Réunion par Imaz Press, jeudi 26 décembre 2019 à 03:00
Les agents de la mer surveillent

Fêtes de fin d’année et pêche illégale : sale temps pour les langoustes

image description
image description

A l’occasion des fêtes de fin d’année, la brigade nautique et les agents de la Réserve marine redoublent de vigilance : le braconnage en mer se renforce. Qui dit repas de Noël ou repas du Nouvel An dit langoustes et petits plats dans les grands. La pêche illégale se renforce. En 2018, les saisies de langoustes braconnées ont atteint près de 100 kg à l’approche du réveillon de Noël. Rappelons que l’amende peut aller jusqu’à 22.500 euros, voire le double si la pêche a lieu dans la Réserve naturelle marine. (Photo archives Réserve marine)

Pas de vacances de Noël pour les agents de la Réserve naturelle marine de La Réunion. L'été est propice au braconnage en mer, les conditions climatiques étant plus favorables. Lors de chaque ronde, les agents de la Réserve, au nombre de 3 ou 4, surveillent le lagon pour traquer les pêcheurs qui ne jouent pas le jeu.

La langouste, victime de son succès

Il va sans dire qu'avec l'approche des fêtes de fin d'année, les crustacés qui attirent le plus les braconniers sont les langoustes. Beaucoup sont pêchées dans le secteur de Trou d'eau, et en pleine nuit. Les braconniers sont munis d'un fusil harpon, de palmes, masque et tuba et vont souvent jusqu'à la barrière de corail, ce qui complique leur interpellation, selon la Réserve marine.

Mais il n'y a pas que la langouste pour autant. "Les perroquets aussi, les zourites, les gros calamars..." résume Jérôme Suros, responsable de la cellule surveillance et police du secteur Nord à la Réserve marine. "Pour ceux-là, les braconniers se trouvent souvent près de la côte. Rien qu'en novembre nous avons encore intercepté trois pêcheurs, avec plus de 30 kilos de prises."

Lire aussi : 5 pêcheurs interpellés avec 39 kg de poissons et langoustes pêchés illégalement dans le lagon

Dès la fin du mois d'octobre, la pêche illégale se renforce. "En 2018, avant Noël, nous avons saisi entre 80 et 100 kilos de prises illégales de poissons et crustacés" raconte Jérôme Suros.

Lire aussi : 280 kilos de poissons pêchés en toute illégalité cette année

Lire aussi : Braconnage : une personne interpellée avec 11kg de langoustes

Des ventes sous le manteau

Pour la Réserve marine, "il faut arrêter de dire que ce sont parfois des pères de famille qui volent deux trois poissons pour nourrir leurs enfants. Non, ce sont souvent des récidivistes. Ce n'est pas de la pêche familiale, ce n'est pas de la pêche de survie." Par la suite, ces langoustes ou ces poissons très recherchés pour les repas de fêtes sont vendus sous le manteau. La langouste peut monter jusqu'à 30 euros le kilo ! Attention pour les consommateurs : n'achetez que chez les vendeurs agréés, dans les poissonneries ou les restaurants.

Rappelons qu'en terme de pêche il existe des règles assez strictes à respecter. En premier lieu, interdiction formelle de pêcher dans la Réserve marine. Pour le reste, les prises ne doivent pas excéder 5 kilos par jour et par pêcheur, et les poissons doivent mesurer nécessairement plus de 10 centimètres. Les pêcheurs sont aussi censés se signaler en surface à l'aide d'une bouée. Selon la Direction de la mer sud océan indien (DMSOI), ces règles ne sont pas toujours respectées.

Pêcher des dizaines de kilos sans limite est passible d'une amende de 22.500 euros. Et quand la pêche illégale est réalisée dans la Réserve marine c'est double peine, une autre amende de 22.500 euros peut s'ajouter à la première.

La pêche illégale se prolonge bien après les fêtes

Pour les agents de la Réserve, la brigade nautique côtière ou encore la DMSOI, le braconnage c'est toute l'année qu'il faut s'en méfier. Si la période des fêtes est "assez active", nous dit Jérôme Suros, la pêche illégale se renforce "dès la mi-août et tout l'été ensuite" ajoute-t-il. Les conditions en mer sont plus calmes et le lagon favorable pour pêcher poissons et crustacés.

"Il faut continuer la pression" estime le responsable de la cellule surveillance. "On constate quand même une diminution du braconnage avec une baisse des infractions depuis 4-5 ans" remarque Jérôme Suros. "Mais il reste encore un noyau d'habitués. Il faut être présent, poursuivre la surveillance."

mm / www.ipreunion.com / redac@ipreunion.com

mots clés de l'article : poissons , braconnage , réserve marine , pêche illégale , langoustes , actualités de la réunion , crustacés , Actus Reunion

Publicité
Publicité
Publicité

Ces articles pourraient aussi vous intéresser

Publicité
Pourquoi acheter en ligne
image description Promos exclusives
image description Paiement 100% sécurisé
image description Livraison gratuite sous 72h
image description À vos cotés 24h/24
image description 14 jours pour changer d’avis