Surf - Jérémy Florès remporte le Pipe master 2017

Le Réunionnais Jérémy Florès, 29 ans, a remporté pour la seconde fois de sa carrière le Billabong Pipeline Masters, la plus ancienne et plus prestigieuse compétition de surf de la planète, dernière étape du tour mondial 2017 qui s’est achevée dans la nuit du lundi 18 décembre au mardi 19 décembre 2017 à Hawaii. Il "a battu en finale le tout frais champion du monde hawaïen John John Florence (16,23 - 16,16) pour s’adjuger un 3e succès en 11 années au sein de l’élite" note la fédération française de surf dont nous publions le communiqué ci-dessous

Arrivé à Hawaii au 19e rang mondial, menacé même de relégation et avec pour seul objectif de se maintenir sur le CT pour une 12e saison consécutive, Florès a clôt sa saison 2017 avec un second titre sur la plus prestigieuse des compétitions de surf au monde ! "C’est la plus belle des choses que de gagner cette compétition, qui plus est en battant John John (Florence) en finale dans les dernières secondes sur une vague à Backdoor".

Porté jusqu’à la tour des juges par le clan Quiksilver, Florès souri longuement après avoir extériorisé toute sa joie pendant de longues secondes.

- Il voit double sept ans après -

Sept ans après son premier succès sur le World Tour qu’il avait signé sur ce même spot de Pipeline, Jérémy Florès est ressorti de nulle part pour coiffer une seconde couronne de Pipeline Master. Alors qu’il ne restait qu’une poignée de secondes et que toute la plage de Banzaï Pipeline s’apprêtait à célébrer le triomphe absolu de l’enfant prodige John John Florence, sacré champion du monde deux heures plus tôt lorsque Florès avait déboulonné en quarts son dernier rival, le Brésilien Gabriel Medina, le Français a sauté sur une dernière vague.

- Cinq longues minutes pour le score -

Une long tube, sorti parfaitement, les deux bras levés très haut pour réclamer la note aux juges : le 8,27 qu’il lui fallait pour s’imposer. Cinq minutes plus tard, les pieds déjà au sec, Florès hurlait sa joie à l’annonce du score (8,33) et de sa victoire. " Cette dernière vague, je savais que c’était une bonne vague, je savais qu’il allait y avoir un bon tube, ça pouvait le faire. J’ai été chercher ce 8 points ! "

- Héros du jour mais ému aussi -

Une victoire au buzzer qui s’ajoute à la légende du surf pro et qui fait de Jérémy Florès un double vainqueur du Pipe Masters, fait rare. " Vous savez, il ne faut jamais me croire battu. J’ai vu tous les drapeaux (pour Florence) sur la plage alors qu’il ne restait que quelques secondes dans la finale. Moi, je ne lâche jamais (rires) ! "

Héros de la dernière étape de la saison, Florès l’avait également été pour le peuple hawaïen un peu plus tôt dans la journée en éliminant Medina de la course au titre. " Pour être honnête, je n’ai pas aimé me mêler de la lutte pour le titre entre John John et Gabriel, qui sont deux mecs au-dessus de nous tous. Quand j’ai battu Gabriel, je me suis senti mal. Je l’ai vu pleurer. Le surf, ce n’est pas ça. Le surf, c’est des bonnes vibrations, du partage. Mais c’était bon pour John John d’un autre côté. Et puis, en finale, j’ai donc battu le champion à la dernière seconde, lui qui n’a jamais gagné ici ! C’est la meilleure manière de gagner pour moi ! "

- Sa préparation à Tahiti plutôt qu’à Haleïwa ou Sunset beach -

Sa victoire à Pipeline, le Réunionnais est allé la chercher dans le Pacifique. A 5.000 km plus au Sud. A Tahiti où il a passé 15 jours entre l’Europe et le North Shore. Après plus de 10 ans de Triple Crown, et alors que les deux deniers QS pouvaient lui permettre d’obtenir son maintien, Florès a fait l’impasse sur Haleïwa et Sunset beach pour se concentrer sur Pipeline. Avec sa compagne qui est originaire de Tahiti, il a passé deux semaines à surfer les tubes cristallins de la Polynésie, à prendre de l’énergie. Et il est arrivé quelques jours seulement avant le Pipe Masters. Une recette qui a fonctionné à merveille.

- "Soulagé après l’assurance de mon maintien" -

" J’ai eu beaucoup d’émotions, confiait-il quelques moments après avoir soulevé le trophée. Il me fallait passer deux séries pour être requalifié. Je courrais derrière une 9e place depuis la compétition en France. J’ai su que c’était bon dimanche en passant le 3e tour. Aujourd’hui (la nuit denrière), je voulais juste avoir du fun. J’ai surfé relâché. "

- "Un titre de plus pour la France" -

Considéré comme un des meilleur tuberiders au monde, n’oublions pas qu’il a signé ses trois victoires en CT à Pipeline (2010 et 2017) et à Teahupoo (2015), Florès sait aussi rester humble. " Je ne pense pas être un des meilleurs au monde. J’aime surfer les bonnes vagues. Cette compétition est magique avec seulement deux surfeurs à l’eau. On a de la chance de surfer ici tout seul. "
Et avant de quitter la scène, drapeau tricolore sur les épaules, grand sourire aux lèvres et micro aux lèvres, Florès de lancer : " Je veux remercier tout le monde, tout ceux qui m’ont aidé dans les bons et les mauvais moments. Et au fait : c’est un titre de plus pour la France ! Ça n’arrive pas souvent (rires) ! "

Jérémy Florès, la bio

Billabong Pipe Masters :
1. Jérémy Florès (Fra) 16.23
2. John John Florence (Haw) 16.16
Demi-finales
SF 1 : John John Florence (Haw) 12.56 bat Ian Gouveia (Bré) 12.33
SF 2 : Jérémy Florès (Fra) 12.20 bat Kanoa Igarashi (USA) 11.33
Quarts de finale
QF 1 : Ian Gouveia (Bré) 9.70 bat Joel Parkinson (Aus) 8.40
QF 2 : John John Florence (Haw) 17.60 bat Julian Wilson (Aus) 2.64
QF 3 : Jérémy Florès (Fra) 12.76 bat Gabriel Medina (Bré) 6.04
QF 4 : Kanoa Igarashi (USA) 9.57 bat Italo Ferreira (Bré) 8.67


Classement général 2017

1. John John Florence (Hawaii) 59,600 pts, champion du monde
2. Gabriel Medina (Brésil) 53,700 pts
3. Julian Wilson (Australie) 48,650 pts
4. Jordy Smith (Afrique du Sud) 47,600 pts
5. Matt Wilkinson (Australie) 40,700 pts

15. Jérémy Florès (France) 29,700 pts
19. Michel Bourez (Tahiti) 24,950 pts
21. Joan Duru (France) 23,400 pts

Les surfeurs du Top 22 sont maintenus pour le CT 2018.

à voir également en vidéo

suivez-nous