La reconnaissance de l’état de catastrophe naturelle accélérée

Photo RB imaz Press Réunion

Ce mardi 23 janvier 2018 à la sous-préfecture de Saint-Pierre, le préfet Amaury de Saint-Quentin a rencontré les maires des communes de l’arrondissement sud ainsi que ceux des communes de Saint- Leu, Saint-Benoît et Sainte-Rose après le passage de Berguitta. À Saint-Pierre, entre 12 et 14 millions d’euros de dégâts ont été constatés. Le préfet a annoncé avoir obtenu le lancement d’une procédure accélérée pour la reconnaissance de l’état de catastrophe naturelle pour le département.

Une rencontre comme signe de soutien. Le préfet Amaury de Saint-Quentin a échangé pendant plus d’une heure avec les maires des communes du sud, ainsi que de celles de Saint-Leu, Sainte-Rose et Saint-Benoît. 

Le préfet a annoncé avoir "obtenu le lancement de la procédure accélérée de la reconnaissance d’état de catastrophe naturelle" suite aux dégâts de Berguitta. "En complément de ce processus j’avais mobilisé le fonds de secours outre-mer". Un fonds de secours qu’il avait déjà mobilisé antérieurement. L’objectif : vouloir "anticiper sur le prochain événement climatique".


Après sa rencontre avec les maires du Sud, le préfet Amaury de Saint-Quentin annonce le lancement de la procédure accélérée de la reconnaissance d’état de catastrophe naturelle suite aux dégâts de #Berguitta pic.twitter.com/x4voSOZxPS
— Imaz Press Réunion (@ipreunion) 23 janvier 2018

 


Qu’apporte l’accélération de la procédure ? La réponse du préfet pic.twitter.com/4v20WPVf9y
— Imaz Press Réunion (@ipreunion) 23 janvier 2018

À Saint-Pierre, les dégâts sont estimés "entre 12 et 14 millions d’euros" par le maire de la ville, Michel Fontaine. Le processus de reconnaissance de calamité agricole sera aussi lancé pour les agriculteurs pour permettre l’indemnisation. Le délai de la procédure devrait cependant être plus long a précisé le préfet. 

 


Le président du Conseil Départemental Cyrille Melchior indique que les pertes des agriculteurs seront abordées lors de la prochaine assemblée plénière pic.twitter.com/DiqG0oeOfR
— Imaz Press Réunion (@ipreunion) 23 janvier 2018


Des maisons inhabitables vont faire l’objet d’arrêté de péril imminent dans trois communes du Sud : 3 maisons au Tampon, 53 à Saint-Pierre et 2 à Petite-Île. L’État, les mairies et le département vont travailler à des solutions de relogement selon le préfet.

hf/ts/

mots clés de l'article : Sud , Actus Reunion , Berguitta , Reconnaissance état de catastrophe naturelle

à voir également en vidéo

suivez-nous