[PHOTOS/VIDEO] Asticots, saleté et infiltrations

Logements indignes à Sainte-Marie

Photo : DR

Dans la résidence Gaillote à Sainte-Marie, l’insalubrité fait partie du quotidien des locataires. Asticots, saleté et infiltrations ont envahis leurs logements. Ce samedi 12 mai 2018, Erick Fontaine, de la confédération nationale du logement s’est rendu sur les lieux pour constater l’état de dégradation avancée de ces habitations. Malgré de nombreux signalements effectués auprès du bailleur social, les locataires espèrent toujours que des solutions leur soient apportées. Des plaintes ont été déposées.

Des asticots grouillent à côté des poubelles de la résidence Gaillote au lieu-dit La Réserve à Sainte-Marie. Dans cette résidence, plusieurs familles se plaignent de la saleté et de l’état de dégradation avancée de leur logement.




Sur la cinquantaine de logements que compte la résidence, "15 d’entre eux sont des logements indignes" indique Erick Fontaine, administrateur de la confédération nationale du logement (CNL).

Cette résidence gérée par la SIDR n’a pourtant que 4 ans. Les habitants de ces logements ont commencé à constater des dégradations peu de temps après sa livraison. Ils avaient alors fait plusieurs recours auprès du bailleur qui "n’a rien fait" souligne Eric Fontaine.

Des infiltrations importantes dans les murs ont fini par abîmer les murs en placo-plâtre qui tombent en morceaux. L’eau infiltrée a laissé des traces de moisissure sur les murs de plusieurs logements. "Ces fuites mettent aussi en danger les résidents", déclare Erick Fontaine, car l’eau s’infiltre derrière les panneaux électriques" précise-t-il. "C’est de la santé et la sécurité de habitants dont-il s’agit" affirme l’administrateur de la CNL qui avait déjà déposé des déclarations de logements insalubres auprès de la préfecture 6 mois plus tôt. "Mais rien n’a été fait entre-temps" constate-t-il.

Parmi les locataires de ces "logements indignes", figure une maman et son enfant lourdement handicapé. L’appartement de cette dernière est envahi par la moisissure. "Une moisissure qui porte atteinte à la santé de son enfant" raconte Erick Fontaine. Jusqu’à présent, cette famille n’a pas eu de proposition de relogement.

Face à une telle situation et les nombreuses relances qui ne trouvent pas de réponse auprès du bailleur, les locataires mal-logés ont décidé de déposer plainte.7 familles ont porté l’affaire devant la justice et attendent le jugement en référé qui aura lieu le 21 juin prochain.

www.ipreunion.com

 

mots clés de l'article : Actus Reunion

suivez-nous