Toulouse. Titulaire à l’hôpital, mais "non sédentaire", Michel Pichan explore d'autres facettes de la profession, président de la communauté médicale, responsable à la Fédération hospitalière de France Midi-Pyrénées, et référant national en ce qui concerne tous les métiers des blocs " J'aime bien me remettre en cause " glisse-t-il.

"L'arrivée à la mairie de Saint-Lizier (commune limitrophe de Saint-Girons - ndlr), c'est la continuité de mon métier de médecin" assure Michel Pichan. "En quarante ans, je n’ai eu que du bonheur à Saint-Girons. Pas un matin où ça m’a coûté d’aller au boulot. Accepter la place de maire, c’est mon remerciement".

Ce nouveau venu en politique, "jamais encarté", dénote dans le paysage local, où l'élection est encore synonyme de consécration personnelle. "Je suis passé de l'autre côté pour finaliser des projets parce que je suis rendu compte qu'en tant que citoyen, je n'arrivais pas à faire avancer les choses."

La santé figure, évidemment, sur la feuille de route de l'élu, notamment " Continuer à se battre pour la défense du service public, le seul patrimoine des pauvres et des démunis pour avoir accès à la santé, à l’éducation, et à la justice ". ses détracteurs qui pointent sa disponibilité, le maire joue la carte du travail en équipe avec ses adjoints.

- Un engagement au service de la population -

Le nouveau maire a mené une campagne active. "C’est une question de gestion du temps.". Il dort peu, et ses journées sont longues. "Portes à portes, réunions publiques, alimentation des réseaux sociaux, affiches, … Nous avons commencé cette campagne il ya un peu plus d’un an. " indique-t-il. Il se présente sur une liste sans étiquette intitulé "Projet Saint-Lizier 2026". "Ce projet est issue de la société civile, c’est une liste plurielle qui ressemble à Saint-Lizier, avec pour seul objectif d’engager toutes nos forces pour mener à bien le projet de rénovation" explique Michel Pichan.

Élu avec 77,68% des voix dès le premier tour des élections municipales, il s'est assis dans le fauteuil de maire le 27 mai. Pandémie oblige, il a dû attendre la fin du confinement pour être installé à son poste. En attendant les affaires courantes avaient été gérées par le maire sortant, Étienne Dedieu, qui n'était pas candidat à sa succession.

- Un maire au plus près des gens -

L'objectif du nouveau maire de Saint-Lizier est tout simple : il veut que "les habitants soient heureux. Et pour être heureux, quoi de mieux que de faire des choses ensemble, de partager des moments et de réaliser des projets en commun". C'est en tout cas l’ambition de Michel Pichan. L'édile aime cet endroit où il est "au milieu des gens". Pour lui, "être maire, c'est un défi, mais c'est intéressant".

L'imagination du maire, et sa créativité n'ont pas de limite. Il a en tête des dizaines d'idées. "Embellissement de l’axe principal, séjour pédestre, parcours de santé, améliorer la mobilité douce, … la liste est longue. Je veux que Saint-Lizier devienne un point cardinal de l’Ariège". Il souligne que ses projets "sont toujours bien ficelés. Nous allons travailler en privilégiant quatre axes : le mieux-vivre à tous les âges dans les sept quartiers du village, améliorer le cadre de vie, développer pour tous la culture, le sport, et le tourisme et continuer à se battre pour la défense du service public".

Ce que souhaite Michel Pichan avant tout, c'est que "chacun trouve sa place dans la commune et que toutes les choses qui s'y passent rapprochent les habitants, les soudent et leur permettent de vivre le mieux possible". Saint-Lizier "a perdu le label "Plus beau village de France", il sera difficile de le récupérer mais nous serons un village fleuri, propre et sans glyphosate" conclut le Réunionnais

es / www.ipreunion.com / redac@ipreunion.com

mots clés de l'article : maire , PORTRAIT , municipales , saint-benoît , actualité de la réunion , Actus Reunion

Publicité
Publicité
Publicité

Ces articles pourraient aussi vous intéresser

Publicité
Pourquoi acheter en ligne
image description Promos exclusives
image description Paiement 100% sécurisé
image description Livraison gratuite sous 72h
image description À vos cotés 24h/24
image description 14 jours pour changer d’avis