Sécurité routière

Les radars, ces mal-aimés qui ne font que leur boulot

photo RB imaz press Réunion

Quatorze radars fixes dans le département et vous l’avez sans doute remarqué, ces derniers mois bon nombre de radars ne flashent plus. Taggués, vandalisés, abîmés, depuis décembre 2018, les dégradations sur les radars fixes ont augmenté de 20% sur le territoire national. La Réunion n’a pas été épargnée par le phénomène. Des radars sont toujours hors service, ils seront remplacés par des radars nouvelle génération dans les prochains mois. (photo rb/www.ipreunion.com)

Certains radars ne sont plus en service

Le ministère de l’Intérieur n’a pas voulu communiquer l’information qui nous intéresse sans doute le plus : sur les quatorze radars fixes installés sur nos routes, combien fonctionnent encore ? Depuis quelques années, c’est la politique de la maison "pour éviter la surenchère et la propagation du phénomène" les services de l’État ne donnent plus de chiffre. Car place Beauvau, l’inquiétude monte, la peur que la dégradation de radars fixes ne devienne un sport national. Toutefois, en janvier dernier, le ministère annonçait que sur tout le territoire national, 60% des radars fixes avaient abîmes.

Lire aussi : "Gilets jaunes": près de 60% des radars dégradés

"Une ampleur inédite"

Les radars vandalisés, cela rien de nouveau mais depuis quelques mois, le phénomène se serait accéléré "il a pris une ampleur inédite depuis la mi-novembre" précise le ministère. Soit depuis le début du mouvement des Gilets jaunes le 17 novembre 2018.

Les conséquences ne se sont pas faites attendre, c’est mathématique, dans les secteurs où les radars ne sont plus en activité, les usagers de la route ne lèvent plus le pied "on constate en décembre 2018 une augmentation de 20% des flashs émanant de radars dégradés (étant précisé que la photo n’est pas exploitable)" indiquent les services de l’État. Pourtant, les radars vandalisés ne sont pas systématiquement remis en état. Le 19 septembre dernier, le radar anti-pousse du Chaudron a été réparé plusieurs mois après avoir été abîmé. Ce qui n’est pas le cas de tous les radars endommagés pendant le mouvement des Gilets jaunes…

Ce n’est pas qu’une question de coût. Même si réparer ces radars représente des sommes considérables. Les tarifs moyens :

• Vandalisme léger : du tag à la vitre cassée (en moyenne 500 euros tous types de radars confondus). Voici les coûts moyens de remplacement d'un équipement radar • Radar fixe et discriminant : entre 60 000 et 80 000 € (dont 30 000 à 40 000 € pour la cabine) selon l'ampleur des travaux de génie civil requis. • Radar vitesse moyenne : de 120 000 à 200 000 € selon l'ampleur des travaux de génie civil requis. • Radar autonome (ou chantier) : 75 000 €

Une centaine de radars tourelle bientôt installés à La Réunion

Pas qu'une question de coût, aussi un changement de politique. Les radars troisième génération actuellement installés sur nos routes seront remplacés par des radars tourelles. On passerait alors de 14 radars fixes à une centaine de radars nouvelle génération dans le département. Ils seront déployés sur les trois prochaines années.

Avec ces radars tourelles, la répression va prendre une nouvelle dimension. Leur première mission "contrôler la vitesse sur une zone étendue en organisant la rotation de radars dans des cabines vides qui assureront la fonction de leurre. Les conducteurs devront ainsi en permanence respecter les limitations de vitesse de manière continue sur toute la zone, et non à un point précis comme c'est le cas actuellement" détaille le ministère avant d'ajouter "ces radars nouvelle génération sont aussi homologués pour recenser le franchissement de feu rouge en agglomération."

Des radars nouvelle génération plus répressifs

Cependant, les "compétences" de ces radars pourraient ne pas s’arrêter là. Les services de l’État précise que le dispositif est "multi-fonctions et évolutif", d’autres infractions sont actuellement à l’étude: non respect des distances de sécurité, utilisation du téléphone au volant, franchissement de ligne continue. Une diversité de mission qui explique leur coût, le montant d'un radar tourelle s'élève à près de 40 000 euros (cabine radar).

L’objectif affiché par le comité interministériel de la sécurité routière est évidemment de réduire le nombre d’accidents sur les routes. Ce qui résonne encore plus à La Réunion où la vitesse est la deuxième cause d’accident sur l’île et les bilans des contrôles routiers réalisés par les forces de l’ordre tous les week-ends révèlent à chaque fois des chiffres alarmants.

Sans doute plus de flashs et plus d'argent dans les caisses de l'État

Entre janvier et octobre 2018, 71 045 flashs ont été enregistrés par les radars automatiques dans notre département. Selon le ministère de l’Intérieur, "les recettes des amendes radars financent le déploiement et la maintenance des systèmes automatiques de contrôle et de sanction." En 2017, 8,8% de ces recettes avaient été utilisées pour le désendettement de l’État.

fh/www.ipreunion.com

mots clés de l'article : répression , infractions , actualité de la réunion , Actus Reunion , Radar fixes , radar tourelle , contrôle vitesse

suivez-nous