Il avait tiré sur deux policiers lors de son interpellation

Le jihadiste réunionnais Jérôme Lebeau sera jugé par la Cour d’Assises spéciale de Paris

Jeudi 27 avril 2017 - Intervention du GIPN à Saint-Benoît pour un homme soupçonné de radicalisation

Deux ans et demi après les faits, le dossier du bénédictin radicalisé Jérôme Lebeau a été renvoyé par les juges d’instruction devant la Cour d’assises spéciale de Paris révèlent nos confrères du Parisien. L’homme de 24 ans qui se serait "auto-radicalisé" est mis en examen pour "tentatives de meurtres sur personnes dépositaires de l’autorité publique en relation avec une entreprise terroriste". Sa mère, Marie-Annick Lebeau a été renvoyée aux Assises pour "association de malfaiteurs terroriste criminelle."

La Cour d’assises spéciale est une Cour d'assises sans jury, composée d'un Président et de quatre assesseurs en première instance, le Code de procédure pénale lui attribue compétence en matière d’actes de terrorisme.

Nos confrères du Parisien rappellent que le terrorisme étant judiciarisé à Paris, Jérôme Lebeau a donc été mis en examen en métropole alors qu’il est actuellement incarcéré à La Réunion depuis octobre 2018 dans le cadre d'un rapprochement familial.

Lire aussi : jihadisme - Jérôme Lebeau et sa mère de retour à La Réunion et incarcérés

Rappel des faits

Les faits remontent au jeudi 27 avril 2017. Ce jour là à 6 heures du matin, le GIPN interviennent dans un appartement de la cité Fragrance, située dans un quartier habituellement calme de Saint-Benoît. Les forces de l'ordre sont venues interpeller Jérôme Lebeau, soupçonné de radicalisation.

Lire aussi => Saint-Benoît - Soupçonné de radicalisation, il tire et blesse deux policiers du GIPN

L'interpellation dégénère. Le jeune homme s'empare d'un fusil de chasse et tire sur les policiers. Deux d'entre-eux sont légèrement blessés. Jérôme Lebeau est atteint par les tirs de risposte de ces policiers. Il n'est pas gravement blessé. Il est maîtrisé. La mère du jeune homme est également interpellée. Les deux personnes sont placée en garde à vue. "De nombreuses armes et divers éléments permettant la confection de cocktails Molotov ont été saisis" dans l'appartement, précisera ensuite Matthias Fekl alors ministre de l'intérieur.

De nombreuses et armes et éléments permettant la confection de cocktails Molotov sont saisis dans l'appartement des mis en cause Jérôme Lebeau et sa mère, Marie-Annick Lebeau, sont présentés au parquet de Saint-Denis et mis en examen pour tentative d'assassinat sur personne dépositaire de l'autorité publique en relation avec une entreprise terroriste et association de malfaiteurs terroriste criminelle.

Le 3 mai 2017, ils sont transférés en Métropole. Le jeune homme est incarcéré au centre pénitentiaire de Fresne en région Île-de-France. Sa mère est emprisonnée à Fleury Mérogis dans le sud de Paris avant de revenir à La Réunion en octobre 2018.

Jerôme Lebeau se serait "auto-radicalisé" dans des circonstances qui font toujours l'objet d'une enquête. Dans le quartier il n'était pas connu comme fauteur de trouble.

Lire aussi : Saint-Benoît : reconstitution de la fusillade entre le radicalisé Jérôme Lebeau et les policiers

www.ipreunion.com / redac@ipreunion.com

mots clés de l'article : terrorisme , jihadiste , Actus Reunion , Actualité de La Réunio , Jérôme lebeau , cour spéciale de Paris