Ils restent en détention en attendant la prochaine audience

Migrants : le procès en appel des trois passeurs présumés renvoyé au 12 septembre

Mercredi 20 février 2019 - Présentation des passeurs présumés au tribunal (Photo rb/www.ipreunion.com)

Trois Indonésiens, passeurs présumés de migrants sri lankais, devaient être jugés en Cour d’appel à partir de 8 heures 30 ce jeudi 22 août 2019. Cependant, après une demande de renvoi, le procès se tiendra finalement le 12 septembre prochain. Il leur est reproché d’être les passeurs des migrants sri-lankais arrivés à La Réunion le 13 avril dernier et de participer à un vaste trafic d’êtres humains. Le 15 mai ils avaient été condamnés par le tribunal correctionnel à des peines de prison allant de 12 à 18 mois de prison ferme pour "aide à l’entrée ou au séjour irrégulier en bande organisée". Les avocats des trois hommes ont fait appel. Si la décision du tribunal correctionnel devait être confirmée, ce serait la première fois que des passeurs seraient condamnés à La Réunion depuis l’arrivée du premier bateau de migrants en octobre 2018. (Photo d’illustration rb/www.ipreunion.com)

il y a 2 jour(s) à 14H28

La Cour décide de garder les passeurs présumés en détention d'ici le 12 septembre

Une fois le renvoi confirmé au 12 septembre, il a fallu délibérer afin de savoir si les passeurs présumés repartiraient libres ou resteraient en détention.

La décision a été prise de les laisser en centre de détention.

il y a 2 jour(s) à 14H24

Le procès est officiellement renvoyé au 12 septembre

Il aura lieu en Cour d'appel de Saint-Denis à 14h le 12 septembre 2019.

il y a 2 jour(s) à 14H24

L'un des passeurs présumés tient à s'expliquer sur les conditions de détention

"Nous avons normalement l'autorisation de sortir deux fois par semaine, mais nous ne sortons qu'une seule fois" explique-t-il.

Ce passeur présumé est celui dont l'avocat est absent. Il a tenu à donner des détails sur ses conditions de détention, espérant repartir libre en attendant la nouvelle date du procès, si le renvoi est confirmé.

il y a 2 jour(s) à 14H13

L'audience est suspendue un instant

L'un des avocats des trois passeurs, maître Molière, est absent pour cause de maladie. Il a demandé tardivement hier soir le renvoi du procès. Le passeur qu'il représente aurait pu choisir d'être jugé malgré tout sans avocat, ce qu'il refuse. Un interprète est bien présent cet après-midi.

L'audience est suspendue un brève instant afin de décider si le renvoi du procès est confirmé ou non. Problème : la date limite du dossier est le 17 septembre, ce qui laisse très peu de temps pour envisager une nouvelle date de procès.

il y a 2 jour(s) à 08H28

Bonjour tout le monde ! Imaz Press va suivre en live le procès des trois passeurs présumés aujourd'hui.

Initialement prévue à 8h30 ce matin, l'audience ne débutera finalement qu'à 14 heures, l'interprète n'étant pas disponible avant. Par ailleurs, l'un de leurs avocats a déposé une demande de renvoi hier soir. Le procès pourrait donc être décalé à une date ultérieure, possiblement le 12 septembre prochain, la date limite étant fixée au 17 septembre.

propos

Le 15 mai 2019, des hommes ont été condamnés pour la première fois pour avoir fait entrer illégalement des migrants sri-lankais sur le territoire réuionnais. Tous les trois d'origine indonésienne, ils avaient été arrêtés à bord du bateau qui avait débarqué sur les côtes de Sainte-Rose le 13 avril et qui transportait 120 migrants.

Lire aussi : Les 120 migrants hébergés dans le gymnase de Duparc à Sainte-Marie

En première instance, le tribunal correctionnel avait condamné les trois hommes à des peines allant de 12 à 18 mois de prison. Une décision contestée par les avocats, qui disent les hommes victimes d'un piège. "Ils ont été contraints et forcés de faire cette traversée, ils ont mis leurs vies en péril" indiquait Devaguy Mardaye, avocate d’un des ressortissants, à l'issu du procès.

Le bateau en question est le sixième et dernier à être arrivé sur notre île. Parmi les 120 Sri-lankais à bord, neuf femmes et 13 enfants étaient présents. Finalement, 60 d'entre eux ont été admis sur le territoire pour déposer une demande d'asile en France. L'autre moitié a été reconduite à la frontière, à bord d'un avion d'Air Seychelles affrété par l'Etat. C'était le 29 avril.

Six bateaux arrivés depuis octobre 2018

Depuis le premier bateau à avoir accosté sur nos côtes en octobre 2018, cinq autres embarcations sont arrivées à La Réunion depuis. Au total, ce sont 273 migrants qui sont arrivés, dont la plupart ont été renvoyés au Sri-Lanka.

Chronologie des bateaux à avoir débarqué à La Réunion

• 6ème bateau, arrivé le 13 avril 2019 : 120 migrants, accompagnés des trois passeurs présumés, ont débarqué sur la côte de Sainte-Marie. 60 d'entre eux seront renvoyés, l'autre moitié sera autorisée à déposer une demande d'asile. Les trois passeurs présumés ont été arrêtés dès le premier jour, avant de passer devant le juge le 15 mai.

Lire aussi : Les vingt-six sri-lankais restants autorisés à quitter la zone d'attente

• 5ème bateau, arrivé le 5 février 2019 : Le "Prashansa" transportant 70 personnes à son bord est intercepté au large de l'île de La Réunion. 64 migrants seront renvoyés, 6 pourront déposer une demande d'asile.

Lire aussi : Placés en zones d'attente, les 70 migrants souhaitent demander l'asile

• 4ème bateau, arrivé le 26 décembre 2018 : Après de multiples péripéties judiciaires, les 7 hommes arrivés à bord du "Roshan" seront reconduits dans leur pays.

Lire aussi : Migrants : un nouveau bateau sri-lankais a accosté au port-ouest Lire aussi : Migrants : les premiers départs de Sri-Lankais ont lieu ce jeudi soir

• 3ème bateau, arrivé le 14 décembre 2018 : Les 62 Sri-lankais, hommes, femmes et enfants ont déposé leur demande d’asile à la Préfecture. Ils sont en attente de la décision de l'Ofpra.

Lire aussi : Les migrants en direction de leur lieu d'hébergement temporaire Lire aussi : Préfecture : les migrants sri-lankais plaident leur cause

• 2ème bateau, arrivé en octobre 2018 : Les huit hommes ont été rapatriés en grande pompe quelques jours après leur arrivée. Du côté de la Cimade, l'association qui lutte pour le respect des droits des migrants, on se demandait si les procédures avaient été respectées...

Lire aussi : Expulsion de huit Sri Lankais : le grand cafouillage

• 1er bateau, arrivé en mars 2018 : Les six hommes avaient pu déposer une demande d’asile. L’un d’entre eux a choisi de rentrer au Sri-Lanka, les autres viennent de recevoir une réponse négative l’Ofpra. Certains veulent faire appel de la décision.

Lire aussi : Des Sri Lankais retrouvés en mer au large de Saint-Gilles

Les bateaux interceptés sur le départ au Sri-Lanka :

• Le 7 mars 2019, Au moins 30 migrants ont été arrêtés ce jeudi 7 mars 2019 dans la matinée par la marine sri-lankaise à 74 kilomètres au sud du Sri-lanka, rapporte le Daily Mirror. Deux patrouilleurs ont intercepté un chalutier transportant des migrants illégaux. "Nous soupçonnons qu'ils tentaient de rejoindre l'île de La Réunion," a déclaré le porte-parole de la Marine Isuru Suriyabandara.

• Le 14 février 2019, les forces spéciales d’intervention et la marine du Sri Lanka ont arrêté 21 personnes, dont trois femmes et quatre enfants qui s’apprêtaient à quitter illégalement le territoire, rapporte le Daily Mirror. Ils étaient cachés dans une maison située à Siyambalanduwa. Peu de temps après, trois hommes, les présumés passeurs ont été interpellés dans une Résidence à une centaine de kilomètres plus au sud,  à Pannegamuwa avec deux véhicules et près de 627 000 roupies  (environ 3100 euros). Selon le Daily Mirror, les 21 personnes s’apprêtaient à quitter le Sri Lanka pour La Réunion.

• Le 11 septembre 2018 : un chalutier transportant 90 personnes, 89 hommes et une femme est arrété au large du Sri-Lanka

• Le 8 août 2018 un bateau avec 21 occupants (19 hommes et deux femmes) est intercepté, à 117 milles marins de Chilaw (Ouest du Sri-Lanka),  dans les passagers, deux déserteurs de l’armée.

mots clés de l'article : Indonésie , migrants , cour d’appel , actualité de la réunion , passeurs , Actus Reunion , Crise migratoire , Procès en appel

suivez-nous