Objectif : des bénéficiaires plus nombreux et mieux couverts

Fini la CMU, place à la complémentaire santé solidaire

PHILIPPE HUGUEN/AFP

partir du 1er novembre, la complémentaire santé solidaire remplacera deux aides publiques : la CMU (couverture médicale universelle) et l’Aide au paiement d’une complémentaire santé (ACS). Ces deux dispositifs permettent aux personnes aux revenus modestes d’avoir accès à une meilleure protection en matière de couverture santé. Les plus démunis peuvent alors bénéficier d’une prise en charge complémentaire de leurs frais de santé. La Réunion, les bénéficiaires de la CMU sont 352 000.

Des millions de Français ignorent qu'ils sont éligibles

La CMU, entrée en vigueur il y a vingt ans, a permis de réduire les inégalités dans l'accès aux soins. Mais aujourd'hui, plusieurs problématiques subsistent, une frange de la population continue à ne pas se faire soigner faute de moyens. Ces personnes à revenus modestes, ignorent souvent qu'elles sont éligibles à l'un des deux dispositifs. L'ambition affichée du gouvernement en instaurant cette complémentaire santé solidaire est de "lutter contre le non-recours aux droits et aux soins qu’a été engagée une refonte ambitieuse des dispositifs actuels d’accès aux soins pour les personnes les plus modestes."

"Réduire le renoncement aux soins des populations précaires"

Actuellement, les bénéficiaires de la CMU sont 5,8 millions, ceux de l'ACS 1,3 million, un total de 7,1 millions de personnes bénéficient de ces aides publiques. Le nouveau dispositif devrait permettre à 10 millions de Français d'obtenir une meilleure couverture santé. " Cette fusion, actée dans le budget de la Sécu voté fin 2018, a pour but de réduire le renoncement aux soins des populations précaires, a souligné le gouvernement dans son étude d’impact."

Pour les actuel assurés à la CMU ou l'ACS, aucun changement à l'entrée en vigueur du dispositif. Il en coûtera ainsi aux bénéficiaires 8 euros par mois jusqu’à 29 ans, 14 euros entre 30 et 49 ans, 21 euros entre 50 et 59 ans, 25 euros entre 60 et 69 ans, et 30 euros à partir de 70 ans.

De nouveaux soins pris en charge

"La Complémentaire santé solidaire permet à l’ensemble des bénéficiaires d’avoir accès à une très large gamme de soins sans reste à charge pour l’assuré" indique la ministre de la Santé avant de poursuivre "cette complémentaire santé permettra ainsi de compléter le remboursement de l’assurance maladie obligatoire pour les consultations chez un professionnel de santé, les médicaments, les analyses médicales. Les lunettes et les prothèses dentaires et auditives, qui font partie du panier de soins 100 % santé et pour lesquelles le reste à charge pouvait être élevé dans le cadre du dispositif Acs, sont désormais intégralement prises en charge".

De plus, la Complémentaire santé solidaire, comme la CMU et l’ACS, permettra de ne pas avancer les frais de santé et de bénéficier des tarifs sans dépassement chez les médecins et la plupart des autres professionnels de santé. En cas d’hospitalisation, le forfait journalier est pris en charge sans limitation de durée. En outre, les bénéficiaires sont toujours exonérés de toute participation forfaitaire de 1€ et de la franchise médicale.

La Réunion, on ne connaît pas encore l'impact qu'aura cette nouvelle mesure à La Réunion mais on peut supposer qu'une plus large partie de la population aura accès à cette complémentaire santé solidaire.

fh / redac@ipreunion.com / redac@ipreunion.com

mots clés de l'article : cmu , acs , actualité de la réunion , Actus Reunion , Couverture médicale universelle , aide au paiement d’une complémentaire santé , complémentaire santé solidaire

suivez-nous