Réunion par Imaz Press, jeudi 22 octobre 2020 à 11:38
Régionales 2021

La gauche au bord de la rupture

image description
image description

L’union à gauche en vue des régionales et des départementales de 2021 ne semble pas être sur les bons rails. C’est en tout cas le sentiment qui prédomine à l’issue d’une réunion organisée ce lundi 19 octobre 2020 à Saint-André. Plusieurs ténors de la gauche étaient présents. D’autres étaient absents... Selon plusieurs participants, les fissures se multiplieraient au sein de ce camp qui se retrouve aujourd’hui au bord du précipice. Il semble désormais certain que pour les régionales, le camp progressiste sera représenté par deux listes... au moins... Ce qui réjouit de toute évidence Didier Robert partant pour un 3ème mandat au sommet de la pyramide inversée (Photo d’illustration rb/www.ipreunion.com)

- Jean-Hugues Ratenon tente de rassembler -

Dans un précédent article, nous évoquions la nécessité pour la gauche de faire bloc pour tenter de battre Didier Robert lors des prochaines élections régionales, en 2021. C’est une position défendue par le député Jean-Hugues Ratenon qui, dans un récent communiqué, avait appelé à "l’union des vrais adversaires de la gouvernance de Didier Robert".

Sur ce sujet, force est de constater que le député de la France Insoumise s’implique activement. Il est à l’origine de plusieurs réunions des leaders de la gauche. Objectif : trouver une convergence sur un projet et sur le nom de la tête de liste qui conduira la liste d’union en vue des régionales de 2021.

Une première réunion avait été organisée à Saint-André le 12 octobre dernier. Une réunion lors de laquelle des tensions étaient palpables, notamment entre les deux leaders du PLR, Huguette Bello et Olivier Hoarau.

Rien de concret n'est sorti de cette réunion. Les participants se sont quittés sans s'être mis d'accord sur une possible tête de liste. Il était toutefois acté que toutes les composantes de la gauche présentes produiraient une contribution écrite en vue de l'élaboration d'un projet commun. Toujours à l'initiative de Jean-Hugues Ratenon, une nouvelle rencontre a été organisée ce lundi 19 octobre de nouveau à Saint-André.

- Absences remarquées de certains leaders -

Lors de cette rencontre du 19 octobre, plusieurs dirigeants de partis et de mouvements étaient présents.

On peut citer pêle-mêle Claude Hoarau et son fils, Fabrice Hoarau pour le parti Action Populaire de La Réunion, Gilbert Annette, Didier Annette et Philippe Naillet pour le Parti Socialiste (même si certains participants se sont demandés s’ils ne représentaient pas que le PS de Saint-Denis), Jean-Pierre Marchau pour les Verts, Jean-Hugues Ratenon pour la France Insoumise, Joé Bédier pour l’UDSA (Union des Saint-Andréens), Maurice Gironcel et Yvan Dejean pour le PCR, Emmanuel Séraphin et Idriss Omarjee pour le PLR. Le maire du Port Olivier Hoarau était également présent, "mais il a prévenu en tout début de réunion qu'il ne pourrait pas rester jusqu'au bout des discussions car il devait honorer un autre rendez-vous par ailleurs" indique à Imaz Press l'un des participants.

Si un large éventail de la gauche avait donc répondu présent à cette rencontre, les absences de certaines personnalités, et non des moindres, ont été remarquées. D’abord celle d’Huguette Bello, la patronne du PLR qui, dit-on, est en conflit ouvert avec Olivier Hoarau concernant la tête de liste aux régionales.

Le maire du Port a d'ailleurs récemment annoncé dans les colonnes du Quotidien qu'il prenait ses distances avec le PLR. Une annonce ensuite tempérée par la maire de Saint-Paul qui a affirmé à Imaz Press qu’aucune "fracture" n’existait entre elle et le maire du Port.

Figurant parmi les personnalités susceptibles de mener une liste d’union de la gauche, Ericka Bareigts, la maire de Saint-Denis, était également absente. Mise en retrait ou absence stratégique ? Difficile d’avancer une interprétation.

Dernier absent de marque : le Progrès. Ni Patrick Lebreton, ni l’un de ses représentants, n’ont assisté à cette réunion alors que ce parti avait bien été invité, nous indique-t-on. Le maire de Saint-Joseph ne cache pas ses velléités de se présenter aux régionales, tout en gardant la porte ouverte à une liste d’union. Cette absence pourrait confirmer l’ambition de Patrick Lebreton d’y "aller" à part d'une hypothétique union de la gauche.

- La gauche plus que jamais divisée -

Selon plusieurs participants, cette réunion a particulièrement mis en exergue les divisions entre les différentes composantes de la gauche.

Du côté du PCR par exemple, on tente d’exister malgré le poids désormais relatif du parti en tentant de grapiller des sièges au sein de la future liste d’union. Ce même PCR a d’ailleurs été pointé du doigt par Olivier Hoarau et Joé Bédier sur sa stratégie variable en fonction des territoires, comme à Saint-André et au Port où le parti de Maurice Gironcel et Yvan Dejean a soutenu l’opposition aux deux maires élus.

Selon une personnalité présente, Jean-Hugues Ratenon a quant à lui fait savoir qu’il était "hors de question pour la France Insoumise de se ranger derrière une tête de liste PS"… Ambiance.

Ce même PS tenterait quant à lui de se positionner comme l’alternative pour être en tête de liste. Selon plusieurs participants à la réunion, Gilbert Annette aurait ainsi multiplié les appels du pied, rappelant qu’il était "disponible" notamment pour préparer un projet construit sur les contributions des différents partis et mouvements.

Ce qui devrait être relativement rapide puisque seuls Didier Annette, Olivier Hoarau, Jacques Técher, Amandine Ramaye et Jean-Hugues Ratenon ont fait parvenir leur contribution.

Le bilan de cette réunion est donc plus que mitigé pour de nombreux participants. "Nous sommes en train de faire comme la plateforme de la droite en essayant de faire une entente sur des intérêts personnels et non pour La Réunion" commente un élu. "Les régionales constituent une bouée de sauvetage pour un certain nombre de 'has been' qui veulent continuer d’exister", analyse un autre interlocuteur.

Plus lapidaire, une élue remarque "sans vouloir manquer de respect à qui que ce soit, et surtout pas aux hommes et aux femmes qui ont fait preuve de leur combativité pour La Réunion, [qu']on ne peut pas faire du neuf avec du vieux"… Allusion directe aux dirigeants ayant dépassé les 70 ans d'âge et les 50 ans de présence sur la scène politique. "Tout le monde ne s'appelle pas Paul Vergès" ajoute, cinglante, notre interlocutrice afin de bien faire comprendre que tout cela n'est pas seulement une question d'âge.

- "Trop de questions en suspens, et d’incohérence" -

"De discussions en palabres entre les uns et les autres, Olivier Hoarau a fini par annoncer qu'il se retirait du rassemblement" indique l'un des participants. Selon diverses personnes présentes, l’édile aurait au préalable souligné qu’il y avait "beaucoup trop de questions en suspens et d’incohérences". En cause, l’attitude du PCR au Port et à Saint-André ou encore la stratégie de ce parti lors des départementales. Notamment sur un canton de Saint-André qui est aussi à cheval sur Sainte-Suzanne où il n'a pas encore été déterminé si l'investiture union de la gauche devait revenir au PCR de Maurice Gironcel ou à l'UDSA de Joé Bédier.

"Je vous laisse travailler et me met en marge du rassemblement a dit Olivier Hoarau avant de partir" relate un élu. "Il a implicitement indiqué que son objectif n'était pas d'arriver à une convergeance d'intérêts personnels, mais à la mise en place d'un vrai projet de développement pour La Réunion" complète un autre participant.

Le maire du Port semble donc bel et bien parti pour mener sa liste aux élections régionales. Reste à voir s’il fera cavalier seul ou s’il parviendra à rallier à ses côtés d’autres forces. On évoque, entre autres, un possible rapprochement entre Olivier Hoarau et Patrick Lebreton. Cet axe aurait possiblement le soutien de Joé Bédier et de Jacques Técher, proches du maire du Port, ainsi que celui de Patrice Selly qui est proche du maire de Saint-Joseph. En cas de liste d'une (presque) union de la gauche conduite par le PS, Jean-Hugues Ratenon pourrait lui aussi rallier Olivier Hoarau.

Tout cela donne en tout cas à certaines personnalités de gauche "l’impression globale qu’on se dirige vers plusieurs listes de gauche aux régionales". Cette perspective, la gauche voulait et se devait de l’éviter si elle espérait battre la droite et Didier Robert lors de ce scrutin. Cette incapacité à dialoguer et à mettre de côté les égos pourrait devenir la cause de son échec.

- La désunion de la gauche pourrait profiter à Didier Robert -

Didier Robert voit certainement d’un très bon œil cette situation. En effet, au lendemain des municipales et de la victoire éclatante de la gauche dans de nombreuses communes majeures de l’île, le président de Région paraissait en mauvaise posture en vue des régionales de 2021. Mais la bataille qui semble faire rage à gauche pourrait lui profiter, à condition qu’il parvienne à construire l’union derrière lui à droite.

Selon plusieurs observateurs de la politique locale, l’union à droite semble bien mal embarquée pour l’instant. Un rapprochement entre Didier Robert et Michel Fontaine ne semble pas d’actualité pour le moment. Le président sortant pourra très certainement compter sur le soutien de Cyrille Melchior, sous forme, peut-être, de convergence d’intérêts afin que les deux élus puissent garder leur siège, respectivement à la Région et au Département.

Difficile également de positionner Nassimah Dindar dans la bataille à venir. Restera-t-elle dans une dynamique de centre-gauche comme lors des municipales ou pourrait-elle rallier Michel Fontaine dont elle est proche, si ce dernier décidait de se présenter ?

Quant à André Thien-Ah-Koon, dont on sait l’inimitié pour Didier Robert, il pourrait aussi rejoindre Michel Fontaine en cas de candidature. Un ralliement à gauche semble peu probable si Olivier Hoarau et Patrick Lebreton décident de faire liste commune. En effet, ces derniers mois ont mis en exergue les tensions entre le maire du Tampon et celui de Saint-Joseph. Une alliance semble aujourd’hui quasi-impossible.

Détail intéressant : le maire du Tampon et le maire de Saint-Pierre vont recevoir le président de Région ce vendredi à la salle des fêtes du 12 km pour signer une convention cadre entre leurs collectivités respectives...

Tout cela n’est évidemment qu’une photographie de la situation politique à cet instant. Politique ne rimant pas avec arithmétique et encore moins avec logique, les alliances, les contre-alliances et les mésalliances risquant de se multiplier dans les prochaines semaines….

Quant à savoir si l'électorat s'y retrouvera…

www.ipreunion.com/ redac@ipreunion.com

mots clés de l'article : régionales , programme , gauche , didier robert , droite , rupture , actualité de la réunion , Olivier Hoarau , Actus Reunion , Hiuguette Bello

Publicité
Publicité
Publicité

Ces articles pourraient aussi vous intéresser

Publicité

Liens commerciaux

Pourquoi acheter en ligne
image description Promos exclusives
image description Paiement 100% sécurisé
image description Livraison gratuite sous 72h
image description À vos cotés 24h/24
image description 14 jours pour changer d’avis