Marche à Saint-Pierre le 29 novembre (actualisé)

Grève mondiale pour le climat : la jeunesse réunionnaise se mobilise

Vendredi 24 mai 2019 - Saint-Gilles - Les jeunes marchent pour le climat (Photo : RB/Imaz Press Réunion)

Ce vendredi 29 novembre 2019 aura lieu la 4ème "grève mondiale pour le climat". L’appel à la manifester est donc international, et les jeunes de La Réunion ne sont pas en reste. Sur l’île, les lycéens se mobilisent. Si la marche prévue à Saint-Leu par Youth for climate a été annulée en raison de "délais trop courts", la seconde à Saint-Pierre est maintenue. Les lycéens partiront à 9h30 du Front du mer. Objectif : dénoncer une fois de plus l’inaction des gouvernements en terme de lutte contre le réchauffement climatique. (Photo d’illustration rb/www.ipreunion.com)

Plusieurs collectifs unissent leurs forces ce vendredi 29 novembre pour répondre à l'appel de la jeune Suédoise de 16 ans Greta Thunberg. A quelques jours de la COP25, qui se déroule du 2 au 13 décembre à Madrid en Espagne, les jeunes organisent une "grève mondiale pour le climat".

Lire aussi : Saint-Denis : les jeunes se mobilisent contre réchauffement climatique

Les Collectifs Strike et Pour la planète proposent une manifestation à Saint-Pierre, à partir de 9h30 sur le Front de mer. "Depuis 1995, 178 pays se réunissent chaque année au chevet de la planète. Ils ont mis 25 ans à admettre que les changements climatiques représentent un danger pour l’humanité" dénoncent de concert les deux collectifs.

"La dégradation des écosystèmes s'accélère"

"La dégradation de l'environnement est pire et plus rapide que prévue" ajoutent-ils. Un effet sensiblement renforcé par l'augmentation de la population et la diminution des ressources naturelles.

"La dégradation des écosystèmes et en particulier la disparition des forêts, poumons de la planète, s'accélère", pointent du doigt les organisateurs de la marche. "Plus d'un tiers de la biomasse mondiale des insectes a disparu ces dix dernières années. Les océans surexploités se vident rapidement de leurs poissons. Mais les politiques nationales continuent malgré tout à prôner la croissance, à subventionner et à protéger des industries qui continuent aveuglément à piller la planète sans souci de l'avenir".

Pour les jeunes, se mobiliser est une évidence car l'urgence climatique concerne directement les générations futures qui devront "faire face à des difficultés insoutenables si un changement rapide pour mettre en place un véritable développement durable n'est pas entrepris dans les années qui viennent".

Une jeunesse qui se mobilise de plus en plus

Ce mouvement de grève mondiale se fait à l'appel de Greta Thunberg, devenue véritable symbole de cette jeunesse qui lutte contre le réchauffement climatique. A 16 ans seulement, la jeune Suédoise a défrayé la chronique, notamment en septembre dernier avec un discours furieux devant les responsables des Nations Unies. "Je ne devrais pas être là, je devrais être à l'école, de l'autre côté de l'océan", avait-elle lancé aux dirigeants de l'ONU. "Comment osez-vous ? Vous avez volé mes rêves et mon enfance avec vos paroles creuses".

Lire aussi : Greta Thunberg à l'ONU: "Comment osez-vous? Vous avez volé mes rêves et mon enfance!"

Les manifestations mondiales se multiplient. "Les jeunes du monde entier et par-delà, des hommes et femmes qui aiment leurs enfants et sont conscients du défi planétaire font entendre leurs voix" remarquent les organisateurs de la marche à Saint-Pierre.

Les lycéens se rassemblent alors à travers deux revendications essentielles, comme l'explique Jean du Collectif pour la planète. Sa fille fait partie des lycéens à l'initiative de la marche. Lui en tant que père et adulte, s'est chargé de porter la demande en préfecture. "Deux demandes principales : la déclaration officielle de l'urgence climatique et la reconnaissance de l'écocide en cours".

Lire aussi : Jeunesse engagée, la protestation en héritage

La marche de Saint-Leu annulée

Youth for Climate ("la jeunesse pour le climat", ndlr) avait également prévu une marche pour participer à la grève mondiale pour le climat, à Saint-Leu. Selon Enzo, le président du collectif, celle-ci "a été refusée à cause de délais 'trop courts'". La gendarmerie lui aurait alors fait comprendre "qu'il fallait reporter".

Les organisateurs de Youth for Climate conseillent donc à tous ceux qui souhaitaient participer à Saint-Leu de se reporter sur la marche de Saint-Pierre. "C'est moins central, mais celle de Saint-Pierre est bien maintenue, elle". Jean, du Collectif pour la planète, lui, ne s'inquiète pas. "Lors des précédents rassemblements, on avait plus de monde à Saint-Pierre que dans le Nord : environ 300 personnes contre 250 à Saint-Denis." Les jeunes répondront donc présents, selon lui.

Une autre marche pourrait être prévue en janvier. "Ce ne sera pas le même jour que la grève mondiale, ce sera une grève réunionnaise uniquement" nous explique Enzo. "Mais quitte à reporter, nous préférons attendre le mois de janvier pour ne pas gêner ceux qui passent des examens début décembre."

En attendant, rendez-vous donc à Saint-Pierre ce vendredi 29 novembre à 9h30 sur le Front de mer. Les jeunes ont demandé une rencontre avec le sous-préfet, ils attendent encore un retour de sa part.

www.ipreunion.com / redac@ipreunion.com

mots clés de l'article : manifestation , CLIMAT , jeunes , marche , lycéens , réchauffement climatique , actualités de la réunion , Actus Reunion , Greta Thunberg , Grève mondiale pour le climat