Action de Milit’ Activ’ 974

Francis Kubezyk : "on dénombre encore 300.000 animaux errants"

Chien errant

Milit’ Activ’ 974 organise une double action ce dimanche 9 juin 2019 à l’occasion du Salon Zanimos à la Nordev. De 8h à 12h les militants seront présents à l’aéroport de Roland Garros à Saint-Denis. Puis ils seront de 14h à 18h au parc des expositions pour le salon Zanimos. Objectif : sensibiliser à la fois touristes et habitants sur l’errance des animaux sur l’île. Pour l’occasion nous avons interviewé Francis Kubezyk, à la tête de Milit’ Activ’ 974. Il nous rappelle les revendications en tête pour cette journée de mobilisation. (Photo d’illustration rb/www.ipreunion.com)

Francis Kubezyk, vous prévoyez une double action ce dimanche... le salon Zanimos fait sens, mais pourquoi choisir l'aéroport ?

L'aéroport reste une cible symbolique. On cherche davantage à atteindre l'image de La Réunion. L'impact est plus fort auprès des autorités... Imaginez vous sortez de l'aéroport pour profiter de votre séjour sur l'île intense, et ce que vous voyez en premier, c'est une action contre l'errance des animaux. On pense que ça peut nous aider à être davantage pris au sérieux par nos élus.

Pensez-vous que ce type d'actions peut toucher les touristes ?

On en même est sûrs. A La Réunion, l'errance des animaux constitue la 3ème cause d'insatisfaction chez les touristes, derrière les problèmes de circulation et les déchets. Les gens qui viennent en voyage ici le disent, ils n'en peuvent plus de voir des animaux abandonnés dans la nature ou carrément écrasés sur la route.

Que prévoyez-vous de faire lors de votre deuxième action de la journée, au salon Zanimos ?

Le but c'est sensibiliser, pas bloquer. Nous serons présents devant le salon, une cinquantaine de personnes environ, avec des pancartes et des tracts. Il y a de très bonnes choses dans ce salon, notamment par le biais d'associations qui seront présentes. Mais ça reste un événement qui tourne autour de la commercialisation des animaux.

Que reprochez-vous précisément à cet aspect "commercial" ? Faut-il arrêter de vendre des animaux ?

Techniquement, la vente n'est pas interdite. On ne peut pas vraiment l'interdire, mais dans le cadre d'une crise sanitaire comme celle que nous vivons, avec des animaux errants souvent en mauvaise santé, nous demandons un moratoire au préfet pour interdire, au moins temporairement, l'importation d'animaux non stérilisés. D'autant plus qu'un jour, on va en importer des malades sans le savoir, qui vont apporter la rage sur l'île ou que sais-je... c'est vraiment dangereux. Et aujourd'hui quasiment tous les chiens de race sont importés.

Combien d'animaux errants dénombre-t-on à La Réunion ?

Selon la dernière enquête de la DAAF (Direction de l'Alimentation, de l'Agriculture et de la Forêt de La Réunion, ndlr), il y aurait 73.000 animaux dans la nature. Ce sont des résultats que nous contestons... Déjà parce que nous avons eu quelques détails concernant les méthodes employées pour l'enquête, ensuite parce que nous en dénombrons beaucoup plus de notre côté. La DAAF a mené son enquête essentiellement sur les chiens, elle ne compte les chats. Et elle s'est basée sur des horaires très restreints pour compter les animaux. Nous, avec Alliance Zanimos, dénombrons environ 300.000 animaux errants à La Réunion.

On parle d'animaux vivants ici, mais qu'en est-il des animaux qui meurent sur les routes ?

C'est une catastrophe. On compte à peu près 1000 chiens écrasés chaque semaine. Surtout qu'ils ne sont pas tous ramassés... La zone la plus marquée étant la Route des Tamarins. Et puis il y a aussi tous les animaux euthanasiés en fourrière. Soit 200 chiens par semaine...

D'où viennent tous ces animaux errants ?

Il y a plusieurs "profils". Déjà, il y a beaucoup d'abandons... souvent des jeunes animaux, chiots ou chatons, qui viennent de portées, puisque les animaux sont rarement stérilisés. Il y a aussi les chiens ou chats "SDF", qui n'ont jamais eu de foyer, et qui viennent de portées d'animaux déjà errants. Et puis il y a les animaux qui appartiennent effectivement à des familles, mais qui passent la journée dans la rue, parfois par manque de place. A une époque, ce n'était pas si grave de laisser son chien dehors toute la journée et toute la nuit. Mais les temps ont changé, et la circulation étant beaucoup plus dense aujourd'hui, il y a beaucoup plus de danger.

Les abandons ont-ils augmenté ?

Oui, tout simplement parce que la population réunionnaise a beaucoup augmenté aussi. Et puis il y a aussi la question des élevages illégaux. C'est un gros problème ici. Certains élèvent des chiens de race, leur font faire des portées, puis revendent (très cher) les petits. Souvent, sur une portée de 5 chiots par exemple, seuls 2 ou 3 seront vendus. Les autres vont être abandonnés dans la nature.

Faut-il sanctionner dans ce cas ?

Il faut surtout stériliser ! C'est notre revendication principale. Nous demandons des actions de masse, pas de simples campagnes de sensibilisation. C'est la seule et unique solution pour lutter contre les animaux errants à La Réunion. Certes il y a des campagnes de stérilisation en ce moment, mais elles ne sont pas "imposées". Nous aimerions une véritable action de l'Etat là-dessus. Ça va coûter de l'argent, il faudra peut-être faire venir de jeunes vétérinaires de métropole ou d'ailleurs, mais c'est le prix à payer pour être tranquille ensuite.

Cela pourrait-il vraiment fonctionner à La Réunion ?

Vous savez, ce n'est pas parce que quelques uns délaissent leurs animaux que les Réunionnais sont insensibles. Bien au contraire ! Et nous l'avons bien vu avec les résultats aux élections européennes. Certes, le chiffre du Parti animaliste était bas, mais pour un parti qui s'est préparé en aussi peu de temps, c'est quand même une belle victoire. Ça prouve que la cause animale compte ici, et que l'engagement politique peut vraiment fonctionner pour éveiller les consciences.

D'autant plus que les animaux sur la route, c'est aussi une menace pour les automobilistes...

Tout à fait, les premières victimes de l'errance animale ce sont bien sûr les animaux, mais les Réunionnais aussi. Il y a un vrai risque d'accident. Quand on voit le nombre de chiens écrasés, c'est autant de voitures qui les ont percutés. Ce sont donc à la fois des dégâts matériels, mais des dégâts humains aussi. Je ne parle pas forcément de blessés, même si le risque d'accident grave est toujours possible, mais de traumatisme. Ecraser un animal, c'est terrible. Et de façon générale, la simple vue d'animaux errants, souvent en mauvaise santé, rend beaucoup de Réunionnais malheureux.

mm/www.ipreunion.com/redac@ipreunion.com

mots clés de l'article : animaux , chiens , chats , animaux errants , actualités de la réunion , zanimos , Actus Reunion , Milit Activ 974

suivez-nous