Des habitants de Trois Mares se plaignent

"Des déchets et de l’eau croupie à côté de nos maisons"

D’après les habitants de Trois Mares au Tampon, des déchets industriels, notamment des déchets organiques s’accumulent dans un cours d’eau, régulièrement depuis au moins un an et demi... Entre les moustiques, les rats et les odeurs nauséabondes, ils se sentent "en danger." S’ils suspectent des entreprises d’être responsables, ils se sont tournés vers la Communauté d’Agglomération du Sud (Casud) et la Commune du Tampon pour essayer de tout mettre au clair. Mais les choses se sont révélées bien compliquées...

"Ce cours d’eau ne faisait qu’évacuer les eaux pluviales. Nous nous retrouvons avec des déchets! Ils viennent alimenter les rats et les moustiques! L’eau est noire, c’est de plus en plus insupportable" dénonce un habitant, fatigué.

Dans le petit cours d'eau, des déchets, dont la plupart organiques, provenant pour les habitants d'entreprises situées dans la zone d'activités des Trois Mares. "Treize familles sont en permanence incommodées par les odeurs, dont des personnes âgées. Je ne veux plus jouer, je veux des actions," souffle-t-il.

"Nous sommes au courant. Nous avons fait un diagnostique en 2018 pour étudier la question et trouver une solution," indique la Communauté d’Agglomération du Sud (Casud). Mais pourquoi rien n’a encore été fait? D’autant plus qu’il s’agit bien d’eaux croupies et stagnantes, paradis des moustiquesalors que l’île de La Réunion est confrontée à une épidémie de dengue… "C’est à la commune qu’il faut poser la question…," répond tout simplement la collectivité, déclarant que ces rejets dans le cours d’eau ne relèvent pas de sa compétence.

En effet, la Casud explique qu’elle n’a l’expertise que sur le réseau d’eaux usées. Or, "les déchets arrivent dans les eaux pluviales. Nous ne sommes donc pas concernés. C’est à la commune que revient la gestion d’eaux pluviales," détaille la Casud. Pour elle, c’est au Tampon de se saisir du dossier.

"Identifier le problème et le traiter"

"Nous avons eu les premières alertes il y a environ une semaine," déclare la Commune du Tampon. Pas avant, assure-t-elle. "Aujourd’hui nous ne savons pas quelle est l’origine exacte de la pollution. Nous en avons conclu que la mairie et la Casud vont conjointement faire un diagnostique pour identifier le problème et le traiter," affirme-t-elle ensuite.

Interrogée la Direction de l’Environnement, de l’Aménagement et du logement (Deal), ne nous a à l’heure actuelle, toujours pas fournie de réponse…

Un peu dans le flou, Imaz Press a donc contacté les deux sociétés suspectées par les habitants d’être à l’origine des ces rejets…

La première déclare avoir fait des tests: "nous avons mis deux types de colorants, un rouge dans la buse des eaux usées, rejetées vers la station d’épuration de Saint-Pierre. Un autre, jaune, dans la buse des eaux pluviales, qui devrait retomber dans le cours d’eau à proximité des habitations," explique un salarié de l’entreprise. Les résultats sont "satisfaisants" pour la compagnie, "nous avons constaté que nos eaux usées partent bien vers la stations d’épuration et non dans le cours d’eau," poursuit le salarié qui assure que ces tests ont été menés à l’initiative de l’entreprise la semaine dernière.

La deuxième entreprise annonce de son côté qu’elle a été mise au courant de la pollution du cours d’eau la semaine dernière. "Nous avons vérifié notre installation, elle est conforme," estime un responsable. Pourtant aucun test au colorant n’a été réalisé: "nous allons certainement les faire. Mais aujourd’hui rien ne vient de chez nous," insiste la personne.

Le mystère demeure et l’eau est toujours bien croupie….

nt/www.ipreunion.com

mots clés de l'article : tampon , environnement , CASUD , déchet , trois mares , actualité de la réunion , Actus Reunion

suivez-nous