Réunion par Imaz Press, mardi 12 janvier 2021 à 02:59
Après l’agression du maire de Saint-André et de sa famille

Quand des "Anges" jaillissent certains démons

image description
image description

L’agression violente qui s’est déroulée ce dimanche 10 janvier 2021 au Créolia restera un événement particulièrement marquant et éloquent. Elle démontre d’une part combien la télévision peut fabriquer et mettre en première ligne des individus particulièrement néfastes et dangereux pour la société. Elle démontre aussi la capacité des Réunionnais à se rassembler et à se fédérer autour d’une même cause, même si parfois, les discours ont semblé flirter avec certaines limites, entre généralisation d’actes isolés et propos polémiques (Photo rb/www.ipreunion.com)

Difficile d’imaginer qu’une telle scène aurait pu se produire en ce dimanche paisible, à La Réunion, dans un hôtel dionysien. Vers midi, La Réunion est abasourdie par cette information selon laquelle une violente altercation s’était déroulée à l’hôtel Créolia et impliquerait des participants à l’émission "les Anges de la téléréalité".

La sidération a atteint son paroxysme en apprenant que ces derniers s’en sont pris au maire de Saint-André, Joé Bédier, ainsi qu’à sa famille venus déjeuner à l’occasion d’un anniversaire. S’ensuit une journée très particulière marquée par le placement en garde à vue des agresseurs présumés, des tensions autour de l’hôtel et du commissariat Malartic, des réactions en chaîne, du monde politique essentiellement, et une polémique sur le maintien ou non du tournage de l’émission.

La production, après avoir annoncé dans un premier temps que le tournage serait maintenu après le départ des trois personnes impliquées, décidera finalement d'annuler le tournage à La Réunion pour plus de sérénité. En tout cas, pour les Réunionnais qui ne connaissaient pas encore ce concept et les candidats, c’est désormais chose faite. La Réunion a pu voir certains "prototypes" de cette émission qui met en avant d’anciens candidats de la télé-réalité afin de leur permettre de "percer dans leurs milieux professionnels". Outre Ricardo et Nehuda, les principaux concernés par l’agression commise à l’encontre de Joé Bédier et sa famille, on peut rappeler que l’émission a aussi accueilli la "célèbre" Nabilla qui s’est distinguée en 2014 en blessant grièvement son compagnon, une autre "star" de la télé réalité, Thomas Vergara.

- Fabrique de "pseudo-stars" -

L’émission est aussi connue pour de nombreuses polémiques. Lors de la saison 6 en 2014, le bébé kangourou qui était la mascotte de la saison, a été transféré d'urgence au zoo de Sydney à la suite des mauvais traitements de la part des candidats. La saison 8 est quant à elle épinglée par le CSA, déplorant que "plusieurs scènes portant directement atteinte à l’image des femmes en raison de propos stéréotypés et dégradant" ainsi que "des scènes d’intimidation envers une candidate" soient diffusées.

Ces anges ne sont donc pas tous des enfants de cœur et l’attitude de Ricardo et Nehuda n’en est malheureusement que l’éclatante démonstration.

Démonstration d’abord du choix contestable des candidats par la production, ces deux derniers ayant déjà été condamnés pour violence en 2017 et qui ont donc récidivé ce dimanche au Créolia.

Démonstration ensuite que si la télé-réalité peut être un puissant accélérateur de certaines carrières, elle n’est reste pas moins une fabrique de "pseudo-stars" qui pensent que tout leur est permis et dû car elles apparaissent à la télévision. C’est très certainement un des grands effets pervers de ce type d’émission qui donne à voir des comportements parfois inacceptables, et souvent puériles.

Bien évidemment, malgré l’effroi provoqué par cette agression, il faut raison garder et ne pas généraliser. Dès l’annonce de cette altercation, une pétition a commencé à circuler pour demander l’annulation du tournage de l’émission à La Réunion. Elle a déjà recueilli plus de 14.000 signatures, démontrant que l’émotion est vive au sein de la population. Elle aura peut être influencé la décision de la production de tout annuler...

La pétition est accessible ici - L'issue de cette triste affaire peut être extrêmement dangereuse -

Si on peut ne pas aimer ce genre d’émission, il n’en demeure pas moins qu’elle a une portée médiatique non négligeable, permettant donc la mise en lumière de notre île, diront certains. La production a d’ailleurs déjà pris "ses responsabilités" dans un premier temps - comme le lui demandait Sébastien Lecornu, ministre des outre-mer -, en annonçant que les fautifs seraient exclus et renvoyés en Métropole "dès que la justice le permettra". Puis elle a décidé d'annuler le tournage dans son intégralité.

Fallait-il condamner l’ensemble des candidats et la production, avec toutes les conséquences que cela peut avoir, tant pour la société de production, que pour La Réunion qui en attend des retombées économiques ? C'est la grande question.

Bien évidemment, il faut dénoncer ces actes et faire preuve d’unité face à de tels faits. Les Réunionnais étaient d’ailleurs nombreux autour du maire de Saint-André ce dimanche soir pour lui apporter leur soutien tout en exigeant une condamnation exemplaire. Les personnalités politiques de tout bord avaient aussi réagi rapidement en dénonçant cette violence et en exprimant leur solidarité au maire de Saint-André et à sa famille.

Joé Bédier a raison quand il dit que le "Réunionnais doit être respecté". Il a aussi raison quand il porte plainte contre ses agresseurs en dénonçant fait que certains "débarquent en territoire conquis" et "se croient tout permis comme s’ils étaient encore dans une colonie". Si ces propos semblent flirter avec certaines limites, elles illustrent malheureusement une triste réalité, celle selon laquelle La Réunion, comme beaucoup d’îles, est encore dépeinte comme une terre de sauvageons où l’on peut faire ce qu’on veut.

Certains propos relatés par des blogueurs métropolitains affirmant dévoiler la version de certains membres de l’émission sur l’altercation renforcent d’ailleurs ce sentiment selon lequel La Réunion serait perçue comme une île de sauvages.

Selon "histoire2tv", le maire de Saint-André aurait dit à la nounou "tu vas te faire violer ici". Des paroles extrêmement violentes qu'il est impossible d'imputer à Joé Bédier. Cela ne ressemble pas à la personnalité ni au comportement du maire saint-andréen. Ce n'est pas non plus un langage commun et habituel à La Réunion. Dès lors cela s'apparente davantage à des raccourcis qu’à des propos véritablement tenus.

Bien évidemment, l’enquête devrait faire la lumière sur les dires et les actes de chacun. En attendant, cet incident grave supposément causé par des "pseudos stars", prend des proportions démesurées. Sans doute parce que La Réunion a subi et subi toujours des situations de mépris et de profondes injustices…

C'est en ce sens que l'issue de cette triste affaire peut être extrêmement dangereuse… A tous de s'en souvenir.

www.ipreunion.com / redac@ipreunion.com

mots clés de l'article : Actus Reunion

Publicité
Publicité
Publicité

Ces articles pourraient aussi vous intéresser

Publicité

Liens commerciaux

Pourquoi acheter en ligne
image description Promos exclusives
image description Paiement 100% sécurisé
image description Livraison gratuite sous 72h
image description À vos cotés 24h/24
image description 14 jours pour changer d’avis