Réunion par Imaz Press, vendredi 23 avril 2021 à 11:11
Enquête menée auprès de 1000 habitants

TCO : plus de 80% des usagers "satisfaits" de la gestion des déchets

image description
image description

Le TCO a dévoilé ce vendredi 23 avril 2021 les résultats d’une enquête téléphonique de satisfaction menée auprès des habitants du territoire, de fin novembre à fin décembre 2020. Une étude cruciale dans le contexte sanitaire actuel, alors que l’épidémie de dengue est virulente. Il apparaît que plus de 80% se disent satisfaits du service de collectes, bien que certaines disparités soient à noter. Ainsi il ressort également que les personnes sondées font part de bacs trop pleins. Le réflexe déchèterie est encore loin d’être automatique. Près d’une personne sur deux estime aussi que les bornes sont trop sales. Le manque d’informations sur la réduction des déchets est aussi pointé du doigt. Parallèlement le TCO dévoile que seuls 13% des déchets récoltés en janvier-février l’ont été sur la deuxième collecte mise temporairement en place. Une expérimentation qui ne semble donc pas changer drastiquement la gestion des déchets.

20.000 appels ont été nécessaires pour obtenir un échantillon le plus représentatif possible de la population du TCO. Au final ce sont 1.000 questionnaires qui ont été retenus, de 30 questions.

- Satisfaction globale -

Concernant les collectes, d'ordures ménagères, d'emballages recyclables ou des encombrants, il apparaît d'abord que 80% des sondés en moyenne se disent satisfaits ou très satisfaits de la collecte sur le territoire. Pour les ordures ménagères résiduelles, ce qui ressort cependant est que les bacs sont souvent trop pleins. 70% des usgers le disent (78% pour les emballages recyclables), et 12% d'entre eux affirment même que leur bac déborde (17% pour les emballages). "Une solution serait d'avoir des bacs plus grands" propose Emmanuel Séraphin, président du TCO.

Une méthode peut-être plus efficace que l'expérimentation menée sur deux mois, en janvier-février : la deuxième collecte hebdomadaire instaurée pendant cette période semble avoir peu porté ses fruits. "Sur 9.460 tonnes de déchets collectés pendant cette période, seuls 13% d'entre eux l'ont été pendant cette deuxième collecte hebdomadaire" révèle Emmanuel Séraphin. Le dispositif, s'il est reconduit l'an prochain, devra donc être repensé pour mieux s'adapter aux besoins. "La population semble avoir conservé ses habitudes" remarque Nicolas Guérin, directeur de l'environnement au TCO.

Lire aussi - TCO : fin d'expérimentation pour la collecte bi-hebdomadaire des ordures ménagères

- Les services pas toujours utilisés -

Concernant les encombrants, 70% des usagers disent n'utiliser que très faiblement le service du TCO dont 46% ne le font jamais, "un chiffre étonnant" commente Nicolas Guérin. Le réflexe déchèterie est davantage ancré mais un quart des habitants sondés disent malgré tout ne pas souhaiter se rendre en déchèterie. Pour les déchets végétaux ce taux monte à deux tiers des usagers. 60% indiquent cependant être intéressés par un service de broyage. Pour le verre, les bornes à verre sont utilisées par trois quarts des foyers interrogés mais 49% d'entre eux jugent que les bornes sont souvent trop sales.

Les méthodes de compostage sont bien inscrites dans les habitudes des habitants : 36% l'utilisent et 62% d'entre eux le font aussi bien pour les déchets végétaux que pour les déchets alimentaires.

- Méconnaissance de certains outils -

Concernant les pratiques de réemploi ou de réparation pour réduire les déchets, 61% de la population se dit intéressée par des objets de seconde main mais le Trokali, mis en place sur le territoire, est connu par un tiers des sondés seulement. "Une douche froide" commente, déçu, Nicolas Guérin.

De façon générale sur la gestion des déchets, la population ne se sent pas assez informée notamment sur la façon de réduire les déchets : 41% se disent mal ou non informés. 85% disent aussi ne pas connaître le montant de la TEOM (taxe d'enlèvement des ordures ménagères). Concernant les mesures nationales qui pourraient être mises en place, près de 70% indiquent qu'un calcul de la facture au poids pourraient les inciter à réduire leurs déchets. Une écrasante majorité est pour verbaliser les incivilités (96%), et donc les auteurs de dépôts sauvages.

- Urgence face à la dengue -

Le contexte actuel pousse le TCO à vouloir s'investir davantage dans la lutte contre les déchets. L'ouest regroupe 74% des cas de dengue répertoriés sur l'île actuellement. "On enregistre 23.000 tonnes de dépôts sauvages sur le territoire, et nous avons ramassé 5.000 tonnes, ce qui représente 2 millions d'euros" indique Emmanuel Séraphin.

Lire aussi - Dengue : deux patients sont décédés, 1.416 cas en une semaine

Une application "No Makot" devrait permettre aux habitants de signaler les dépôts sauvages, certains étant d'ailleurs récurrents, note le TCO. Les opérations "Vid fond' kour" se poursuivent dans les différentes communes pour éliminer les gîtes larvaires. Le plan ravine égalemnt vise à intervenir au maximum pour nettoyer ce qui peut devenir de vrais nids à moustiques.

Vice-présidente du TCO déléguée à la veille sanitaire, Laëtitia Lebreton souhaite renforcer les mesures d'intervention de proximité contre la dngue dès le mois de février pour l'année prochaine, pour ne pas attendre avant qu'il soit trop tard. En attendant, "videz vos soucoupes, ne jetez pas vos déchets sur la voie publique, protégez-vous des moustiques quand un proche ou votre quartier est touché..." Il en va aussi de la responsabilité de chacun.

mm/www.ipreunion.com / redac@ipreunion.com

mots clés de l'article : Enquête , déchets , TCO , dengue , actualités de la réunion , satisfaction , Actus Reunion , TCO Actualité

Publicité
Publicité
Publicité

Ces articles pourraient aussi vous intéresser

Publicité

Liens commerciaux

Pourquoi acheter en ligne
image description Promos exclusives
image description Paiement 100% sécurisé
image description Livraison gratuite sous 72h
image description À vos cotés 24h/24
image description 14 jours pour changer d’avis