Réunion par Imaz Press, samedi 13 novembre 2021 à 07:15
Le marché locatif immobilier sous tension

Se loger à La Réunion : un parcours du combattant

image description
image description

La situation du logement est sous tension sur l’île. La rareté des surfaces foncières et le dynamisme de la démographie du territoire en sont en partie responsables. Côté privé, les agences immobilières confirment le manque exceptionnel de logement en location au cours de ces 6 derniers mois. Un déséquilibre entre offre et demande qui participe à l’inflation du prix des loyers et renforce les exigences de garanties des bailleurs. La crise du logement n’est toutefois pas un phénomène nouveau sur l’île. La Confédération nationale du logement (CNL) s’insurge depuis plusieurs années contre le manque de réactivité des autorités compétentes : avec près de 30.000 demandeurs de logements sociaux dont 12.000 primo-demandeurs sur le territoire, Elle s’inquiète de la chute historique des constructions et livraisons de logements sur le département. La CNL continue également de tirer la sonnette d’alarme pour dénoncer le nombre exponentiel de logement indignes sur le territoire. (Photo illustration rb/www.ipreunion.com)

- Pénurie de logement -

Les agences immobilières sont unanimes : la demande est montée en flèche depuis le deuxième semestre de cette année 2021. C'est en tout cas ce qu'affirme Pierre Joël, directeur de l'agence Joël Pierre immobilier à Saint-Denis : "cette année bat tous les record" s'exclame-t-il, "je ne m'occupe pas de location, je ne fais que de la vente, et pourtant, je reçois 4 à 5 appels par jour de personnes qui souhaitent louer, c'est deux fois plus que ce que j'ai habituellement au cours d'un seul mois".

Le constat est le même pour Monsieur Payet, commercial location au sein du groupe immobilier Citya. La forte demande de ces trois derniers mois a selon lui appauvri le marché en offre de logement : "on a plus grand-chose à proposer, on recherche de nouveaux mandats pour pouvoir louer" précise-t-il.

Sur les réseaux sociaux, les annonces de recherches de logements ne cessent de pleuvoir. Des "bouteilles à la mer" que les internautes n'hésitent pas à publier de multiples fois, précédées d'en-têtes "relance" ou encore "urgent". Manon, jeune saint-pierroise, a, elle aussi tenté sa chance sur un groupe spécifiquement dédié à la location de chambres et d'appartements sur l'île. Les premières lignes de sa publication traduisent le caractère exceptionnel de la situation : "je ne suis pas du genre à poster mais là ça urge quand même" écrit-elle. A la recherche d'un logement depuis plus d'un mois pour s'y installer avec son compagnon, la jeune femme confie avoir endurer "un vrai parcours du combattant". "Nous recherchions tous les jours, sans relâche. Nous sommes tombés sur beaucoup de fraudes. Nous avons fini par trouver un petit studio à 700 euros à Saint-Pierre" dit-elle.

- "Même en colocation c'est vraiment la guerre" -

Trouver un logement n'a pas non plus été une mince affaire pour Elena et Maxime, arrivés au début du mois d'octobre 2021. Le jeune couple a dû rivaliser de débrouillardise pour trouver une location qui lui convienne. "En arrivant sur l'île il y a un mois, nous pensions louer une location saisonnière pour quelques semaines et trouver rapidement un appartement dans lequel s'installer, mais nous nous sommes vite rendus compte qu'il y avait peu de logements disponibles" explique Elena.

"On s'est alors intéressé aux colocations, mais même là, c'est vraiment la guerre" poursuit Maxime, son compagnon: "lorsqu'une annonce de chambre disponible est publiée, il peut y avoir jusqu'à trente commentaires sous la publication en moins de deux heures" déplore-t-il. La suite du processus prend alors des allures de casting : " la concurrence est rude, il faut se vendre, c'est une idée qui nous dérangeait un peu" confie-t-il.

Le couple alterne depuis plusieurs semaines entre logements saisonnier et locations de courte durée. la mi-novembre, Elena et Maxime intègreront une nouvelle habitation par le biais du concept de Home-sitting (un échange de services qui consiste à mettre en relation des personnes voulant faire garder leur maison avec d'autres souhaitant remplir ce rôle). Ce n'est qu'à partir du mois de janvier 2021 qu'ils pourront enfin définitivement poser leurs valises. "Nous avons a eu de la chance de trouver quelqu'un qui nous fasse confiance et accepte notre dossier" commente le couple.

Sauf exception, la constitution d'un dossier solide est en effet un prérequis essentiel à l'accès au logement sur l'île. Compte-tenu de l'important nombre de demandeurs, les bailleurs privés n'hésitent pas à placer la barre haut en terme de garanties : CDI, revenus correspondants à trois mois de loyer, multiples garants, refus du dispositif visale…

- Hausse du montant des loyers -

Selon la carte du prix des loyers en France communiquée par le ministère de la transition écologique en décembre 2020, les Réunionnais paient en moyenne 12,2 euros par mètre carré à Saint-Denis, 15,4 euros à Saint-Paul, ou encore 14,1 euros à Saint-Leu pour les appartements du parc privé. Les loyers sont légèrement plus abordables dans l'est, avec une moyenne de 10 euros par mètre carré à la Plaine des Palmistes ou encore à Sainte-Rose. Ces données ont toutefois été collectées au cours de l'année 2019 et la situation semble depuis s'être dégradée.

Les sociétés immobilières que nous avons contactées affirment ne pas avoir constaté une révision à la hausse significative des prix des loyers au sein de leur agence au cours de cette année 2021 par rapport à l'année 2020. Les estimations de l'évolution des coûts des loyers fournies par le Figaro-immobilier sur l'île attestent, elles, du contraire. Le prix médian du loyer au mètre carré serait passé de 12 euros au mois d'août 2020 à 14 euros pour la même période en 2021.

Les chiffres de l'Insee sur l'Indice de référence des loyers (IRL) expriment eux aussi cette tendance. Pour rappel, la révision du loyer d’un logement en France est réglementée par la loi Alur (2014) et plafonnée par L'IRL. Cet indice est calculé chaque année sur la base de l'évolution des prix à la consommation. Sa valeur a été publiée le 15 octobre 2021 à La Réunion, elle indique une hausse de 0,83 % par rapport à l'IRL du 3ème trimestre 2020. L'outil de mesure autorise par conséquent les propriétaires à augmenter le prix de leur loyer au 4e trimestre 2021.

Pour la CNL, cette inflation ne date pas d'hier. Les prix des loyers de logements sociaux n'en sont par ailleurs pas épargnés. La confédération constate une hausse du montant des loyers et charges locatives de 6.69% sur la période 2017-2021, un problème d'envergure dans un département où 38% de la population vit en dessous du seuil de pauvreté.

-"Tous les feux sont au rouge"-

La crise du logement à La Réunion, c'est aussi le contexte d'état d'urgence dans lequel s'inscrit le parc locatif social. Le département compte 33.000 demandeurs de logements sociaux dont 12.000 primo-demandeurs, alors même que la livraison de nouveaux logements sociaux diminue. Avec 3.300 logements sociaux livrés en 2018 contre 1516 en 2020, "La livraison a chuté de 50%. Dans le même temps, les attributions de logements ont, elles aussi, diminué de 35% sur l'année 2020...Nous sommes sur une situation extrêmement tendue, et ce n'est pas prêt de s'améliorer" regrette Erick Fontaine, administrateur de la CNL Réunion.

Lire aussi: Loyers : se loger à La Réunion, ça coûte (vraiment) cher

La CNL pointe également du doigt l'explosion du nombre de logements indignes sur le territoire. Plusieurs immeubles "qui sortent de terre en ce moment à La Réunion sont indécents au bout de quelques mois" affirme Erik Fontaine. L'administrateur s'inquiète du caractère exponentiel de ce phénomène, il affirme recevoir jusqu’à "40 signalements de logements insalubres par jour".

Présent ce samedi 6 novembre 2021 pour l'indemnisation des locataires de la résidence Flacourt, surnommée "l'immeuble de la honte", à Sainte-Marie, il invoquait un problème de construction majeur auquel il est crucial d'apporter une solution : " qu'il s'agisse d'un problème de matériaux de mauvaise qualité, de professionnalisme des agents qui interviennent sur l'immeuble ou d'un manque de suivi des autorités, nous devons comprendre pour enrayer ce fléau" s'était-il exprimé.

Lire aussi: Sainte-Marie: les résidents de l'immeuble Flacourt ont été indemnisés

L'administrateur de la CNL ajoute à ce sombre tableau la problématique du manque de construction de logements en faveur des personnes âgées, de la raréfaction des petits logements (type T2) ou encore du nombre important de logements inexploités. ce titre, La CNL mène actuellement une enquête visant à localiser les logements vacants et trouver leur propriétaire : "l'idée est de les convaincre de louer en leur proposant des dispositifs qui permettraient d'avoir 85% de réduction d'impôt sur de la location. Nous ne pourrons pas régler le problème de tout le monde, mais c'est près de 1.500 logements qui pourraient être remis à la location" a t-il annoncé.

mt/www.ipreunion.com / redac@ipreunion.com

mots clés de l'article : CNL , immobilier , inflation , logement sociaux , loyer , location , actu réunion , Actus Reunion , actualité réunion , logement indigne

Publicité
Publicité
Publicité

Ces articles pourraient aussi vous intéresser

Publicité

Liens commerciaux

Pourquoi acheter en ligne
image description Promos exclusives
image description Paiement 100% sécurisé
image description Livraison gratuite sous 72h
image description À vos cotés 24h/24
image description 14 jours pour changer d’avis