Réunion par Imaz Press, mercredi 22 avril 2020 à 21:36
Tribune libre d’Alternatives Transports Réunion

l’attention du préfet Jacques Billant

image description
image description

Monsieur le Préfet, défendre les usagers de la périlleuse route littorale, ne dispense pas de rester attentif à l’économie des ressources limitées de notre île. C’est d’ailleurs la raison d’être du schéma départemental des carrières (SDC) dont la version officielle reste celle de 2010 faute d’évaluation environnementale globale lors de la tentative de modification de 2014. (Photo rb/www.ipreunion)

Pour mémoire, l’impact des nouvelles carrières au profit de la Route en mer avait été jugé non négligeable par le tribunal administratif. Il invitait ainsi l’État à une réflexion plus globale par une procédure de révision du SDC. En lançant sa révision en juillet dernier, vous engagiez donc cette réflexion globale.

Le futur SDC devra répondre à la satisfaction des besoins économiques en granulats pour la prochaine décennie. Mais il devra le faire tout en intégrant les préoccupations environnementales et sociales devenues incontournables sur un territoire insulaire de plus en plus compté !

En réponse à la confirmation par le Conseil d’État de l’annulation de l’arrêté d’ouverture de carrière à Bois-Blanc, vous avez jugé bon de préciser le 15 avril à la télévision, que la révision du SDC était engagée dans le but d’autoriser la carrière voulue par la S.C.P.R. et, comme on le sait, destinée essentiellement à la Route en mer.

Après 10 ans, la révision du SDC de 2010 ne peut avoir pour unique objectif la réalisation " quoiqu'il en coûte " du seul chantier de Route en mer. Les pouvoirs publics ont la responsabilité de tracer maintenant un panorama, sinon complet au moins suffisamment large, des besoins à venir du BTP afin de ne pas compromettre la construction prévue de logements, de bâtiments publics, de routes et ouvrages d’art ailleurs dans l'île, en sacrifiant nos ressources au profit d’un seul chantier, même emblématique, tel cette interminable Route en mer.

Monsieur le Préfet, en pointant les études lacunaires des ressources en matériaux pour la digue, la cour de Cassation nous rappelle aussi indirectement la volonté du législateur de planifier notre développement durable dans votre SDC et invite à ne pas le mettre au service d’intérêts privés en l’adaptant au gré de projets opportunistes.

L’impasse rencontrée par le chantier de la Route en mer appelle à une remise à plat : • Des conditions contractuelles du marché MT5-2 ; • Des avantages et inconvénients de ses choix constructifs comme des autres solutions pour terminer l'ouvrage ; • Du cadre légal dans lequel reprendra le chantier selon les scénarios constructifs possibles.

Monsieur le Préfet, on le voit aujourd'hui, aucune urgence ne recommande de renoncer à mieux réfléchir avant d’agir, pour ne pas à nouveau investir en aveugle.

Je vous prie de croire, Monsieur le Préfet, en l'assurance de nos respectueuses salutations...

François Payet, président d'ATR

mots clés de l'article : transports , Réunion , atr , Courrier des lecteurs , Route du littoral

Publicité
Publicité
Publicité

Ces articles pourraient aussi vous intéresser

Publicité
Pourquoi acheter en ligne
image description Promos exclusives
image description Paiement 100% sécurisé
image description Livraison gratuite sous 72h
image description À vos cotés 24h/24
image description 14 jours pour changer d’avis