Photographe amateur passionné

Du pilotage à la photo, Alexis Maucourant prend de la hauteur

Photos : Alexis Maucourant

Notre photographe du jour sort de l’ordinaire car ce n’est pas avec un appareil photo qu’il prend des clichés, mais avec son drone. Cela fait quasiment 4 ans qu’il parcourt les montagnes de La Réunion pour réaliser ce type de photos. Mais attention cette pratique reste très encadrée et il n’est pas possible de voler partout. Passionné de dessin et d’aviation, Alexis Maucourant a allié ses côtés artiste et pilote pour mener sa passion, qu’il partage au quotidien sur les réseaux sociaux et sur son blog.

A 34 ans, Alexis Maucourant est un passionné multiple. De dessin, de pilotage... et maintenant de photo et de vidéo. Arrivé à La Réunion en 1999, il a commencé par grandir en Côte d'Ivoire, tout en étant né au Gabon. Adolescent, il avait déjà le gêne globe trotter dans les veines.

Aujourd'hui, le photographe amateur vit à Saint-Gilles. Et bien avant la photo, c'est l'aviation qui occupait tout son temps... littéralement puisqu'il a travaillé comme steward de 2010 à 2015. "Moi c'était vraiment le pilotage ma passion, mais j'en ai eu marre d'enchaîner les CDD pendant 5 ans, alors je suis parti." C'est à ce moment-là qu'il décide de monter une boîte de pilotage de drones avec l'un de ses amis.

Du pilotage à la photo

Pendant deux ans, il y travaillera à temps partiel. Aujourd'hui il cherche un emploi à temps plein en tant que pilote de drone... Aucune envie cependant de revenir dans l'aviation, "j'aime trop le côté créatif pour ça" nous dit-il. Et puis il se met à la photo, en tant que loisir.

Ainsi il y a près de 4 ans, des amis commencent à l'initier à la photographie de drone. "J'ai voulu suivre une formation en métropole pour apprendre les bases, mais avant de se mettre à la photo il est essentiel de bien maîtriser son drone !"

Une fois les clés en main, il s'agit aussi de bien connaître la réglementation de l'île... Pour savoir quelles zones il est possible de survoler, une carte aérienne est disponible à l'achat. "Par exemple pour la zone de Saint-Denis, il faut faire une demande à la tour de contrôle, pour le volcan une demande à la préfecture, pour le lagon il faut avoir le statut professionnel etc..." Et bien sûr, interdiction formelle de survoler la base marine ou n'importe quelle zone militaire.

De la hauteur, mais pas trop

Contrairement à ce que l'on peut penser, un drone ne permet pas nécessairement de faire des photos avec une vue ultra plongeante... "Déjà il faut savoir qu'un drone ne peut voler que jusqu'à 150 mètres de haut maximum" nous apprend Alexis Maucourant. Mais ce n'est pas ce qui l'intéresse. "Moi je fais rarement des photos ou des vidéos à plus de 60 mètres de hauteur."

Ce qu'il aime aussi "c'est me déplacer avec le drone, ce qui demande aussi une vraie maîtrise de son appareil. Je n'aime pas rester statique et ne pas voir où va le drone, on ne sait jamais ce qu'il y a de l'autre côté." Garder son drone en vue pour une meilleure visibilité : Alexis Maucourant aime la jouer "sécurité".

Et jamais besoin de voler trop haut. "Il faut jouer avec les prises de vue, le cadrage, les angles... Exemple au Maïdo : quand on filme avec le rempart au premier plan, ça donne un effet de mouvement incroyable."

Photographe globe trotter

Son matériel ? Un Dji Mavic 2 PRO, acquis récemment. "Avant j'avais un bon hybride de la marque Sony et une gopro... j'ai tout vendu pour me concentrer uniquement sur le drone." Et pour cause : le photographe amateur voyage énormément. "Je suis revenu il y a peu de temps d'un tour du monde de 9 mois, je suis aussi parti à Bali il y a quelques semaines. En général je bosse un peu, puis je voyage, puis je rebosse et je repars..."

Et pour ça il faut du matériel adapté. "Mon drone se plie, ce qui est très pratique, je commençais à avoir trop de matériel, c'était trop lourd, c'est pour ça que j'ai tout vendu." D'autant plus que s'il souhaite prendre de simples photos sans sortir le drone, il reste le téléphone portable. "J'ai fait exprès d'investir dans un très bon smartphone, le mien fait des photos magnifiques !"

Ensuite, Alexis Maucourant aime partager ses clichés sur Facebook ou Instagram. Ainsi il fait découvrir au plus grand nombre sa passion des beaux paysages. "Je me souviens de randonnées au Grand Bénard ou au volcan avec des paysages de brume qui créaient une atmosphère très spéciale..."

De toute façon rappelons-le, notre photographe ne cherche pas à aller trop haut. "Ce qui m'intéresse dans le drone, c'est faire des photos là où personne ne peut aller. Des zones trop basses pour un hélicoptère, et inaccessibles à l'humain". Exemples : le haut d'un arbre, sous un pont ou au bord d'une falaise... L'occasion de réaliser des clichés et des vidéos à couper le souffle, mais surtout découvrir La Réunion sous un angle totalement inédit.

mm / www.ipreunion. com / redac@ipreunion.com

mots clés de l'article : paysages , photo , photographe , drone , clichés , actualités de la réunion , Montage , Actus Reunion

suivez-nous