Les représentants FO-CFTC reçus par le directeur de l’Agence de santé

Photo : DR

L’intersyndicale FO-CFTC "Santé" a mené une opération escargot ce mercredi matin 21 février 2018. Peu après 10 heures, un cortège d’une trentaine de voitures s’est élancé du Centre hospitalier universitaire (CHU) de Bellepierre à Saint-Denis afin de rejoindre l’Agence régionale de santé (ARS) située dans le quartier du Chaudron peu avant midi. Les syndicats ont exigé d’être reçus par le directeur général François Maury afin d’évoquer différents points du plan de retour à l’équilibre (PRE) du CHU. Leurs représentant ont demandé ce rendez-vous depuis quelques jours déjà. Ils ont finalement pu s’entretenir avec lui durant une heure. (Photo d’archives)

 

"Le directeur général de l’ARS nous a reçus. Nous attendons maintenant de sa part des garanties par écrit. Notamment sur la prise en charge financière de l’ARS pour le plan de départs volontaires au CHU. François Maury va demander à Lionel Calenge, le directeur général du CHU, de faire un état des lieux. Chacun se renvoie la balle. Nous demandons à ce que tous les poins soient mis par écrit", a indiqué Léonel Camatchy, vice-président de la CFTC au sortir de la réunion, peu après 13 heures.

Ce mercredi matin, FO-CFCT se sont dirigés en cortège avant d’êtres reçus à l’ARS. De quoi créer quelques embouteillages.

Contacté par téléphone, avant le début de cette manifestation, David Belda, secrétaire départemental Force ouvrière, a précisé : "Le directeur n’a pas encore voulu nous recevoir. Nous allons donc à sa rencontre en cortège. Nous avons demandé au directeur de l’ARS d’éclaircir certains points concernant le PRE mais il ne nous a pas répondus alors qu’il a déjà reçu un autre syndicat (CFDT : NDLR). La CFDT a été reçue ce lundi.".

CFTC et FO Santé poursuivent aussi leur mouvement social entamé le 7 février dernier. Les deux syndicats exigent de l’ARS des précisions sur plusieurs points. Notamment sur le détail des départs volontaires, la redéfinition du groupement hospitalier de territoire et la situation de l’hôpital de Cilaos, amené à fermer, au CHU.

Joint lui aussi, Expédit Lock-Fat, secrétaire départemental CFDT, confirme la rencontre organisée ce lundi 19 février avec le directeur général François Maury.

"L’ARS s’est excusée car elle ne nous avait pas envoyés par courrier sa réponse favorable, concernant la prise en charge financière des départs à la retraite volontaires dans le cadre des suppressions de postes du PRE, alors qu’elle avait répondu positivement à ce sujet à FO. Le directeur a bien confirmé la prise en charge de ce dispositif d’indemnisation et d’accompagnement des départs", a-t-il expliqué.

Lire aussi : Centre hospitalier universitaire - Les stratégies opposées des syndicats

L’ARS va donc se rapprocher du CHU afin de travailler sur ce dossier. La CFDT a repris sa grève après le Comité technique d’établissement du 14 février où les syndicats ont voté une seconde fois contre le PRE. Le syndicat a demandé au directeur général du CHU Lionel Calenge de mettre à l’ordre du jour du CTE le plan de titularisation annuel de contractuels. Ce qui n’a pas été le cas. D’où la reprise du mouvement.

Le plan de retour à l’équilibre de la direction du CHU prévoit d’économiser 30 millions d’euros sur 4 ans afin de résorber le déficit de l’établissement de l’ordre d’une quarantaine de millions d’euros. Pour rappel, le Comité interministériel de la performance et de la modernisation de l’offre de soins (COPERMO) a examiné ce mercredi 31 janvier à Paris la situation du Centre hospitalier universitaire de La Réunion (CHU).

Une décision favorable a été rendue concernant la reconstruction du bâtiment central de l’hôpital de Saint-Pierre et le plan de retour à l’équilibre.

Lire aussi : La grève continue au CHU

Plusieurs chefs de service et de chefs de pôle du Centre hospitalier universitaire (CHU) ont démissionné de leur fonction ce mardi 30 janvier. 34 démissions enregistrées transmises à la direction générale du CHU.

Cette initiative vise à protester contre le plan de retour à l’équilibre et contre le directeur général Lionel Calenge dont les représentants du FAFPHR demandent le départ en raison du déficit actuel de l’établissement dont il serait responsable à leurs yeux.

ts/

mots clés de l'article : cftc , santé , voitures , Réunion , fo , opération escargot , chu , Actu , Actus Reunion , plan de retour à l’équilibre

à voir également en vidéo

suivez-nous