Réunion par Imaz Press, jeudi 7 décembre 2023 à 18:22

Migration : Sept migrants sri lankais débarquent à La Réunion, ils ont été placés en zone d’attente

image description
image description

Ce jeudi 7 septembre 2023, un navire immatriculé Imula 0813 KLTavec a accosté au port-ouest. À son bord, sept hommes – tous majeurs – en provenance du Sri Lanka. Selon les informations qu’Imaz Press dévoilait ce mercredi, lors de leur échange avec les autorités maritimes, les sept migrants sri-lankais ont tous exprimé le souhait d’effectuer une demande d’asile à la France. Mais en attendant, les sept passagers ont été placés en zone d’attente, le temps que la justice les autorise (ou pas) à entrer sur le territoire français. Il s’agit du troisième navire sri-lankais à arriver à La Réunion en 2023 et le 7ème depuis juillet 2022 (Photos : rb/www.imazpress.com)

Repéré au large de La Réunion dans la nuit de mercredi 6 à jeudi 7 décembre 2023, c'est à 12h37 que l'embarcation sri-lankaise a accosté au Grand port maritime.

À bord, sept hommes en bonne santé, ni malades, ni blessés. Tous – après les vérifications d'usage et un bilan sanitaire – ont été conduits vers la zone d'attente.

Un placement dans l'attente d'une évaluation de leur requête d'admission sur le territoire par la justice.

Plus tôt dans la matinée, les passagers avaient eu contact avec les autorités maritimes.

Les forces de l'ordre émettant au départ l'hypothèse d'un navire de pêche en difficulté, au vu du petit nombre de passagers à bord.

Lire aussi - Un navire sri lankais avec sept personnes à bord accoste à La Réunion

Lire aussi - Accueil des migrants à La Réunion : une obligation du droit international de la mer

- Ils souhaitent demander l'asile -

Selon les informations qu'Imaz Press dévoilait ce mercredi, lors de leur échange avec les autorités maritimes, les sept migrants sri-lankais ont tous exprimé le souhait d'effectuer une demande d'asile à la France.

Si la demande d'asile est confirmée et comme le prévoit la procédure ils feront l'objet d'entretiens avec l'Office français de protection des réfugiés et apatrides (OFPRA) pour statuer sur leur admission au séjour.

Toutefois, la demande est une procédure particulièrement complexe. Comme nous l’expliquait Maître Xavier Belliard, l’accueil des migrants se fait en plusieurs étapes. Concernant la demande d’entrer en France au titre de l’asile, cette procédure vise à autoriser ou non l’entrée sur le territoire de l’asile. Dans ce cadre, l’OFPRA auditionne les personnes concernées et transmet au ministère de l’Intérieur un avis motivé portant sur le caractère irrecevable ou infondé de leur demande. Cela s’apprécie au regard des déclarations du demandeur, explique l’OFPRA.

Si l’OFPRA juge la demande recevable, alors elle donne autorisation à la personne d’entrer sur le territoire. Dans ce cas, le migrant peut effectuer une demande d’asile auprès de la préfecture. Une demande instruite par l’OFPRA qui donne une décision favorable ou défavorable.

Dans le cas où la personne ne satisferait pas aux conditions d’entrée, elle est maintenue en zone d’attente pour une durée maximale de 20 jours, sous contrôle du juge des libertés et de la détention. Elle peut également demander un recours devant le tribunal administratif.

À l’issue de ces 20 jours maximum, le réfugié est reconduit vers son pays.

Pour rappel, ce sont environ 400 Sri Lankais qui sont arrivés entre 2018 et 2023 à La Réunion, dont plus de la moitié a été expulsée désormais.

Lire aussi – Migrants Sri-Lankais : La Réunion terre d’attrait, mais pas (toujours) d’accueil

- Troisième navire de l'année -

Ce navire battant pavillon sri-lankais est le troisième bateau  à arriver à La Réunion en 2023 et le 7ème depuis juillet 2022.

Un navire qui s'ajoute à la longue liste des bateaux stockés sur une parcelle du Grand port maritime. Plus d'une dizaine de navires de pêche sri-lankais immatriculés "Imula" s'y trouvent déjà.

Stockés au rythme des arrivés de migrants sri-lankais, ils sont là, sans passagers ni propriétaires. Depuis, ces navires restent figés, sans être démantelés.

Lire aussi - Au Port les bateaux des migrants sont fermement rivés... au sol

Le dernier navire sri lankais a avoir accosté au Port Ouest est arrivé le 8 février dernier. Il s’agissait du deuxième navire battant pavillon sri-lankais à accoster sur nos côtes depuis le début de l’année et le sixième depuis juillet 2022. Le tribunal administratif avait rejeté la demande d'entrée sur le territoire des 18 migrants.

Un autre était arrivé le 14 janvier 2023. 69 ressortissants étaient alors à bord de l’embarcation IMULA  532 CHW. A leur arrivée, ils ont ensuite été accueilli dans un gymnase de la commune de Sainte-Marie, aménagée en zone d’attente provisoire. 38 d’entre eux ont été reconduits au Sri Lanka, par un avion spécialement affrété.

Lire aussi - Sept migrants sri lankais expulsés vers leur pays d'origine

Lire aussi - Le tribunal administratif ordonne le retour d'un migrant sri-lankais à La Réunion

- Quatre embarcations arrivées en 2022 -

Un autre navire était arrivé le 24 décembre 2022. L’Imula 0559 CHW, arrivé le samedi 24 décembre au port de La Réunion. Il est arrivé à quai à 18h15. Ce navire avait été repéré dans les eaux françaises dans la nuit du vendredi 23 au samedi 24, comme nous vous le révélions. A bord : 53 migrants. Ils ont été pris en charge par les services de l’État. Pour rappel, les migrants ont été auditionnés par le juge des libertés et de la détention et renvoyés en zone d’attente, à l’exception de trois mineurs, qui ont été pris en charge par l’aide sociale à l’enfance. Une enfant n’a pas été auditionnée et a suivi ses parents. Et deux personnes ont été autorisées à effectuer leur demande d’asile.

Puis l’avant dernier navire arrivé en 2022 remonte au 20 octobre. Un bateau de pêche avec à son bord 17 personnes. Trois femmes et un enfant se trouvaient à bord. Le 7 novembre, treize de ces migrants dont la demande d’entrée sur le territoire français a été refusée, ont été reconduits vers la frontière. Quatre ont pu rester à La Réunion.

Le 17 septembre, ce sont 46 migrants qui ont trouvé refuge dans notre île. Le 26 septembre, la cour d’appel a autorisé 39 des 46 migrants sri lankais à quitter la zone d’attente. Le 6 octobre, sept Sri-Lankais sont reconduits en avion à destination du Sri Lanka.

Le 31 juillet, un navire a également accosté à la Pointe des Galets. Après avoir été pris en charge et placés en zone d’attente à l’aéroport Roland-Garros, tous ont demandé l’autorisation d’entrer en France au titre de l’asile. Sur ces six personnes, une seule a initialement obtenu l’autorisation d’entrer en France. Les cinq autres ont d’abord été déboutés de leur demande, avant d’être finalement autorisés à rentrer sur le territoire.

– De nombreux bateaux arrivés à La Réunion depuis 2018 –

Les bateaux arrivés à La Réunion en provenance du Sri-Lanka :

• Le 13 avril 2019, à bord d’un bateau en mauvais état, 120 de personnes tentent d’accoster dans le port de Sainte-Rose. Elles sont interceptées. Parmi elles se trouvent trois ressortissants indonésiens soupçonnés d’être des passeurs. 60 des 120 migrants seront ensuite expulsés vers leur pays. Les passeurs seront jugés le 15 mai par le tribunal correctionnel de Saint-Denis. Ils sont condamnés à des peines de prison allant de 12 à 18 mois de prison ferme pour “aide à l’entrée ou au séjour irrégulier en bande organisée”. Ils feront appel mais finiront par se désister de leur requête. Leurs condamnations sont donc définitives

• Le 4 février 2019, un bateau avec à son bord environ 70 personnes dont 5 enfants et 8 femmes, est intercepté au large à 5 kilomètres au large de la côte de la commune de Saint-Philippe. Le 14 février, 64 des 70 migrants sont expulsés de La Réunion et renvoyés dans leur pays à bord d’un avion spécialement affrété.

• Le 14 décembre 2018, 62 personnes, dont une dizaine de femmes et d’enfants, arrivent à bord d’un bateau de pêche. D’abord placés en zone d’attente, tous les migrants ont été remis en liberté par le tribunal au motif que leurs droits ne leur avaient pas été notifiés à leur arrivée dans l’île.

• En octobre 2018 à bord d’un bateau en relatif bon état, huit Sri-lankais, d’une moyenne d’âge plutôt jeune, entre 20 et 30 ans, dont un mineur d’environ 16 ans sont interceptés. Le bateau aurait navigué plusieurs jours en pleine mer. Ils sont expulsés vers leur pays quels jours plus tard.

• En septembre 2018 la marine sri-lankaise arrête au large de la côte ouest du Sri-Lanka, 90 personnes qui voyageaient illégalement dans un chalutier à destination de l’île de la Réunion.

• En mars 2018, six Sri Lankais sont retrouvés au large de Saint-Gilles à bord d’un radeau de fortune. Ils entament ensuite une procédure de demande d’asile. Certains ont depuis regagné leur pays.

- Les bateaux interceptés au départ au Sri-Lanka -

• Le mercredi 6 novembre 2019, onze personnes ont été interceptées par les autorités sri lankaises alors qu’elles tentaient de venir illégalement La Réunion.

• Le 7 mars 2019, au moins 30 migrants ont été arrêtés ce jeudi 7 mars 2019 dans la matinée par la marine sri-lankaise à 74 kilomètres au sud du Sri-lanka, rapporte le Daily Mirror. Deux patrouilleurs ont intercepté un chalutier transportant des migrants illégaux. “Nous soupçonnons qu’ils tentaient de rejoindre l’île de La Réunion,” a déclaré le porte-parole de la Marine Isuru Suriyabandara.

• Le 14 février 2019, les forces spéciales d’intervention et la marine du Sri Lanka ont arrêté 21 personnes, dont trois femmes et quatre enfants qui s’apprêtaient à quitter illégalement le territoire, rapporte le Daily Mirror. Ils étaient cachés dans une maison située à Siyambalanduwa. Peu de temps après, trois hommes, les présumés passeurs ont été interpellés dans une Résidence à une centaine de kilomètres plus au sud, à Pannegamuwa avec deux véhicules et près de 627 000 roupies (environ 3100 euros). Selon le Daily Mirror, les 21 personnes s’apprêtaient à quitter le Sri Lanka pour La Réunion.

• Le 11 septembre 2018 : un chalutier transportant 90 personnes, 89 hommes et une femme est arrêté au large du Sri-Lanka

• Le 8 août 2018 un bateau avec 21 occupants (19 hommes et deux femmes) est intercepté, à 117 milles marins de Chilaw (Ouest du Sri-Lanka), dans les passagers, deux déserteurs de l’armée.

www.imazpress.com / redac@ipreunion.com

Publicité
Publicité
Publicité

Ces articles pourraient aussi vous intéresser

Publicité

Liens commerciaux

Pourquoi acheter en ligne
image description Promos exclusives
image description Paiement 100% sécurisé
image description Livraison gratuite sous 72h
image description À vos cotés 24h/24
image description 14 jours pour changer d’avis