La physalie, cette fausse méduse redoutable

photo RB imaz press reunion

Fausses méduses, mais vrai danger : ce jeudi 8 février 2018, des milliers de physalies ont été retrouvées échouées sur une plage de Saint-Leu, face au parc Kélonia. Ces spécimens bleus ont beau attirer l’oeil, ils n’en restent pas moins dangereux. Leurs brûlures peuvent provoquer des graves réactions allergiques. Ce vendredi, des restes de leurs filaments jonchaient encore la côte. Certains étaient noyés par les déchets.

L’animal est déroutant et inattendu. Et surtout particulièrement dangereux pour l’homme. La physalie, c’est cet animal qui ressemble à une méduse - sans toutefois en être une. Il s’agit en réalité dun "siphonophore" au corps transprent. Composé d’environ 90 % d’eau, il regroupe une colonie de polypes suspendues à un "flotteur", d’où traîne un tentacule... très urticant. En gros, si vous croisez sa route, vous risquez d’être touché par de graves brûlures, voire des réactions allergiques.

Ce jeudi, elles étaient plusieurs milliers à être échouées sur une plage de Saint-Leu, face au parc marin Kélonia. Au lendemain de ces constat, les fausses méduses commençaient déjà à se désintégrer et à être noyées par les nombreux déchets jonchant la plage. Mais attention ! Même morte et échouée, la physalie reste urticante et dangereuse.

- Une arrivée reliée au réchauffement des courants -

Aussi appelées "galères portugaises", les physalies vivent principalement dans les mers tropicales et subtropicales de océans Atlantique et Indien. Stéphane Ciccione, directeur du parc marin, précise qu’elles "se déplacent avec les courants et les vents". Le phénomène est fréquent : avec sa poche remplie d’air, la physalie dérive en étant poussée par le vent. Elle peut donc arriver des mers chaudes jusqu’à nos côtes. Car la physalie, qui se déplace en grande colonie, ne nage pas. Elle se déplace en fonction des vents et de la marée. Selon l’aquarium de La Réunion, l’arrivée de cette espèce sur notre département pourrait néanmoins être reliée au réchauffement des courants océaniques ou en raison de la disparition massive des prédateurs dans les eaux.

mots clés de l'article : plage , réactions , Réunion , déchets , La Réunion , Actu , brûlures , Méduse , Actus Reunion , échouée , physalie , spécimens , filaments

à voir également en vidéo

suivez-nous