Issus d’élevages illégaux

Les chiots et chatons pure race, victimes de leur succès

DPA/AFP/Archives - DAVID EBENER

Les problèmes concernant les animaux de compagnie à La Réunion ne se limitent malheureusement pas à l’errance... Depuis un moment maintenant, de nombreuses associations dénoncent la vente de chiens et chats de race issus d’élevages illégaux.

Ces élevages sauvages, dits "marrons", sont de véritables mines d'or pour les propriétaires des animaux. En effet, les "pures races", connus aussi sous le nom de "LOF" (Livre des Origines Français), sont vendus à des tarifs exorbitants, pouvant parfois aller jusqu'à 2000 euros. Et pour les associations, les contrôles de ces élevages sont loin d'être suffisants. Aujourd'hui, selon la législation française, toute personne vendant un animal doit se déclarer à la chambre d’agriculture pour obtenir un numéro SIREN. Cependant, les propriétaires d'animaux de race, inscrits au livre généalogique des origines et disposant d’un numéro de portée, sont exemptés de le faire s'ils ne vendent qu'une seule portée par an. Mais comment vérifier que ces propriétaires n'ont sont qu'à leur première transaction de l'année ? Les petites annonces pullulent sur internet. "Chiot bulldog continental LOF : 1500 €", "Maine Coon : 1400 €"…Un véritable pactole pour le revendeur. Et lorsque l'on contacte certains de ces propriétaires, ils nous indiquent ne pas avoir de numéro SIREN, la portée en vente étant la seule de l'année… A savoir si cela est vrai, on ne peut pas être sûr. Ces prix d'or sont d'ailleurs, aux yeux des associations, une des raisons du manque de stérilisation des animaux à La Réunion. "Nous avons déjà demandé à la préfecture de réagir sur la question, mais sans succès… On sait très bien que certaines personnes utilisent des chiennes pures races pour les faire se reproduire et revendre les chiots, voir les élever pour les faire combattre" se désole Caroline Baroche, président de la Réunion pour les animaux (RPA). Des accouplements qui ont des conséquences dramatiques pour les bêtes, qui peuvent être affectées de tumeurs aux mamelles à cause d'un trop grand nombre de portées. "Nous avons recueilli une petite chienne à qui on a dû retirer toute la chaîne mammaire, qui était infestée de tumeur à cause de portées à répétition" a raconté Caroline Baroche. Une situation qui pourrait s'arranger si la préfecture prenait la situation en main. Elle espère que l'Etat agira sur la fermeture de ces élevages, et sur l'arrêt des combats de chiens. Il reste encore beaucoup de chemin à faire concernant le bien-être des animaux à La Réunion…

as / www.ipreunion.com / redac@ipreunion.com

mots clés de l'article : animaux , maltraitance , actualité de la réunion , chiot , chaton , Actus Reunion , Elevages marrons , Pures races