Réunion par Imaz Press, vendredi 10 janvier 2020 à 02:59
[VIDÉO]Et si on faisait la même chose à La Réunion

Métropole : un habitant jette ses déchets dans la nature, le maire lui renvoie

image description
image description

C’est une action largement applaudie : un maire dans le département de l’Oise en Métropole a collecté les déchets déposés par un habitant en pleine nature... et les a ramenés chez lui ! A l’aide des agents de la mairie et de 5 camions, l’élu a largué les 10 tonnes d’encombrants dans le jardin de l’intéressé et le somme de payer une amende de 4.000 euros. Un exemple pour La Réunion ? Les acteurs locaux saluent l’action de ce maire et aimeraient que les élus réunionnais en fassent autant. Les dépôts sauvages ne font que s’amplifier. Pour les héros du quotidien qui recensent et ramassent ces déchets, il faut plus de répression (Photo d’illustration rb/www.ipreunion.com)

Retour à l'envoyeur. A Laigneville dans le département de l'Oise en Métropole, un maire a défrayé la chronique en renvoyant le 6 janvier dernier dix tonnes de déchets à l'habitant qui les avait lâchés dans la nature. Cet homme a déposé en pleine nuit ses encombrants et ordures dans un champ, en toute illégalité. Le maire Christophe Dietrich, très remonté, a réussi à retrouver le fautif grâce à des vidéos de surveillance. Les déchets ont été collectés par les agents de la mairie et déposés directement chez l'homme en question, à son domicile.

Un modèle à suivre

Cette histoire doit servir d'exemple pour les élus réunionnais, estime Jacques Aulet. L'animateur du site Band Cochon - qui répertorie les dépôts sauvages observés à travers toute l'île chaque semaine - estime que c'est "aux maires d'agir, de créer de bonnes actions. Ça ne sert à rien si les maires ne font pas leur part du travail..."

Ramasser les ordures, "ça ne suffit pas, il faut passer aux amendes", estime-t-il. Un avis partagé par Christian Picard, président de l’association Brigade Nature. Lui aussi passe ses semaines à ramasser les déchets jetés par les habitants, sac poubelle à la main. "Il faut d'abord passer par l'éducation. Faire le tour des quartiers, des écoles... Sensibiliser en somme et dire aux gens : ne jetez plus. Mais c'est une action qui se joue sur le long terme, sur 3 ou 4 générations peut-être. En attendant, il faut sanctionner."

Dans le cas du maire de Laigneville, ce fut le cas. En plus de faire le "sale boulot" lui-même, le maire a imposé à l'habitant de payer une amende salée. Ramener les ordures dans son jardin a mobilisé 10 agents et 5 camions de la mairie, l'équivalent de 3 fois 800 euros soit 4.000 euros en tout pour ce monsieur !

Moins de communication, plus d'action

Aux yeux de Jacques Aulet, les élus se reposent trop sur les intercommunalités, en charge du calendrier de ramassage des ordures. "Dans nos communes on plante des fleurs... mais il faut aussi poser des priorités, surtout à l'approche des municipales quand tout le monde parle d'écologie et de villes vertes".

Lire aussi : "Ensemble pour une année 2020 plus éco-responsable"

A Saint-Pierre, la commune a pris l'initiative de motiver les habitants à photographier les "cochons" pour pister les auteurs des dépôts sauvages et justement les sanctionner. Une bonne idée... si seulement elle était appliquée, se désole Jacques Aulet. "Depuis 6 mois je prends des photos de vrais bidonvilles d'ordures, je leur envoie et rien ne bouge. On parle on parle, c'est beaucoup de communication tout ça, mais il faut agir."

Lire aussi : La ville de Saint-Pierre appelle à photographier les auteurs de makoteries

D'autant plus que selon Christian Picard, "ce sont toujours les mêmes" : "c'est très facile d'attraper les auteurs, on les connaît !" Et pour le président de Brigade Nature, ce n'est pas au citoyen lambda de s'improviser policier... "Quand on interpelle quelqu'un pris sur le fait, je suis le premier à le savoir, on reçoit parfois des insultes voire des menaces."

Porter plainte ? C'est trop compliqué, selon Christian Picard. "Il faut le faire auprès de la police, qui prévient la gendarmerie, puis une confrontation est organisée entre les deux personnes. Personne n'a envie de ça, et ça prend trop de temps, le système est trop lourd. Forcément ça décourage les gens..." C'est là que le maire a le pouvoir de faire bouger les choses selon lui, en sanctionnant directement, sans attente un dépôt de plainte de la part d'un voisin.

"Se déshabituer aux ordures"

Ces "héros du quotidien", qui luttent contre les dépôts sauvages, fourmillent d'idées : "il faudrait augmenter le nombre de centres de ramassage, prévoir des équipes volantes pour intervenir plus rapidement sur les poubelles qui débordent, un numéro vert, vider les poubelles jaunes une fois par semaine plutôt que toutes les deux semaines vu la quantité de plastique que l'on achète... et équiper les agents !" Selon Christian Picard, ceux-ci sont démunis, simplement équipés d'une débrousailleuse et d'un souffleur.

En attendant les makoteries continuent de gonfler. Carcasses de voiture, électroménager, déchets en tout genre... Qu'il s'agisse de terrains privés ou des bords des routes on en trouve partout et en quantité. "Les problèmes d'incivilité ce sont aussi bien les mouchoirs jetés par la fenêtre de la voiture que les gros dépôts." Le problème selon Christian Picard c'est l'habitude. "A La Réunion notre cerveau est habitué aux ordures, on ne les voit plus. Il faut déjà commencer par se déshabituer."

mm / www.ipreunion.com / redac@ipreunion.com

mots clés de l'article : déchets , ordures , band cochon , dépôts sauvages , actualités de la réunion , Actus Reunion

Publicité
Publicité
Publicité

Ces articles pourraient aussi vous intéresser

Publicité

Liens commerciaux

Pourquoi acheter en ligne
image description Promos exclusives
image description Paiement 100% sécurisé
image description Livraison gratuite sous 72h
image description À vos cotés 24h/24
image description 14 jours pour changer d’avis