Bidonvilles, conditions de vie indécentes

Logement : le cri d’alarme de la CNL pour les personnes âgées

Une personne agée

La confédération nationale du logement (CNL) dénonce une situation intolérable pour les seniors et va même jusqu’à parler de "maltraitance". Un problème sous-estimé par les pouvoirs publics selon l’association. Une situation qui pose question sur la sécurité et la santé de nos gramouns. Qui plus est, beaucoup ne sont pas au courant de leurs droits ou tout simplement dans l’incapacité de les faire respecter. Des bailleurs sociaux ou privés qui profitent de la situation allant jusqu’à appliquer des charges locatives abusives, doublant, parfois même triplant les loyers des seniors ou les laissant vivre dans des conditions indécentes. Et comble du comble, les bailleurs font la sourde oreille quand les informations leur sont remontées. (photo d’illustration rb/www.ipreunion.com)

C’est entouré d’une dizaine de personnes âgées qu’Erick Fontaine, l’administrateur de la CNL accueille la presse ce vendredi 12 avril,. Les témoignages fusent, des gramouns désespérés, anéantis, qui, aujourd’hui sont au pied du mur. Certains se battent contre leur bailleur depuis plusieurs années mais rien ne bouge. Juliette a 71 ans, elle vit à La Montagne dans un logement social avec son fils handicapé. Les conditions de vie de la vieille dame sont éprouvantes, Erick Fontaine utilise le terme de "bidonville'. Juliette alerte son bailleur depuis cinq ans, mais rien ne change, regardez :

Le groupe de seniors tient à nous amener dans un immeuble géré par un bailleur social à Saint-Denis à quelques pas du centre-ville. L'immeuble est truffé où vivent plusieurs personnes âgées est truffé de malfaçons. Michel Latchimy, 80 ans a de l’eau qui tombe sur son lit quand il pleut, chez André Mendiant, l’eau s’infiltre partout notamment dans la cuisine. Les gramouns ont évidemment prévenu leur bailleur mais une fois de plus, rien n'a été fait, les deux gramouns attendent toujours... Pendant ce temps-là, ils continuent à payer leur loyer. Pour Michel Latchimy, il s'élève à 315,58 euros, un budget énorme, le gramoun touche 558 euros de retraite. Regardez:

Ces situations n'ont rien d’exceptionnel. Erick Fontaine, l’administrateur de la CNL note une augmentation de ce genre de cas. Depuis le début de l’année, l’association a reçu environ 150 appels, une centaine concerne des retraités, des seniors. La confédération s’inquiète d’autant plus qu’à La Réunion, la population est vieillissante, en 2040, l'île comptera environ 219 000 seniors, le double d'aujourd'hui. Regardez l’interview d’Erick Fontaine:

La CNL demande une réelle politique sur le logement des personnes âgées à La Réunion. Un éveil des consciences des pouvoirs publics et surtout, du concret. Dans quelques semaines, l’association compte lancer un débat sur le sujet avec les collectivités territoriales, l’État, les associations et surtout des gramouns qui témoigneront.

fh/www.ipreunion.com

mots clés de l'article : CNL , seniors , logement insalubre , bailleurs , actualité de la réunion , gramouns , Logement indécent , Actus Reunion

suivez-nous