Réunion par Imaz Press, mercredi 30 juin 2021 à 03:00
Election ce jeudi

"Troisième tour" au Département : vers un duel (d’ex) président.e.s

image description
image description

C’est ce jeudi 1er juillet 2021 que se réunit la séance plénière du Conseil départemental pour le fameux "3ème tour" des départementales, qui est marqué par l’élection à la présidence de la collectivité et des élus qui siégeront au sein de la commission permanente. L’enjeu de ce scrutin est de taille puisqu’il devrait fixer les équilibres et les rapports de force pour les six prochaines années. Vraisemblablement, on s’orienterait vers un duel de président.e.s entre le sortant, Cyrille Melchior, et l’ancienne présidente Nassimah Dindar. Serge Hoareau, un temps évoqué, ne sera finalement pas candidat et se rangera aux cotés de Cyrille Melchior. En cas de victoire de ce dernier il obtiendrait le poste de premier vice-président (Photo rb/www.ipreunion.com)

- Cyrille Melchior, le candidat légitime… -

Tout d’abord Cyrille Melchior, le président du Conseil départemental sortant, élu en décembre 2017 à la tête du Département lors de la bataille de succession de Nassimah Dindar qui avait profondément divisé la droite.

Ce dernier n’a jamais caché son souhait de rempiler. Cyrille Melchior peut se targuer d’avoir mené un mandat particulièrement apaisé où droite et gauche ne se sont que très peu opposées. Illustration de cette harmonie qui régnait au sein de la collectivité départementale, tous les budgets présentés par Cyrille Melchior ont été validés à l’unanimité, fait assez rare pour mériter d’être souligné.

Pour tenter d’être réélu, Cyrille Melchior peut s’appuyer sur la droite réunionnaise qui, mathématiquement, pèse davantage au sein du Palais de la Source avec 22 voix théoriques.

A voir maintenant si la droite restera soudée et unie pour ce 3ème tour ou si les fractures et blessures perceptibles à l’issue des régionales vont jaillir au grand jour et provoquer une rupture au sein de cette famille politique. Si la droite réussit à faire bloc et à ramener dans son giron les voix des élus de Saint-Louis par exemple, Cyrille Melchior pourrait réussir à garder son fauteuil.

A noter que Vanessa Miranville ne semble pas non plus fermée à l’idée de travailler avec le président sortant. C’est en tout cas ce qu’elle a affirmé sur les plateaux TV au soir du second tour, le 27 juin dernier, tout en indiquant qu’elle prendrait le temps, avec ses deux conseillers départementaux (Gilles Hubert et Fabiola Lagourde), de rencontrer tous les candidats à la présidence. Il se dit également que Aurélien Centon et Jeanne Hoarau pourraient également soutenir Cyrille Melchior, selon certaines indiscrétions.

- … mais plusieurs incertitudes -

Un élément pourrait néanmoins venir faire de l’ombre au tableau, à savoir le fait que la présidence de la Région a été remportée par Huguette Bello. Les deux élus étant des adversaires à Saint-Paul, il se pourrait que l’accession de Cyrille Melchior à la présidence soit freinée par d’éventuelles tensions qui pourraient naître entre les deux instances.

En effet, la nouvelle présidente du Conseil régional ne pourrait que peu goûter un soutien de Cyrille Melchior au candidat de droite aux élections législatives de 2022 sur la circonscription n7 (celle de Saint-Paul) et encore moins à une liste de droite aux municipales de 2026, avec Aurélien Centon par exemple, celui-là même qui a battu les candidats de la majorité dans le canton 18 de Saint-Paul.

Même si, pour l’heure, Huguette Bello a affirmé être prête à travailler avec tout le monde, la droite réunionnaise (hors tendance Didier Robert) ne peut pas écarter ces éventuelles tensions. Elle pourrait être tentée de choisir une autre voie et se tourner vers un candidat qui fait davantage consensus, afin de ne pas hypothéquer ses chances de pouvoir travailler intelligemment avec la Région Réunion.

D’autres incertitudes planent sur un vote franc et massif de certains élus de droite. C’est le cas de Rémy Lagourgue qui pourrait voir d’un mauvais œil le soutien du Département en faveur de la municipalité dirigée par Richard Nirlo dans le cadre du Pacte de solidarité territoriale. Du côté de Bras-Panon, rien ne dit que Jeannick Atchapa demeurera dans cette union. Le maire de la commune a en effet bâti un solide projet intercommunautaire avec Joé Bédier et Patrice Selly au sein de la Cirest. En cas d’élection de Cyrille Melchior, il peut craindre que toutes les ressources consacrées à l’Est ne soient fléchées vers Saint-André pour soutenir Jean-Marie Virapoullé, laissant les autres territoires pour compte.

- Nassimah Dindar, un retour à la Source au-delà des clivages politiques -

Présidente du Département durant plus de 13 ans, Nassimah Dindar avait dû quitter son fauteuil suite à son élection en qualité de sénatrice de La Réunion, conformément à la loi sur le non cumul des mandats. Il semblerait que l’élue dionysienne veuille faire son retour au 5ème étage du Palais de la Source, là où se trouvent les bureaux de la présidence.

Si, tout au long de la campagne, elle n’a jamais fermé la porte à une éventuelle candidature, tout s’est accéléré à l’issue des résultats du second tour des départementales et régionales, le 27 juin dernier. En direct de sa permanence, la sénatrice annonçait sa candidature à la présidence du Département.

Celle qui avait pris ses distances avec la droite réunionnaise pour soutenir Ericka Bareigts semble vouloir faire le trait d’union entre la droite et la gauche. En effet, son parcours passé en tant que présidente montre qu’elle est tout à fait en capacité de réunir sous une même bannière des élus issus de différents horizons. Fort logiquement, elle devrait avoir le soutien des élus de Saint-Denis (8 conseillers départementaux).

Elle a aussi la capacité de ramener sous son giron les voix du Tampon, compte tenu des relations solides qu’elle entretient avec André Thien-Ah-Koon (4 conseillers départementaux). Juliana M’Doihoma qui fut proche de Nassimah Dindar pourrait aussi ramener les 4 voix de Saint-Louis dans l’escarcelle de la sénatrice.

Dans l’éventualité où la droite (hors tendance Didier Robert) décide de tourner le dos à Cyrille Melchior comme évoqué tout à l’heure, ces voix (6 en théorie) pourraient aussi aller en faveur de Nassimah Dindar qui entretient d’excellentes relations avec Michel Fontaine.

Cette dynamique acquise, elle pourrait alors convaincre quelques élus supplémentaires pour obtenir la majorité des voix, notamment Rémy Lagourgue et Valérie Rivière, René Sotaca et Julie Aroubani, Harry Mussard et Inelda Bausillon ou encore Jean-Yves Langenier et Isabelle Erudel.

Toutefois, la tâche s’annonce ardue pour l’ancienne présidente face à un Cyrille Melchior solidement ancré dans son rôle de rassembleur.

- Serge Hoareau, le renouveau attendra -

Le dernier candidat pressenti pour ce scrutin était Serge Hoareau, le maire de Petite-Ile et président de l’Association des maires de La Réunion. Maire le mieux élu de France en 2020, Serge Hoareau a aussi réussi l’exploit de l’emporter dès le premier tour aux départementales, malgré la très forte abstention.

Régulièrement interrogé sur ses ambitions politiques, Serge Hoareau s’est toujours dit "disponible" pour la présidence du Département, tout en prenant le soin de dire que si Cyrille Melchior est candidat, il ne se présenterait pas.

La président sortant ayant remporté l’élection sur son canton et ayant annoncé son souhait de briguer un nouveau mandat à la tête de l’exécutif départemental, Serge Hoareau se conformera à son engagement de campagne et a décidé de soutenir la candidature de Cyrille Melchior.

Lire aussi : Conseil départemental : Serge Hoareau ne sera pas candidat à la présidence

Pourtant, comme Nassimah Dindar, le maire de Petite Ile aurait pu être un trait d’union entre la droite, la gauche, et les "sans étiquette". Dans le Sud, il travaille en bonne intelligence avec Michel Fontaine. Il a par ailleurs soutenu Ericka Bareigts lors des régionales. Enfin, en tant que président de l’AMDR, il réussit à faire le consensus entre les différentes tendances politiques.

Serge Hoareau aurait par ailleurs pu se targuer d’incarner le renouveau de l’assemblée départementale, après 13 années de mandat de Nassimah Dindar et 3 années de mandat de Cyrille Melchior, ce qui pourrait lui permettre d’obtenir le soutien de ceux qui prônent régulièrement le renouveau, à savoir les élus de La Possession (2), ceux de Saint-Louis (4), ceux de Saint-Benoît proches du parti Banian de Patrice Selly (4) ou encore Aurélien Centon et sa binôme Jeanne Hoarau.

On se dirige donc vers un duel de président.e.s ce jeudi, à moins qu’une ou des candidature(s) surprise(s) n’émergent le Jour-J.

Lire aussi : les modalités d’élection à la présidence du Département

Lire aussi : les compétences du Conseil départemental

www.ipreunion.com / redac@ipreunion.com

mots clés de l'article : Actus Reunion , Départementales 2021

Publicité
Publicité
Publicité

Ces articles pourraient aussi vous intéresser

Publicité

Liens commerciaux

Pourquoi acheter en ligne
image description Promos exclusives
image description Paiement 100% sécurisé
image description Livraison gratuite sous 72h
image description À vos cotés 24h/24
image description 14 jours pour changer d’avis