Pour améliorer la vie de nos aînés

Le Département lance une évaluation ambitieuse des besoins des gramounes

AFP/Archives - SEBASTIEN BOZON

Mercredi 31 octobre 2018, le Conseil départemental a voté à l’unanimité la mise en oeuvre du Plan Séniors, un outil d’évaluation des besoins des personnes âgées sur le Département afin de définir les orientations stratégiques des années à venir. Un enjeu crucial alors que les statistiques démographiques estiment que le nombre de gramounes va presque doubler d’ici 2030. Ce Plan Séniors va être établi avec l’aide d’un prestataire extérieur et en partenariat avec toutes les forces vives de la prise en charge de la dépendance de la personne âgée : collectivités locales, associations, services de l’Etat, institutions. La recherche de financement interviendra une fois les orientations validées.

"Nos gramounes méritent mieux que de la solidarité, estime Cyrille Melchior, président du Conseil Départemental. Nos gramounes méritent de l'amour, parce que ce sont nos gramounes qui ont construit La Réunion. A plus de 60 ans, les personnes âgées doivent se sentir aimées dans la société réunionnaise". Avec ces propos engagés, le président du Conseil département a donné le ton du travail de l'assemblée départementale autour du Plan Seniors. Il s'agit d'un travail d'évaluation des besoins et de propositions de solutions. Ce travail, qui débutera en décembre 2018, s'appuiera sur un partenariat renforcé avec les services de l'Etat et le monde associatif déjà très engagé sur le terrain de la dépendance de la personne âgée.

Tout ce travail préliminaire d'évaluation, suivi de la validation d'orientations stratégiques et de la rédaction de fiches projets devrait être terminé à la fin du premier semestre 2019.

Des moyens qui restent à trouver

"Le plan Séniors est un travail partenarial, je veux que tous les acteurs du secteur de la dépendance soient associés à la démarches : les associations, les collectivités locales, les Caisses de retraite, la CGSS, l'ARS… Nous allons discuter avec tous ces acteurs et trouver ensemble des solutions".

Ensuite se posera la question du financement, car Cyrille Melchior n'en disconvient pas, l'amélioration de la prise en charge des personnes âgées va coûter cher. "Une fois les évaluations des besoins posées et les orientations définies, je poserai la question sur le plan national. Parce c'est une vraie question qui se pose à nous : nous savons que le nombre de gramounes va augmenter de manière importante mais nous ne savons pas encore comment nous allons pouvoir financer la prise en charge."

Former des personnes sans emploi à l'aide à la personne

Pour le président du Conseil départemental, La Réunion est un territoire plus fragilisé que la métropole : "Nous savons qu'à La Réunion les gramounes entrent en dépendance plus vite qu'en métropole, que le niveau de santé est moins bon et que la précarité est plus importante ici qu'en métropole".

Le Plan Séniors a pour objectif de proposer des évolutions et des adaptations pour permettre aux personnes âgées de rester en milieu familial le plus longtemps possible. "A La Réunion, la solidarité familiale joue encore bien son rôle, mais arrive un moment où le ou la gramoune doit entrer en établissement. Avons-nous suffisamment d'établissements pour faire face à l'augmentation du nombre d'anciens ? La réponse est clairement non", affirme Cyrille Melchior.

Du maintien à domicile à la pension hors du milieu médico-social jusqu'à l'EHPAD, il y a des leviers d'innovation à explorer, en s'appuyant sur les expériences menées hors département et à l'étranger. "Je veux éclairer l'avenir, en termes d'habitat adapté aux gramounes, réfléchir à la lutte contre l'isolement des personnes âgées et aussi former des personnes sans emploi aux métiers de l'aide à la personne pour en faire des travailleurs sociaux. Le Plan Seniors nous permettra d'évaluer si nous avons les moyens de cette formation", explique Cyrille Melchior.

Prévenir la maltraitance sous tous ses formes

La lutte contre la maltraitance des personnes âgées est aussi un des points essentiels du Plan Séniors."Mais la maltraitance n'est pas que physique. Un logement insalubre, c'est de la maltraitance. Il y a aussi de la maltraitance psychologique et bien sûr de la maltraitance physique. Nous y sommes attentifs et nous nous appuyons sur notre réseau de travailleurs sociaux et sur les institutions judiciaires, notamment pour empêcher le développement de pensions marrons", analyse Cyrille Melchior.

D'ici juillet 2019, le Plan Séniors devrait être établi avec ses orientations et ses projets. Restera alors à trouver le financement. Sachant que le Département est déjà très investi dans la prise en charge des personnes âgées : "Le Département débourse déjà 100 millions d'euros pour l'APA (aide aux personnes âgées à domicile), soit 25 millions de plus qu'en 2011. Nous avons été le premier Département à mettre en place le chèque Santé pour permettre aux gramounes de bénéficier d'une complémentaire santé", conclut Cyrille Melchior.

ml/www.ipreunion.com

 

mots clés de l'article : conseil départemental , EVALUATION , partenariats , actualités de la réunion , Cyrille Melchior , Actus Reunion , Conseil départemental Actualité , Plan Séniors

à voir également en vidéo

suivez-nous