Réunion par Imaz Press, lundi 2 octobre 2023 à 21:50

Lutte contre l’insécurité : Annonce de Macron : il y aura plus de gendarmes à La Réunion et (un peu) plus à Mayotte

image description
image description

Ce lundi 2 octobre 2023, Emmanuel Macron a dévoilé la carte de 200 nouvelles brigades de gendarmerie en France. À La Réunion, ce sont quatre brigades qui verront le jour entre 2023 et 2027. Deux nouvelles unités seront créées à Mayotte. Peu de temps après cette annonce, c’est sur le thème de la sécurité que le président s’est exprimé en direct des journaux télévisés de France 3, depuis la place de l’hôtel de ville de Clairac dans le Lot-et-Garonne.

Plus de 200 brigades en France, "c'est un besoin du pays tout entier de sécurité et d'ordre. Durant le premier mandat nous avons recréé 10.000 postes de gendarmes et avec la loi 2020 j'ai décidé de doubler le nombre de personnels et donc la déclinaison c'est 3.500 gendarmes en plus dans les territoires", déclare Emmanuel Macron.

Lire aussi : Gendarmerie : quatre nouvelles brigades pour La Réunion, dont trois dédiées aux violences intrafamiliales

"On a un problème de sécurité" partout en France, a lancé Emmanuel Macron pour justifier la création de 238 brigades de gendarmerie. Ces créations représentent 2144 postes de gendarmes supplémentaires, sur les 8500 créations d'effectifs de forces de l'ordre annoncés par le gouvernement d'ici la fin du quinquennat.

Sur ces 238 brigades, 96 seront fixes et les restes sont mobiles. "Cela va permettre d'aller au contact et cela fait partie des 15 milliards réinvestis dans le ministère de l'intérieur."

"C'est également un moyen d'être aux côtés des concitoyens qui veulent vivre tranquille", ajoute le président de la République.

À cela, le chef de l'État a répondu à un sujet sur les règlements de comptes à Marseille ou encore à Nîmes. "Si ça bouge c'est qu'on veut faire bouger ces trafics et on agit. On pilonne les points de deal et on met en place grâce à l'office national des enquêtes pour démanteler les réseaux français ou internationaux.

- Quatre brigades pour La Réunion -

La Réunion est parmi les département les mieux dotés avec quatre brigades qui verront le jour. Parmi ces brigades, une sera implantée à Saint-Paul, une à Saint-Pierre et deux à Saint-Benoît.

La création de ces nouvelles unités a pour objectif de répondre à "l'attente très forte d'une proximité de la police et la gendarmerie" et de "renforcer le maillage territorial" de l'Etat a expliqué l'Elysée.

Plus précisément à La Réunion, trois brigades seront créées et dédiées aux violences intrafamiliales (une par secteur dans l’Ouest, l’Est et le Sud) et une brigade sera dédiée à Bras-Fusil pour renforcer la présence des forces de l’ordre sur ce territoire tout en améliorant les relations de proximité avec la population. Ces quatre brigades de gendarmerie viendront renforcer les 28 déjà existantes à La Réunion.

Ces nouvelles brigades, fixes ou mobiles, accueilleront le public et les victimes, prendront les plaintes et renforceront la présence des forces de l’ordre sur l’ensemble du territoire.

Les premières seront installées dès novembre et leur création doit s'étaler jusqu'en 2027.

Pour Patrice Selly, maire de Saint-Benoît - qui va accueillir deux nouvelles brigades - "cette annonce était très attendue à Saint-Benoît suite aux divers actes de délinquance et de violences urbaines survenus, les années passées, dans le quartier de Bras-fusil notamment".

La commune de Saint-Benoît obtient également la mise en place d’une brigade contre les Violences intra-familiales (VIF) : "Il s’agit, en effet, d’un sujet très prégnant. Nous avons besoin d’un travail quotidien pour une meilleure prise en compte des victimes et des auteurs, comme sur celui de la prévention en partenariat avec les autorités locales et associatives".

- À Mayotte, après le départ des renforts, des brigades sont attendues -

À Mayotte – où les violences urbaines reprennent de plus belles, comme si Wuambushu n'avait jamais existé, plusieurs brigades de gendarmerie vont être crées.

La Première à Bandraboua, sera dotée d'un effectif fixe de 11 nouveaux gendarmes, la seconde sera disposée à Tsingoni.

Cela arrive alors qu'invité de l’émission “Les 4 Vérités” ce mardi matin sur France 2, le ministre de l’intérieur et des outre-mer, Gérald Darmanin, a lui fait un bilan de l’opération Wuambushu débutée il y a environ six mois à Mayotte.

Et pourtant, les violences urbaines qui reprennent de plus belles, barrages, caillassages…

La preuve en est, la rentrée à peine commencé, un premier caillassage a eu lieu le matin du mercredi 23 août – jour de rentrée. Un autocar a été caillassé à la sortie de Kahani (sud de Mayotte). Heureusement, il n'y a eu aucun blessé.

Le lendemain, c'est à la sortie du lycée Bamana (à Mamoudzou) qu'une vingtaine d'élèves en sont venus aux mains. S'en sont suivis des affrontements. 19 jeunes ont été placés en garde à vue dont deux majeurs.

Lire aussi - Wuambushu : la grande désillusion de Mayotte

www.imazpress.com/redac@ipreunion.com

Publicité
Publicité
Publicité

Ces articles pourraient aussi vous intéresser

Publicité

Liens commerciaux

Pourquoi acheter en ligne
image description Promos exclusives
image description Paiement 100% sécurisé
image description Livraison gratuite sous 72h
image description À vos cotés 24h/24
image description 14 jours pour changer d’avis